«La Permanence» du bon docteur

Par Tënk & Mediapart

La permanence de l’accès aux soins de l’hôpital Avicenne à Bobigny propose des consultations sans rendez-vous aux migrants primo-arrivants. Dans cette pièce vétuste, Alice Diop a filmé avec délicatesse ces hommes et femmes marqués dans leur chair, et dont les douleurs disent les peines de l’exil.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un cabinet médical où l’on vient pour soulager des douleurs de tête ou de dos, des conjonctivites, des insomnies… Mais la prise en charge est aussi sociale ou psychologique. Les patients n’y sont pas qu’un corps qui souffre, mais des hommes et des femmes pris dans leur histoire douloureuse, contraints à l’exil, victimes de violences et perclus de traumatismes.