«Le libraire de Belfast» et ses incroyables amis

Par Tënk & Mediapart

Un libraire sans librairie, un rappeur couvert de cicatrices, un punk dyslexique amateur d’opéra… En soignant remarquablement le choix de ses personnages, Alessandra Celesia donne à son documentaire des airs de fiction. «Le libraire de Belfast » est visible en intégralité pendant quinze jours sur Mediapart, en partenariat avec le site vidéo Tënk.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Sublime, c'est une rencontre avec des Hommes remarquables, merci.

Emouvant ce libraire militant. L'art de replacer la culture et les rêves à leur juste place . Aucun exotisme à l'égard des classes populaires. 

  • Nouveau
  • 05/11/2016 12:38
  • Par

 Une librairie vivante  faite de relations vraies, comme on voudrait qu'elle soit . Tout un bijou cet art d'être avec les autres tout simplement  pour s'inquiéter de création et de beauté. Rien à voir avec le piètre rêve de Macron de faire des milliardaires.

Oui, oui, "très émouvant "Le libraire de Belfast". Par le choix des personnages, leurs réalités, leurs intimités, complémentaires justements servies - et respectées - par la prise de vue et par le montage qui servent simplement et naturellement le caractère social du sujet, la justesse de ce  doccumentaire est plutôt apaisant. Merci à vous Madame Celesia pour ce moment de vérité. (Et bien sûr, merci à Médiapart pour ce choix).    

Hallucinant. Comment fait-on un truc pareil ? D'où es-tu partie Alessandra ? Bravo en tout cas.

super: encore un doc qu'on ne peut pas voir depuis les USA, ou ailleurs d'ailleurs. Bande passante méga légère à chaque fois chez vous Mediapart. On peut tout voir, même PBLV sur France 3 mais vous jamais...

C'est magnifique. Merci pour ce moment de grâce.

Oui, merci pour ce moment de grâce et de réalité à la fois si authentique et si poétique. Je ne suis pas prête d'oublier cette phrase "Les rêves. Il faut pas priver un homme de ses rêves. C’est comme amputer son âme" dite par Monsieur le Libraire, homme majestueux avec cette maigreur et sécheresse corporelle si paradoxale avec son esprit foisonnant, alerte et si cultivé ! Quel bonheur de l'avoir rencontré, lui et ses ami(e)s. Et les images.... ces volutes de fumées qui se mêlent d'un plan à l'autre dans la nuit.... Suis carrément sous le choc, et si tous les chocs pouvaient ressembler à celui-ci... Un rêve ! Szilvi.

comment ne pas admirer ce merveilleux film si irlandais et si humain .Becket et Joyce sont  proches.Mille bravos à la réalisatrice?

Oui.

Film drôle et savoureux par les répliques du libraire de Belfast à ses amis : "Ne renoncez jamais à vos Rêves". Belle ballade au coeur de la capitale Irlandaise dans l'intimité de gens ordinaires, haut en couleur, passionnés chacuns dans ce qu'il le fait Vivre/Exister : le Livre, le Chant ou l'histoire d'un pays tel que l'Italie. 

  • Nouveau
  • 15/12/2016 14:09
  • Par

"High dreams…. we can’t leave away dream from a man….it is just like to take a part from his soul" 

Mute like a stone! Human being  is poetry .

 

Magnifique. Bravo !

Un temps suspendu et absolument incarné.

 

Merci

Les commentaires sont réservés aux abonnés.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale