Notre dossier: Birmanie, la démocratie étouffée

Le coup d’État perpétré le 1er février par la junte militaire a mis fin aux espoirs de démocratisation portés par Aung San Suu Kyi, qui avait cru pouvoir collaborer avec les généraux, au point de rester silencieuse devant le génocide des Rohingyas. Nos articles pour comprendre une décennie manquée.