«Plaquages»: dans la fabrique des rugbymen

Par Images En Bibliothèques & Mediapart

Pas de ballon ovale (ou très peu) dans ce documentaire. Ni de prévention des risques lors de plaquages. Mais des haltères, des tapis de course, des kinés, des muscles et de la sueur. Une semaine dans les coulisses du LOU (Lyon olympique universitaire, section rugby) permet au réalisateur Florian Geyer de saisir les efforts extrêmes demandés à ces jeunes sportifs, tous rugbymen professionnels venus de France ou de pays lointains.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Je revoyais l'autre jour des actions de Ronaldinho en me demandant pourquoi il me semblait que c'était un des (sinon le) meilleurs joueurs de l'histoire du foot. Et ma réponse est: le jeu. Et le rugby est mort de ne plus savoir jouer. Le sport de haut niveau en règle générale. Merci le caca-pipi-talisme.

Un documentaire sur le LOU dirigé par un entraîneur "à poigne" comme on dit dans le milieu. Mais si le thème de la préparation physique est central, il faut aller au bout et parler aussi de la sur-médicalisation et du dopage inévitable dans ce sport. Sans stigmatiser un club ou un autre et surement pas le LOU en particulier.

Lorsque l'on voit les ruptures ligamentaires qui se généralisent, les ruptures de biceps et autre ruptures des tendons d'Achille, c'est pas le seul fait du sur-entrainement et des corps poussés à la  limite de leurs capacités qui les expliquent...

A présent, les avants courent comme des 3/4 et les 3/4 sont aussi lourds que des avants...

Non on ne fabrique pas des corps pareils seulement en soulevant des poids et haltères et en faisant du foncier.

Finalement, c'est pas la préparation physique des joueurs du LOU qui m'a le plus marquée, mais les propos humiliants et la méthode exclusivement musclée verbalement de l'entraîneur Mignoni qui sont mis en lumière.

Ce sport est en danger et en France le tout physique est en échec à l'image de Montpellier et du RC Toulon. Ce sport est passé d'un sport de combat et d'évitement à un sport de combat et de collisions...Heureusement un club comme le Stade toulousain s'est recentré sur le "jeu d'évitement" et on voit à nouveau des gabarits raisonnables plutôt que des buldozzers alimentés à grands renforts de salle de sports, de protéines, et autres compléments alimentaires.

Plus ennuyeux, les jeunes qui rêvent de faire carrière dans ce sport défiguré mettent très tôt le doigt dans l'engrenage du sur-entraînement, de la sur-médicalisation et probablement aussi du reste...

L'an passé, une étude démontrait que près de 30% des joueurs professionnels du Top 14, Pro D et Fédérale 1 était sur le flanc et donc en arrêt de travail.

Mais comme les journalistes et autres consultants (ex-joueurs pro qui vont nombreux à la soupe et vendent leur "expertise" aux entreprises.... pour des sommes rondelettes) continuent à dire que "ça tape fort", "ça pique" et que les spectateurs attendent toujours comme à Rome du pain et des jeux....le spectacle continue.

Cette saison, il y a déjà eu 2 morts...  l'aurillacois Fajkrowski et le parisien Chauvin. Ils avaient 21 et 19 ans... Et tous deux à la suite de mauvais placages.

Oui le discours de Mignoni m’a aussi surpris; caricatural comme Gérard Lanvin dans le film humoristique “le fils a Jo” quand il Braille aux gamins dans le bus “pour gagner au rugby il faut 1 - des couilles, 2 - des couilles et 3 - des couilles!” Tous les entraîneurs ne sont pas comme ça, heureusement... c’est plutôt le style du sud-est.

sinon globalement c’est assez effrayant. Pauvres joueurs...

Lyon Olympique Universitaire : Qu'est-ce que ce jeu de brutes a à voir avec l'université ?

J'ai 68 ans bientôt,j'ai eu la chance de pratiquer ce sport quand il n'était qu'un jeu.A  la vue ce documentaire qui ne fait que confirmer hélas ce que l'on pressent quand on voit les rencontres actuelles,je ne peux m'empêcher de dire"mais qu'est ce qu'ils ont fait de jeu merveilleux,qui à une époque a pu constituer une des meilleures façons de passer sa jeunesse,pour qu'ils deviennent ni plus ni moins les jeux du cirque" où les "joueurs"(?) sont devenues de la vulgaire chair à canon.

