«Ô mon corps !»: à Alger, la danse est un combat

Par Tënk & Mediapart

Ils sont issus du hip-hop ou du breakdance. Accompagnés par le chorégraphe Abou Lagraa et son épouse, Nawal Aït Benalla-Lagraa, ils seront la première formation de danse contemporaine algérienne. Pendant plusieurs mois, le réalisateur Laurent Aït Benalla a suivi la structuration de ce groupe jusqu’au soir de la première mondiale au théâtre national d’Alger.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Concentré des contradictions, qui n'en finissent pas, filmé en 2012:

C'est beau le courage

Nous sommes partis, bon courage à vous la bas, que devenez vous ?

 

  • Nouveau
  • 11/09/2018 12:29
  • Par

Bonjour, la Baraka continue, spectacles au Théâtre de Chaillot à Paris et elle installée à Annonay pour préparer un nouveau spectacle et une tournée en 2020, suivre www.facebook.com/aboulagraa.

Bel hommage à la danse, au spectacle, bande son magnifique ainsi qu'une belle mise en valeur des bruits de la danse ! Bravo et bonne continuation.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
  • Nouveau
  • 28/09/2018 14:45
  • Par

+++

Les commentaires sont réservés aux abonnés.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous