En Israël, l'extrême droite se déchaîne, en toute impunité

Par

En Israël, il ne se passe désormais plus trois jours sans qu’une manifestation contre la guerre à Gaza ne fasse l’objet d’une violente répression de la part des militants d’extrême droite. Jafar Farah dirige le centre Mossawa, dédié à l’étude des discriminations subies par la communauté arabe en Israël. « Une manifestation de haine à cette échelle, plus seulement de la part des colons de Cisjordanie, je n’ai jamais vu cela, c’est un phénomène nouveau », dit-il.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial à Haïfa. En Israël, il ne se passe désormais plus trois jours sans qu’une manifestation contre la guerre à Gaza ne fasse l’objet d’une violente répression de la part des militants d’extrême droite, souvent armés de barres de fer et défilant aux cris de « mort aux Arabes ! ». À Tel Aviv, la manifestation de samedi 26 juillet, qui a rassemblé 5 000 personnes, a dû être fortement encadrée par les forces de l’ordre, ce qui n’a pas empêché les incidents, comme on peut le voir dans cette vidéo, et le séjour à l’hôpital de plusieurs dizaines d’opposants à la guerre en cours.