Comment peut on accepter à ce point de se faire martyriser physiquement,humilier psychologiquement par des personnages tel ce Mignoni(surement à l'image de tous les autres)?Cela dépasse l'entendement.

A faire voir à tous les parents,pour qu'ils retirent fissa leurs gosses des écoles de rugby.

AU SECOURS

"retirer les enfants de l'école de rugby!"

Le rugby n'est pas le seul sport pro en cause s'agissant de pratiques diverses à la vue du public ou hors.

J'ai,dans mon entourage une mère qui a retiré son fils du foot pour la raison suivante:Lassée des demandes de ce fils pour assister à un entrainement de l'équipe professionnelle de la ville,elle l'a accompagné à un entrainement non public,en principe ,de cette équipe.

Quelle ne fut pas sa colère que d'assister ,sous les yeux de son fils,à un entrainement pour feinter,maquiller les chutes dans le but de tromper l'arbitre.

Elle décida sur le champ de sortir son fils d'un jeu de tricheurs.

Je lui conseillais d'inscrire ce fils relativement jeune à l'athlétisme puis ensuite ou simultanément ,l’inscription à un  sport de son choix en milieu scolaire .

S'agissant la transparence du jeu et de la pratique sportive,le volley ball est mon préféré.

Le rugby au plan de la socialisation des jeunes est ,me semble t il le jeu d'équipe dans les meilleurs,mais...

 

 

Il y a des tricheurs partout, pas seulement dans les sports. Et là où les jeux et sports mettent en jeu de l'argent, les triches se multiplient.et se professionnalisent.

J'ai vu, en athlétisme, u  concurrent au saut en hauteur aller se placer derrière le sautoir, et gesticuler, hurler pour empêcher son adversaire de se concentrer .Votre expérience personnelle n'est pas une exception, hélas. Et votre réaction fait honneur à votre honnêteté...Certains ^parents auraient admir.é le "professionnalisme"...Ert, si vous discutez avec "le staff", on vous dia que c'est pour apprendre à se protéger des tricheries de l'adversaire.... Les hypocrites ont toujours de bonnes raisons.....

L'horreur, la fabrique de l'horreur, la compétition réduite à la sauvagerie, la fabrique du surmâle qui n'a d'autre horizon que la guerre et l'étalage de ses couilles, et les enfants qui applaudissent ce triomphe du capitalisme ; il manque la troisième mi-temps, les prostituées, la drogue, l'alcool, l'argent, l'homophobie...
30000 ans pour en arriver là ? Homo sapiens a du souci à se faire !
Par là-dessus un petit chef autoritaire et la troupe se met en marche contre n'importe quel ennemi, n'importe quel autre désigné comme extérieur à l'équipe, au clan, à la tribu...

Vive le quinze... ?
Protégez-nous du sport !

Par Joël j’ai 60 connu le rugby Amateur et maintenant abonne à un club du top 14 j’ai vu toute les évolutions c’est vrai c’est devenu un sport dangereux par les placages par les percussions etc mais c’est dû au gabarit et à la copie du Sud mais 10 ans en arrière la puissance n’est pas synonyme de vitesse et de technique et la France comme d’habitude par ses présidents à regarder certains club du sud en sont restés là et les formateurs n’appuient plus sur la lecture du jeux l’évitement et les relances donc on a copie des équipes qui sont revenu et je pense au all black qui axe sur la vitesse et nos jeunes qui sont formés aujourd’hui n’ont pas de place évidemment il faut des réformes déjà l’arbitrage redonner la place au jeu à la technique les plaquage à deux interdit et pour bien connaître le hand ne pas hésiter à impliquer des arbitres féminins les joueurs ont plus de respects et tout acte illicite 2 minutes quand les équipes joueront jamais à 15 ils ce calmeront et on voit plus la caméra que l’arbitre mettre l’équipe qui discute à 10 mètres quand on voit le temps qu’il faut pour les gagner voilà quelques idées afin que les parents n’esr plus peur de mettre les jeunes à l’école de rugby et de rendre le rugby plus attractif car il y a peut de match attrayant j’en ai vu un hier

"Sport de voyous joué par des gentlemen", ainsi se définissait en Angleterre ce jeu né au College de Rugby , destiné aux jeunes étudiants de bonne bourgeoisie.

