Documentaire: «Retour à Ouvéa»

Par Mehdi Lallaoui

Il y a presque 30 ans, l'attaque d'une gendarmerie, suivie d'une prise d'otages dans une grotte d'Ouvéa, s'achève par la mort de quatre gendarmes français et de dix-neuf  indépendantistes kanak. Mehdi Lallaoui a retrouvé les témoins.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

  • Nouveau
  • 30/11/2017 20:01
  • Par

Immense MERCI

  • Nouveau
  • 01/12/2017 06:24
  • Par

Avant Éloi Machoro assassiné en 1985, Pierre Declercq (1938-1981), enseignant né dans le Nord de la France, indépendantiste et secrétaire de l'UC (Union Calédonnienne) meurt assassiné le 19 septembre 1981 à Nouméa, un crime colonialiste demeuré impuni!

excellent documentaire qui dévoile les saloperies de la France quelque soit le gouvernement  en place.

 

Mathieu Kassovitz en parlait aussi très bien dans son très grand film "L'ordre et la morale", qui a été bien peu et bien mal distribué au moment de sa sortie.

Ne pa oublier qu'il y a eu également 2 soldats tués lors du 1er assaut et que, si tous les preneurs d'otages n'étaient pas armés, ils avaient quand même1 AA52 et des Famas récupérés lors de l'attaque de la gendarmerie. Si on ne veut pas faire couler le sang, la présence de ces armes qu'on ne trouve pas dans le commerce n'auraient jamais du être prises. Il y a eu en plus des actes qualifiables (assassinat de prisonniers) de crimes de guerre en cas de conflit armés inter-étatiques.

 Merci de rendre compte en respectant la parole des victimes. Très émouvant!

La démocratie française est bien souvent reniée par les actes de ses bras armés, qui sont aux ordres, et dont les buts sont souvent inavouables.

Toutes les démonstrations ayant un caractère légal, mais s'opposant  à l'ambition des donneurs d'ordres, sont réprimées dans leur isolement, la censure ainsi qu'une violence appliquée progressivement, et pouvant se terminer par l'exécution des empêcheurs de tourner en rond.

Actant ainsi plutôt  la loi du plus fort, que les lois démocratiques.

Les morts sont dommageables pour toutes les idées défendues, mais sont surtout la conséquence  des actions voulues par la partie dominante.         

Les commentaires sont réservés aux abonnés.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale