«Les poètes sont encore vivants» et dansent avec les mots

Par Images en Bibliothèques & Mediapart

Qu’est-ce que la poésie aujourd’hui ? Quels rapports le slam, la poésie sonore ou lyrique entretiennent-ils avec les autres arts ? À travers les témoignages intimes des poètes et les textes qu’ils choisissent de lire en situation, ce documentaire de Xavier Gayan propose un voyage dans les mots, les langues et le territoire.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Non, Stevenson ne prétends pas comparer les "poètes"  aux porteurs de lanternes, Yvon Le Men se trompe ( et nous trompe ) -

Voir "Les Porteurs de Lanternes",  un des plus beaux textes sur la littérature, où Stevenson évoque d'abord des souvenirs d'enfance.  

 

In " Essais sur l'Art de la Fiction" 

( petite bibliothèque Payot ) 

 

Merci pour cette information.

  • Nouveau
  • 06/01/2018 10:09
  • Par

« Danser avec les mots » quand la campagne est recouverte de son manteau de neige....

Deux commentaires CQFD - En guise de commentaire, j'écris mon dernier texte - Auteur de neuf ouvrages, je n'ai vendu qu'un seul exemplaire (à ma mère) - Les autres, je les ai donnés en espérant qu'ils ont été lus...

Petite sirène

Tu es un jour sortie du temps

Comm' tu l'étais de l'ocean

Et mille aubes en gouttes d'eau

Ruisselaient encor sur ta peau.

Le temps, le temps sur ton visage

N'avait laissé aucune trace

Et ce cliché dans ma mémoire

Je veux le voir et le revoir,

Le souvenir t'as mise en scène

                                   Petite sirène.

 

Non, jamais de soleil couchant

Ne nous rapprochera autant

Que celui de ce soir d'automne,

Et mon cœur encor en frissonne!

Lorsque le souvenir s'impose,

Rien n'est plus dans l'ordre des choses,

C'est comme un grand chambardement

Et dans l'espace et dans le temps:

Je te vois sortir de la Seine

                                        Petite sirène.

 

Quand l'imagination dérive

Le fleuve alors sort de ses rives

Et, sur le chemin de halage

La berge devient un rivage

Où viennent se transposer

Le rêve et la réalité,

Et au milieu comme un mirage

Apparaît alors ton image.

Mon imaginaire fait des siennes

                                 Petites sirène.

 

Non, ce n'est pas la mer à boire

Cet Océan qui nous sépare,

Les jours sont les vagues du temps,

Se renouvellent infiniment

Et les ressacs du souvenir

Résonnent à n'en plus finir.

Avec ces matins sur ta peau

Ils te refont sortir des eaux.

Je voudrais que tu te souviennes

                                    Petite sirène.

 

Meurtri par trop d'éloignement,

Je vais faire un procès au temps.

J'assigne aussi à comparaître

Et du plus profond de mon être

Cette réplique du bonheur

Juste sortie des profondeurs,

Devant une juridiction

Là-bas, par delà l'horizon

Et qui atténuerait ma peine

                               Petite sirène.

 

Il faut le dire à ta décharge,

Derrière toi, c'est le grand large!

Avec ton complice, le vent,

T'as pris la clé de l'océan

Et tu as quitté cette plage...

Le souvenir dans ton sillage.

Une façon pour moi de dire

Que rien n'efface un souvenir,

Rien ne le peut, quoi qu'il advienne

                                       Petite sirène.

 

C'est en te prenant par la taille

Qu'il m'a sorti de ma grisaille.

Je voudrais faire dans ma mémoire

Un copier-coller de l'histoire,

Mettre le temps à la portée

De mes pensées dans le passé,

Mettre les" longtemps" à deux pas

Et quelques secondes de toi

Là, sur les berges de la Seine

                                   Petite sirène.

 

Je me fais un peu de mouron

(De l'eau est passée sous les ponts).

Et crains qu'il ne faille bientôt

Jeter mes souvenirs à l'eau!

En pleurant comme une fontaine,

J'irai alors noyer ma peine

Dans cette immense étendue bleue

Où l'amour te ressemble une peu,

En attendant que tu reviennes

                                   Petite sirène.

Le vrai voyage, les vraies rencontres sont dans la langue poétique car  elle seule dévoile des bouts de monde inconnus.

J'ai trouvé cette vidéo tout à fait prenante. Merci.

  • Nouveau
  • 07/01/2018 08:28
  • Par

Le roman aussi peut être poétique ,non ?

  • Nouveau
  • 07/01/2018 13:46
  • Par

Musique de mots, musique de poète, musique de vie…

Belle idée de les avoir filmés au dehors, au dedans. De près, de loin. Lieu ouvert, de vent, de pluie, de neige. Lieu intime, en cuisine, en livres, en ombre et lumière, là où leur voix, leurs mots nous accueillent et nous portent.

Touchant, vivifiant, de les écouter, de les entendre. Un grand merci à eux, à vous.

Et à Patrice Beray, bien sûr.

La scande est  là

lumière  thérapie

suis aussi Dimitri.

 

Balance ton poète !
(quand cessera-t-on de demander aux poètes de se justifier ?)

 

après ce film merveilleux, il devrait — peut-être —nous venir l'envie d'être avares de mots, afin de mieux écouter les mots des autres, à condition que ces autres, que leurs mots cessent de nous prendre par la main, par la raison, qu’ils ne trahissent plus à l’aide de slogans, de paroles creuses, de discours insignifiants.
Après cette heure, les tirades politiques et bien des articles journalistiques paraissent tout à coup ridicules, boursoufflés. Il y a dans ce document de la chair, beaucoup de finesse, et par exemple la rencontre unique, improbable d’un ancien gendarme et d’un peul…

Rassurez-moi, c'est un troll le mec avec son texte vers 55 minutes?

Merci pour les poètes .

Les commentaires sont réservés aux abonnés.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous