Dossier IVG, la régression venue des États-Unis

Washington, le 2 mai 2022. Des militantes manifestent alors que la Cour suprême envisage de supprimer le droit à l'avortement aux États-Unis. © Photo Stefani Reynolds / AFP

La Cour suprême états-unienne, à majorité conservatrice, a abrogé vendredi 24 juin l’arrêt « Roe v. Wade ». Il avait fait, il y a près de 50 ans, de l’accès à l’avortement un droit constitutionnel. L’interruption volontaire de grossesse pourrait dès à présent totalement disparaître dans une quinzaine d’États des États-Unis. 

Le Kansas vote en faveur de la protection de l’avortement

À Leawood, Kansas, le 29 juillet 2022. © Caitlin Wilson / AFP
Mardi 2 août, une majorité d’électeurs de l’État américain du Midwest a rejeté un amendement à la Constitution locale qui aurait permis la restriction, voire l’interdiction, du droit à l’avortement. Il s’agissait du premier test électoral depuis la révocation de l’arrêt « Roe v. Wade » en juin.

Au Kansas, l’avortement à l’épreuve des urnes

Amériques

À Leawood, Kansas, le 29 juillet 2022. © Caitlin Wilson / AFP
Mardi 2 août, l’État américain se prononce par référendum sur la protection de l’avortement. Une première depuis la révocation de l’arrêt « Roe v. Wade ». Bien que très encadrée, l’IVG reste légale jusqu’à la 22e semaine, ce qui fait du Kansas un refuge au cœur du Midwest conservateur, où la pratique a été largement prohibée.

« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »

États-Unis

En quelques jours, la Cour suprême des États-Unis à majorité conservatrice a rendu plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’Agence pour l’environnement américaine pour réduire les gaz à effet de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « d’extrême droite », au service d’une minorité d’Américains.

Inscrire le droit à l’IVG dans la Constitution française : le virage à 180 degrés de la majorité

Politique

Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.

Après sa remise en cause de l’avortement, jusqu’où ira la Cour suprême des États-Unis ?

International

Après l’abrogation du droit constitutionnel à l’avortement, une question traverse les États-Unis : d’autres droits, comme le mariage homosexuel et même les relations sexuelles entre personnes de même sexe, sont-ils désormais menacés ? Éléments de réponse.

L’avortement devient un nouvel enjeu des élections américaines de mi-mandat

International

Les démocrates pro-choix espèrent que la révocation de l’arrêt Roe v. Wade par la Cour suprême créera un électrochoc avant les élections de mi-mandat de novembre, cruciales pour l’avenir de la présidence Biden. Mais ce n’est pas gagné.

Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement

États-Unis

Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.

Avortement : le grand bond en arrière des États-Unis

États-Unis

Devant la Cour suprême des États-Unis, à Washington, le 24 juin 2022. © Photo Anna Moneymaker / Getty Images via AFP
La Cour suprême états-unienne, à majorité conservatrice, a abrogé vendredi l’arrêt « Roe v. Wade » par six voix pour et trois contre. Il y a près de 50 ans, il avait fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Cette décision n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG, très organisé et puissant, tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire via une constellation d’organisations ayant un seul but : nommer des juges conservateurs à des postes clés, notamment à la Cour suprême.

Tous les articles

États-Unis : la menace sur l’IVG pèse beaucoup sur les femmes noires

Genre

La liberté de disposer de son corps remue les inégalités les plus profondes de la société américaine. Si la Cour suprême cassait l’arrêt historique qui a reconnu le droit à l’IVG, les premières victimes seraient les femmes les plus vulnérables : comme souvent aux États-Unis, des femmes noires.

Dans le Missouri, l’avortement a déjà presque disparu

États-Unis

En juin prochain, la Cour suprême des États-Unis abrogera probablement l’arrêt « Roe v. Wade », qui a fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Mais dans le Missouri, État conservateur du Midwest, cela fait des années que les interruptions volontaires de grossesse se réduisent à peau de chagrin.

« C’est une attaque fondamentale contre nos droits » : face à la Cour suprême, une mobilisation en défense de l’avortement

États-Unis

Des centaines de manifestantes se sont rassemblées mardi à Washington, devant la haute juridiction, pour exprimer leur colère après la révélation d’un projet de décision qui mettrait fin au droit à l’avortement aux États-Unis. « Je suis horrifiée », réagit Elisabeth, 80 ans, qui s’était mobilisée pour l’obtenir il y a cinquante ans.

Avortement aux États-Unis : la Cour suprême en porte-flingue de l’Amérique réactionnaire

États-Unis

Selon un document de travail rendu public lundi par le site Politico, la plus haute juridiction américaine s’apprête à supprimer purement et simplement le droit constitutionnel à l’avortement.