Popularisation, puis professionnalisme ont éloigné le jeu de ces "fondamentaux". Et des accidents mortels, des blessures graves, ont sensibilisé tous les milieux , et sont à l'origine de discours trop souvent partiels et partiaux.

Une observation rarement produite : l'arbitrage est trop souvent insuffisant, non en compétence, mais en résistance aux idées reçues, et pas assez résistant aux pressions de toute origine.

Autre observation : le règlement est en permanence enfreint...au point de pouvoir poser la question:"certaines fraudes ne sont-elles pas apprises?

Puissance et vitesse des joueurs sont-elles contrôlables avec les moyens actuels?

Et aussi : analyser les relations  technique-tactique. Le placage haut traduit souvent le souci d'empêcher l'adversaire saisi de jouer la balle. Ou encore, dans l'autre sens : certains placages sans ballon ne sont-ils pas dûs  à une rapidité et un procédé de passe (volleyée) non perçus par le défenseur engagé dans son action?

Parfaitement en accord avec tous les commentaires vus plus haut. Moi aussi, j'ai connu l'ère du rugby amateur que j'ai particulièrement apprécié à la fois comme participant et comme spectateur.

Plus rien de tout cela maintenant.

Juste une remarque : j'entends souvent la réflexion selon laquelle le rugby est un sport de combat collectif. Je rappelle que tous les sports de combat sont organisés par catégories de poids. Ce rugby sans âme, ne m'intéresse plus et n'est même pas distrayant, ni pour nous, ni pour eux. Je ne vois pas de réel bonheur chez ces gladiateurs qui passent plus de temps en salle de muscu.

Merci pour ce documentaire bien loin des docu de C+ très complaisants et sensationnalistes. Quelle misère!

Les activités de combat "sportives" ont des catégories de poids..Il y en a d'autres, de spectacle (catch) éducatives, ou de professions à risque, ou de souci de sécurité personnelle,, ou traditionnelles, etc

 Pitoyable...

Qu 'a t on fait du rugby qu'on aimait ?!

Comment,au nom du sport,peut on infliger de tels traitements à nos jeunes...

J'ose espérer que tous les clubs du top 14 n'agissent pas de la sorte,notamment mon club de coeur ,le stade toulousain...

 

Au Collège anglais de Rugby , on avait inventé le "Rugby football" comme "un sport de voyous pratiqué par des gentlemen", une activité physique "de combat" forgeant à la fois le corps et le "mental".

Exporté hors d'Angleterre, il devint, en France, un jeu où pouvaient se retrouver , dans la même équipe, des "nantis" (propriétaires terriens, industriels agro-alimentaires, etc...) et des ouvriers  de leurs domaones pu entreprises, , acceptés comme "de la famille des forts et courageux".

Puis , c'est devenu "un sport", avec des clubs "de volle" ou "de région".

Puis, un "sport professionnel", , avec les mêmes caractéristiques d'entreprises financières. que dans les autres...

Les accidents graves, mortels même, il en survient dans toutes les activités sportives.Les causes sont multiples : malchance, imprudence, , préparation physique et technique insuffisante, maladresse, brutalité...Dans les sports pro, il y a, en plus, le fric comme cause d'accidents.

-Pourquoi ai-je eu en tête tout au long de ce document, et ce dés les premières images, le film de Chaplin : Les temps modernes? Le monde du rugby est ce monde mécanique? Brrr! 

-Merci à ce Mignoni qui m'a renvoyé 50 années en arrière, au temps joyeux du service militaire. Mais l'adjudant "instructeur" musclé qu'il m'a précisément  rappelé avait une excuse: il était pupille de la nation et n'avait quasiment pas été à l'école. Comme il disait lui-même simplement:  "je suis analphabète; le français et moi on se croise souvent mais on ne se serre pas la main!" Et il avait des méthodes d'entrainement aussi...  Et vous Monsieur Mignoni, entraîneur vous parait une dénomination conforme à votre fonction, à votre poste?

-Question: vais-je pouvoir encore suivre un match de rugby sans avoir en surimpression ces images d'un sport totalement déshumanisé? Auquel cas...

P . Claudel

 

-

Pour moi, le plus dur, c'est de voir écrit Macron à tous les étages!!! héhéhé!

Les commentaires sont réservés aux abonnés.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale