Reportages

  • Le rêve inachevé de la nation arc-en-ciel

    Par

    Alors que les Sud-Africains vont voter, mercredi 22 avril, pour choisir leur Parlement et élire leur président, on trouve de beaux espoirs et beaucoup de misère dans le pays de Nelson Mandela. Les attentes sont toujours considérables à l'égard de cette nation, un peu trop vite considérée comme un miracle dans les années 1990, mais qui parvient toujours à ne pas sombrer. Dernier volet de notre série.

  • Jacob Zuma, le président caméléon

    Par

    Les élections du 22 avril, les quatrièmes depuis la fin de l'apartheid, vont permettre de désigner le successeur de Nelson Mandela et Thabo Mbeki. Jacob Zuma, en tant que leader de l'ANC, est assuré de devenir président, même si l'homme demeure largement une inconnue et en inquiète beaucoup. Sa victoire est aussi l'échec de Mbeki, qui a accumulé les controverses et les erreurs de jugement pendant ses huit années à la tête de l'Afrique du Sud.

  • En Inde, mille partis et des élections à la démesure du pays!

    714 millions d'Indiens sont appelés aux urnes jusqu'au 13 mai pour élire les députés de la Chambre basse du parlement, qui donnera naissance à un nouveau gouvernement, le 2 juin. Un processus long et particulièrement complexe cette année (plus de 1.000 partis politiques en lice), qui assomme même les Indiens! Un reportage en Inde d'Iris Derœux.
  • La redistribution des terres, héritage cruel de l'apartheid

    Par

    Dès la fin de l'apartheid, une des premières promesses du nouveau gouvernement fut de revenir sur les spoliations historiques qui avaient abouti à la possession de 87% des terres par la minorité blanche. Quinze ans plus tard, et alors que l'Afrique du Sud va élire le 22 avril un nouveau Parlement et choisir un nouveau président, la réforme foncière est très loin d'avoir satisfait à ses ambitions. Les émotions restent vives autour de cette question, d'autant que le contre-exemple du Zimbabwe est présent dans toutes les têtes.

  • Le long sanglot de la minorité blanche

    Par
    Si la population blanche a perdu les leviers politiques, elle domine toujours le monde des affaires. Mais, dans son ensemble, elle a du mal à aborder les évolutions du pays et à se projeter pleinement dans la nouvelle Afrique du Sud qui va voter le 22 avril. La jeune génération semble toutefois davantage embrasser les changements d'une «nation arc-en-ciel» qui demeure un rêve.
  • L'ANC glisse lentement de son piédestal

    Par

    Quinze ans après la fin de l'apartheid, l'Afrique du Sud va élire le 22 avril prochain un nouveau Parlement et se choisir un nouveau président, qui sera sans aucun doute Jacob Zuma. La victoire de l'ANC (African National Congress), le parti historique de la Libération et de Nelson Mandela, est presque acquise. Ce mouvement autrefois mythique est aujourd'hui gangrené par la corruption et l'usure des années de pouvoir. «Il nous a permis de goûter à la démocratie, mais n'a rien fait pour améliorer notre sort», entend-on non loin de Soweto.

    Premier volet de notre série réalisée par notre envoyé spécial

  • Vivre à Shanghai, enfant unique

    Par

    Vendredi le quotidien China Daily annonçait que, pour lutter contre le vieillissement de sa population, Shanghai allait, pour la première fois, inciter certains couples à avoir deux enfants. Les jeunes gens rencontrés dans ces reportages vidéo habitent la mégapole chinoise. Ils ont à peine trente ans et sont nés avec la politique de l'enfant unique. Que représentent pour eux les amis, la famille ? Neuf histoires, trois reportages réalisés en mai 2008 par les étudiants du Centre universitaire d'enseignement du journalisme de Strasbourg.

  • La crise du logement, reflet d'une société sans équilibre

    Par
    L'Algérie a voté jeudi 9 avril. Le président sortant, Abdelaziz Bouteflika a été réélu au premier tour. Tout au long de sa campagne, il a mis en avant ses «grands projets» et notamment la réalisation de 1,3 million de logements, attendue pour la fin 2009. Mais la crise de l'habitat a atteint une ampleur insoupçonnée, sur fond de corruption, et menace l'équilibre précaire de la société algérienne. Reportage de notre envoyé spécial à Alger. (Photos Pierre Puchot)
  • Une politique culturelle introuvable

    Par

    L'Algérie vote jeudi 9 avril pour élire son président. Depuis 2004 et le début du deuxième mandat d'Abdelaziz Bouteflika, les fermetures de lieux culturels se multiplient et l'aide aux artistes est gérée sans aucune concertation. Seul parvient à survivre le réseau du livre, des libraires aux éditeurs, qui se sent menacé par un système éducatif défaillant. Reportage à Alger de notre envoyé spécial (photos Pierre Puchot, 2009).

  • Continental: les maisons du malheur

    Par

    L'usine Continental de Clairoix (Oise) a été fermée, mercredi 22 avril, pour «raisons de sécurité». La veille, des salariés ont détruit le pavillon d'accueil abritant notamment l'alarme incendie. Après la décision du tribunal de Sarreguemines, qui les a déboutés de leur demande de suspension du plan de fermeture du site, ils ont également saccagé la sous-préfecture de Compiègne. Ces manifestations de colère spectaculaires sont le résultat du dépit et de la peur chez les 1.120 salariés. La situation est particulièrement préoccupante pour ceux qui ont fait le choix de devenir propriétaires au cours des toutes dernières années. Ils ont encore parfois 20 ans de crédit à rembourser... Reportage.