« First comes love », immuables mariages

Par Tënk & Mediapart

Des scènes parfaitement chorégraphiées de quatre cérémonies de mariage, sans parole et avec une photographie en noir et blanc impeccable. La cinéaste Su Friedrich révèle le conformisme d’une institution patriarcale.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Tous les commentaires

  • Nouveau
  • 22/08/2021 13:45
  • Par

Les images me laissent un peu mal à l'aise, mais la "playlist" est géniale !

En quoi le mariage traditionnel  donnerait il des complexes aux autres? Chacun choisit sa formule comme il veut à notre époque. Et il me semble justement que c'est devenu l'inverse:le mariage traditionnel doit être minoritaire.

ceci étant , il y'a dans votre commentaire comme un à priori idéologique,non?

Ça devient un plaisir chez Tenk/MDP de cracher sur une part très significative du lectorat.

Les commentaires sont réservés aux abonnés.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous