Avoirs de Kadhafi : le patron d'Interpol surpris en plein conflit d'intérêts

Par

En mars, le patron d'Interpol a embarqué pour Tripoli avec un avocat parisien dans ses valises. Objectif : introduire le Français dans un projet de « task force » potentiellement rémunérateur, lié à la « chasse aux avoirs » du clan Kadhafi. Or cet avocat défend le « big boss » d'Interpol dans un contentieux privé depuis 2011. L'énergie déployée à son service par l'organisation policière a de quoi surprendre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Si les Français se montrent parfois coulants en matière de conflits d’intérêts, les Américains, eux, ne laissent rien passer. Les agissements de leur compatriote Ronald K. Noble, actuel patron d’Interpol, pourraient ainsi faire tiquer jusqu’à Washington. D’après nos informations, l’organisation internationale chargée de coopération policière déploie beaucoup d’énergie, depuis des mois, pour qu’une connaissance de Ronald K. Noble, en fait son avocat personnel, ait une chance de décrocher un juteux contrat avec les autorités libyennes.