«Zuoz», dans l’internat des enfants riches

Par Tënk & Mediapart

Au cœur des Alpes, en Suisse, l’école privée de Zuoz apprend à ses quelque 200 pensionnaires, tous issus des familles les plus riches du monde, les vertus du libéralisme, de la discipline et de la civilité. Le régime de cet internat est sévère : pas d’écarts, pas d’excès, de la mesure en toute chose. Mais la discipline permet d’acquérir l’art de la rhétorique et l’une des règles essentielles du libre-échange : la négociation. En tournant froidement à la bonne distance de son sujet, Daniella Marxer signe là un documentaire rare. 

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Vous avez de drôles de copine!!!

J'ai l'habitude de lire beaucoup de sottises dans les différents commentaires de médiapart, mais là je dois dire que vous atteignez des sommets.

Mes enfants ont fait toute leur scolarité dans des établissements privés catholiques, et je n'ai jamais trouvé ailleurs  autant d'écoute, de tolérance, de bienveillance, de valeurs humanistes. De part mon travail, en contact avec les enseignants du public, j'ai rencontré beaucoup de sectarisme, et de refus de tout ce qui n'est pas leur vérité. Ce n'est qu'une expérience parmi tant d'autres

C'est pas faux : "la chance accorde ses faveurs aux esprits avertis". Et la vie aux alouettes tongue-out

Trés primaire votre démonstration !

Et votre remarque, qui classe toutes les personnes d'une même classe sociale dans le même panier, elle est comment ? Intelligente ?

Comme si le racisme était réservé aux riches !!!! que d'agressivité et de stupidité dans vos écrits...

" soyez heureux d'être pauvre"!

 

C'est lamentable, l'abus des élites...

Moël Jartin

C'est sûr que ce n'est pas eux qui accepteraient d'habiter des gîtes infâmes quai Branly ( ou même ailleurs! tongue-out)

(6 recommandés à vous deux et sans faire de vagues .... Pas mal ! innocent laughing )

J'ai eu la chance en 1973 et 1976 de participer à deux congrès de physique au Lyceum alpinum de Zuoz.

A l'époque, ils avaient un magnifique piano à queue Bösendorfer Imperial avec onze touches de plus prolongeant les graves. Touches négatives : les touches "blanches" sont noires et vice-versa, comme sur beaucoup de clavecins.

Un vrai régal...

Désolé pour ce souvenir perso totalement hors-sujet...

Presque totalement : un piano pareil ça coûte bonbon...

ces ados-là m'ont encore l'air relativement normaux (ma réflexion est même que dès leurs 18 ans, on ne les reconnaîtra plus suite à leur première chirurgie esthétique ...;-) ... allez jeter un œil à https://www.instagram.com/richkidsofinstagram/

 

À sa décharge il date d'une dizaine d'années .... mais léger.... c'est vrai :( 

Ben c'est le principe du sionisme, non ? L'arianisme aussi, non ? la discipline et les fameuses valeurs ... donc très religieux. Beaucoup de théorie pour débarquer dans la vie courante comme une boule de bowling dans un jeu de quille ! Bourré l'mou de certitude sur une vie qu'ils ne mèneront jamais, ils perpétueront la race tel des zombies ...

Corrompre les esprits, annihiler toute volonté et courage en faisant appel à la cupidité de l'individualiste et en dirigeant par la terreur. J'avais espéré qu'on en était sortit de ce concept, peut-être ne sommes-nous pas encore à l'équilibre, c'est-à-dire trop nombreux et avec des systèmes trop disparate. Certains résistent encore, d'autres ont jeté les marchands du temple hors des palais et s'organisent, ils nous restent à franchir un palier et pas des moindres : comprendre l'orientation, saisir l'opportunité et nous libérer d'un joug organisé pour nous paralyser wink.

Dans la bande son, très particulière, un gimmick revient souvent entre les notes de piano dissonantes, comme la stridulation d'un serpent à sonnette. Étrange...

  • Nouveau
  • 01/07/2017 00:32
  • Par

Finalement, on n'est pas très loin des internats anglais, précurseurs en la matière.

Evidemment, il valait mieux être British pour y obtenir son entrée.

En Suisse, c'est basé sur la fortune des parents; cela facilite l'accès.

"C'est assez triste, tout ça" ... avec du recul !

Sans ce regard extérieur cela parait normal. Et dans le fond n'importe qui de censé et doué d'un minimum d'empathie ne sera choqué de cela, comprenant parfaitement que la volonté d'avoir raison et à défaut de ne pas avoir tort reste toujours le plus fort, notre espérance de vie est-elle à ce prix ? Souvenez-vous d'Achille qui, enfilant sa mini-jupette, dit à un enfant que s'il a peur d'affronter son destin comme un homme personne ne se souviendra de lui wink. Que n'aurais-je aimer traverser son époque pour, mi etou, vivre des aventures sans lendemain qui chante !

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.

je pense que ce sont effectivement des ados difficiles. Leurs parents ne savent pas les éduquer (pas le temps, pas l'envie). Elever des enfants demande des sacrifices, ce qui n'est pas possible à des gens avides et narcissiques. Alors, ils préfèrent s'en débarrasser, et les "confier" à un internat.

Tous les parents ne sont pas comme ceux de Montesquieu : Ses parents ont choisi un mendiant pour être son parrain pour que toute sa vie il se souvienne que les pauvres sont ses frères.

