Syrie: Un diplomate norvégien pour remplacer Staffan de Mistura

Par
Le diplomate norvégien Geir Pedersen, sera le nouvel émissaire des Nations unies pour la Syrie en remplacement de Staffan de Mistura, dit le secrétaire général de l'Onu, Antonio Guterres, dans une lettre au Conseil de sécurité de l'Onu que Reuters a pu consulter mardi.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

NATIONS UNIES (Reuters) - Le diplomate norvégien Geir Pedersen, sera le nouvel émissaire des Nations unies pour la Syrie en remplacement de Staffan de Mistura, dit le secrétaire général de l'Onu, Antonio Guterres, dans une lettre au Conseil de sécurité de l'Onu que Reuters a pu consulter mardi.

Staff de Mistura, qui avait été nommé en juillet 2014 avec l'objectif de faciliter des pourparlers et "promouvoir une solution pacifique à la crise syrienne", a annoncé plus tôt dans le mois qu'il démissionnerait à la fin du mois de novembre pour "raisons personnelles".

Ses deux prédécesseurs, l'Algérien Lakhdar Brahimi et, avant lui, l'ancien secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, mort l'été dernier, avaient eux aussi choisi de démissionner après avoir constaté l'échec de leurs initiatives et les blocages des puissances mondiales sur la question syrienne.

Geir Pedersen, actuel ambassadeur de Norvège en Chine, a été ambassadeur norvégien auprès des Nations unies. Il a travaillé sur le processus de paix au Moyen-Orient.

Dans la lettre adressée au Conseil de sécurité de l'Onu, Antonio Guterres dit avoir "mené de larges consultations", y compris auprès du gouvernement syrien, pour prendre sa décision.

Plusieurs diplomates, s'exprimant sous couvert d'anonymat, ont déclaré que Geir Pedersen bénéficiait du soutien informel des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu - Russie, Chine, Etats-Unis, France et Grande-Bretagne.

Les efforts des Nations unies se concentrent sur l'élaboration d'une nouvelle Constitution syrienne.

En janvier dernier, lors d'une conférence de paix à Sotchi (Russie) boycottée par une grande partie de l'opposition syrienne et par les Kurdes, un comité a été mis en place à cette fin.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale