Reportages

  • Reims, l'œil de Patrick Artinian pour Mediapart

    PS REIMS TROIS © Mediapart

    Trois jours durant, le photojournaliste Patrick Artinian a exploré pour Mediapart le congrès du parti socialiste, qui s'est achevé dimanche 16 novembre à Reims. Il a promené son regard dans les allées et les coulisses du Parc des expositions, là où les rapprochements se nouent, là où se défont les alliances, là où bat le cœur du congrès. Voici les trois diaporamas qu'il a rapportés de ce congrès sans vainqueur.

  • Delanoë ne veut ni d'Aubry ni de Hamon

    Par

    Alors que le congrès du parti socialiste a commencé, vendredi 14 novembre, à Reims, Ségolène Royal a fait savoir qu'elle est candidate au poste de premier secrétaire. Elle formera un ticket avec Vincent Peillon, qui serait, via une réforme des statuts, son premier secrétaire délégué. De son côté, Bertrand Delanoë a révélé qu'il ne veut pas d'une synthèse anti-Royal qui serait menée par Martine Aubry ou Benoît Hamon. Il demande, pour un tel accord, que le candidat au poste de premier secrétaire soit issu de sa motion. Sinon, il n'appellera à voter pour personne et rentrera dans la minorité du parti pour «des temps difficiles». Lire aussi:

  • Au Liban, la difficile reconstruction du camp palestinien de Nahr el-Bared

    Par
    Au Liban, les camps palestiniens sont considérés comme de vraies poudrières. Des islamistes ont tendance à s'introduire dans ces territoires où l'armée libanaise n'a pas droit de regard. Le cas le plus symbolique reste Nahr el-Bared, situé au nord du Liban. En septembre 2007, de violents combats entre l'armée libanaise et les islamistes du Fatah al-Islam l'ont laissé à l'état de ruines. Depuis les familles sont dans l'attente. Plus d'un an après, l'UNRWA, l'office de secours des Nations unies pour les réfugiés palestiniens au Proche-Orient, a officiellement lancé la reconstruction de ce camp le 29 octobre 2008. Reportage.
  • A Liévin, exaspérations et votes sous haute surveillance

    Par

    Plus grosse section socialiste de France, Liévin (Pas-de-Calais) est aussi réputé pour ses votes «au canon» (les militants suivant comme un seul homme leur député et maire Jean-Pierre Kucheida, soutien de Martine Aubry), ses fraudes spectaculaires et ses pratiques très locales. Mais même parfois opaque, l'urne liévinoise aura parlé clairement, en donnant une large majorité à la maire de Lille, Martine Aubry, qui rassemble 67,8% des voix.

  • A Lyon, Gérard Collomb offre une large victoire à Ségolène Royal

    Par
    Dans une fédération où le vote pouvait paraître plus ouvert qu'ailleurs, les militants ont suivi leur maire et donc Ségolène Royal. Ici, les militants à 20 euros ne semblent pas être revenus subitement voter: seules 215 personnes ont payé leur cotisation le jour du vote. Preuve, de l'avis général, que ce sont plutôt les vieux militants, les plus actifs, qui se sont mobilisés.
  • Mediapart révèle que Jospin n'est pas venu voter

    Par
    Jeudi soir, à 21h50, soit dix minutes avant la clôture du scrutin, un responsable de section du XVIIIe arrondissement de Paris révèle à Mediapart que Lionel Jospin n'est pas venu voter. Soutien déclaré de Bertrand Delanoë, l'ancien premier ministre n'aura pas glissé son bulletin dans l'urne.
  • A Marseille, une école privée pour apprendre en faisant

    Par
    Parmi les structures de l’enseignement privé ayant bénéficié d’un financement exceptionnel dans le cadre du plan Espoir banlieues, les écoles de production ont tiré le gros lot. Basées sur le principe du «faire pour apprendre», ces écoles accueillent des jeunes sortis du système scolaire. Reportage à l’école de production de cuisine, nouvellement créée à Marseille par la fondation d’Auteuil.
  • Une sacrée journée de vote à Chicago

  • Comme un air de révolte à la pointe des Ardennes

    Par

    Le 28 octobre, le président de la République est venu y parler emploi. Il y a deux ans, en pleine campagne électorale, c'est là que Nicolas Sarkozy avait lancé son fameux slogan, «travailler plus pour gagner plus». Deux ans et une crise plus tard, les Ardennes attendent toujours les lendemains qui chantent. A Givet, le chômage fait rage. Gascogne Laminates, le deuxième employeur privé de la ville, va fermer ses portes. Cinquante emplois seront supprimés. Les salariés font grève depuis vingt jours. Reportage. Texte et photos: Mathieu Magnaudeix.

  • Au Venezuela, les saints ont un casier judiciaire

    Par

    Au cimetière de Caracas, la Toussaint est un jour surréaliste. Car Ismael, El Raton et autres saints bandits ont sacrément la cote. Reportage et diaporama.