Boualem Sansal : «Décoloniser l'Histoire»

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un saut en Israël, cinq jours en mai (du 13 au 17), à propos desquels il s'explique avec une ingénuité provocante, et voilà le romancier Boualem Sansal, citoyen algérien, désigné à la vindicte. Les temps ont changé depuis bientôt vingt ans : Boualem Sansal ne subira pas, faut-il espérer, le sort de l'écrivain Tahar Djaout (1954-1993), liquidé de deux balles dans la tête à Baïnem, une cité populaire de la banlieue ouest d'Alger.