"Dans toute magistrature, il faut compenser la grandeur de la puissance par la brièveté de sa durée."
Montesquieu - 1689-1755 - L’esprit des lois - 1748

au niveau de ceux qui ont de si grandes richesses, l'alternance apprendrait aussi beaucoup de la vie !!! L'un des jeunes dont il est question dans le documentaire a été puni de sorties pour 3 semaines par ses parents parce qu'il avait dépensé 25 000 € en une seule soirée... quelles notions de la vie peut-il avoir ?

Oui, cette névrose est nécessaire pour maintenir ce monde des riches en vie. Il faut avoir manqué beaucoup d'affection pour avoir envie d'accumuler, aux dépens des autres humains, des fortunes colossales, qui n'arrivent même pas à rassurer, même si on s'entoure de puissants signes extérieurs de richesse - il y a ensuite un manque impossible à combler.

Même le prof qui prétend les faire réfléchir sur la pauvreté cultive leurs peurs.

On les oblige aussi au conformisme : tout le monde doit pratiquer "le" sport (en l’occurrence le hockey)  (sport extrêmement violent).

Sous couvert de "négociation" on pratique un sadisme à peine voilé  : cet "éduc" qui coince ce gosse addict au tabac, sans réfléchir sur ce qu'est une addiction !!! c'est monstrueux (et pas très intelligent, mais pour rester éduc dans un tel endroit....) !

Ca me met en rogne, car ce sont des enfants.

  • Nouveau
  • 03/07/2017 09:52
  • Par

Ca fait tout à fait penser à la "pédagogie noire", terme utilisé par la psychanalyste Alice Miller pour décrire une éducation qui a pour but de briser toute volonté et originalité chez l'enfant pour en faire un être docile et obéissant. Ceux-là obéiront aux critères des riches mais ça revient au même. Quels humains peuvent sortir de là ? On regrette de ne pas voir dans le documentaire les parents qui placent leurs enfants dans ses semi-prisons.

Glaçant, flippant... J'ai commencé le visionnage hier avec un ado de 14 ans et ma fille de 10 : ils étaient abasourdis, moi pareil. Aujourd'hui je finis de mater le doc, seule, et il en ressort juste en ce qui me concerne, une grade tristesse. Je suis triste pour ces gamins, enfermés, ils le resteront malheureusement...

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.
  • Nouveau
  • 29/07/2017 16:31
  • Par

ce qui est nul c'est que Mediapart le recommande. 

Oui ! j'en suis tout ébaubi. Qu'ajouter ? ...Rien...Quoique...!  Étant dans une école professionnelle , il me souvient d'un prof auquel on faisait observer: " nous apprenons un métier pour servir un de ces riches qui vont dans une école de riches et qui vont diriger une usine que papa va leur offrir ". Oui, nous dit-il, mais sans vous,  les usines ne tourneraient pas. Les premiers ont toujours besoin d'excellents seconds. Le propriétaire d'un navire ne peut rien sans un bon commandant et un excellent équipage . D'où les conflits parfois...et les chants qui les accompagnent...Ce prof était issu du monde ouvrier...comme nous.

Il devait connaître la chanson d'Eugène Pottier et Pierre Degeyter...comme nous.

Salut et Fraternité

ALLEZ SAVOIR

 

Bonjour ! À celles et ceux qui n'ont consulté, ni dictionnaires, ni google, je précise - ( en m"excusant de ne pas l'avoir fait auparavant) - qu'Eugène Pottier écrivit les paroles, et Pierre Degeyter la musique, de l'Internationale, ce célèbre hymne du monde ouvrier, qui est chanté dans le monde entier, dans toutes les langues.

Salut et Fraternité

ALLEZ SAVOIR

Sectarisme par l'argent plutôt que racisme primaire....a qui la faute ! certainement pas, à ces jeunes qui n'ont rien demandé à personne! Je ne fais pas semblant de découvrir que le monde des bourgeois est tout sauf solidaire ou même déconnecté de nos réalités de pauvres. Par contre en lisant les commentaires, je comprends qu'il n'y a pas que ces "fils de " qui sont déconnectés car le sectarisme et le comunautarisme qui font tant peur à la bien pensante France quand elle s'habille de son racisme primaire, agissent de la même façon partout en France à l'égard des plus démunis qu'ils soient Blanc, Black, Beurre ou Jaune même. Il suffit de se promener partout en France pour comprendre que le riche sectaire aura toujours la possibilité de se retrouver parmi les siens grâce une discrimination par les prix tous simplement (place V.IP, 1ère classe.... ) petite communauté bien pensante et sectaire, bien entendu! Aucune politique libérale ne peut mener à plus de fraternité, ni plus d'égalité et encore moin à une liberté d'opinions dans un monde qui prône la transparence sans la mettre en place (transparence démocratique, transparence journalistique, transparence économique (concurrence pure et parfaite : pilier du capitalisme et non respecté bien entendu!) voire même aujourd'hui qui admet le mensonge comme instrument politique (guerre, économie, sondages....). La France sectaire hypocrite, obèse et libérale continue son achèvement grâce aux bobo corrompus, obèse hypocrite et l'ensemble des pauvres qu'elle a berné toutes ces années a travers son vote. Le marketing politique nous à imposé le digne représentant de cette caste sectaire et formaté, en la personne de M. Macron digne VRP de la société France qui j'en suis sûre va laver plus blanc que blanc. A part ça, vive le progrès!

Inutile de venir déverser votre bile sur la France qui n'a rien à voir avec ce billet .

Les commentaires sont réservés aux abonnés.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous