Crise de la dette américaine: les plus pauvres en première ligne

Par

C'est aux dépenses sociales qu'est consacré le plus gros du budget américain. La pression monte pour éviter aux Américains les plus démunis et les plus pauvres d'être les premiers touchés lorsque les caisses de l'Etat seront vides. Un scénario catastrophe écarté par l'accord trouvé in extremis dimanche soir entre républicains et démocrates sur le relèvement du plafond de la dette du pays.

Un article de Renaud Ceccotti-Ricci, à New York

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dimanche soir et après des semaines de tractations, Barack Obama a pu annoncer que les chefs des partis républicain et démocrate au Congrès avaient trouvé un accord in extremis sur le relèvement du plafond de la dette américaine. Ils avaient jusqu'au 2 août à minuit, date à laquelle les caisses du gouvernement auraient été vides selon les experts du département du Trésor. Cet accord doit être encore validé par le Congrès.