Avec Abdul el-Sayed, la gauche américaine cherche son renouveau

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Detroit (Michigan, États-Unis), envoyé spécial.– « Ce type est brillant, enthousiaste, novateur. Et il a toutes les compétences pour être le prochain gouverneur du Michigan, jubile M. Siblani dans son bureau de Dearborn, une banlieue de Detroit. Mais j’ai quand même un souci : quand on s’appelle Abdul, Abdul el-Sayed, on ne part pas forcément gagnant aux élections, surtout dans un État qui a basculé pour Donald Trump à la dernière présidentielle. » L’homme qui résume le dilemme a quelques raisons de se vouloir réaliste. Il se prénomme Oussama.