«Son mal en patience»: immersion dans le quotidien d’un Ehpad

Par Yannick Hanafi (5ème étage production)

L’Ehpad est un lieu hors du temps dans lequel se côtoient les réalités du personnel soignant, des familles en visite et des résidents eux-mêmes. Ce premier numéro de « Triptyque », la nouvelle série documentaire immersive de Mediapart, offre trois regards sur une même vérité inéluctable : il faut prendre son mal en patience.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Merci d'aller sur mon enquête :

https://blogs.mediapart.fr/titin/blog/081218/enquete

Là  vous  êtes très  Bon   !!!!cool

Caroline Fiat a été invitée récemment à un de nos Live. Elle a eu des contraintes d'agenda l'empêchant de venir, mais l'invitation sera certainement renouvelée quand nous aborderons ce type de sujets. 

faut toujours que le troll fasse le mariole et prenne son immense place

oie blanche en boule oie blanche en boule

   

C'est vrai Annick, en plus il est vraiment top Fabien Escalona, mais bon tu vois comme moi ce qui est train de se mettre en place pour les européennes et la promotion que Médiapart commence à faire. On va une nouvelle fois essayer de nous vendre une Gauche de droite en dégommant France Insoumise.

Et PAEONIA inutile de lui répondre, c'est la copine de Lancetre, elle n'arrête pas de baver sur Mélenchon avec lui, ça te donne de suite un aperçu de son niveau de réflexion à l'image de son commentaire.

Peut-être à demain à la Bastille wink

Ouahhquelke beauté cette oie je les adore

Merci MICHEL.HUMBERT pour votre commentaire, ce regard sensible, qui oui, enfin, repose des invectives et noirceurs permanentes de la plupart des commentaires sur quelque sujet que ce soit sur ce site, mélange grotesque qui ramène sans cesse aux mêmes obsessions.

J'ai actuellement un parent en EHPAD, pas le plus modeste, pas le plus onéreux non plus, la solidarité familiale permet que ce parent ait une fin de vie digne, dans un environnement de dévouement remarquable. Je suis choquée des faibles salaires de ces soignantes admirables soit dit en passant, mais ce n'est pas le sujet ici ! c'est un regard, un hommage, du respect, un appel à la réflexion.

Et pour finir, merci à Médiapart pour ces trois volets qui me font du bien, ils aident non pas à prendre son mal en patience, mais à trouver...comment dire... cette sorte de fraternité dans la difficile condition humaine en fin de vie, où chacun, de la famille au résidant en passant par le dévouement du personnel, offre à travers ce film un sentiment de partage, de compréhension, quelques minutes où l'esprit cesse de se perdre dans ce qui, dans la vie active, nous dévore tous...

J'ai moi aussi plus souvent qu'à mon tour mes colères et mes déceptions dans la lecture des pages de ce média, mais je lui suis reconnaissante quand il sait toucher juste, et bien plus souvent que beaucoup le prétendent...au point que souvent je me demande : mais que font-ils là ? à part chercher à se mettre en valeur, en avant à tout prix.

Vous semblez avoir du mal de comprendre et d’entendre ce que j’essaye de vous dire. 

Car dans votre commentaire en réponse, une fois de plus, vous ne pouvez que mettre en avant Caroline Fiat et Ruffin. 

Comme si, seuls et seules, les représentants ou représentantes de la France Insoumise avaient une approche respectable de la situation des personnes dépendantes. 

Mais, sans bien sûr nier la bonne approche qu’il et elle défendent, d’autres ont aussi un point de vue, une expérience, un savoir faire, un vécu, qui méritent d’être écouté et pris en compte. 

Pour ma part je pense qu’il faut et faudra, toujours, et dans la construction d’une nouvelle société, prendre en compte ce que vivent les acteurs et actrices, les citoyens et les citoyennes...

Et donc ne pas toujours se référer à ceux ou celles qui, ayant un mandat de représentation, exprime un point de vue. 

Vous devez comprendre que l'évolution de la démocratie que nous voulons et espérons, suppose aussi une nouvelle approche, et que la parole, l’avis, les opinions, de chacun, que celà nous plaise ou non, doit aussi être prise en compte.

Et que ce ne peut être la référence permanente à un quelconque  leader qui construit une adhésion, mais bien plutôt une approche d’explication, de construction commune, de mise sur la table des enjeux, et des solutions, qui peut faire évoluer les consciences. 

Dans le cas du traitement de la dépendance, qui est, mais l’avez vous bien pris en compte?, le sujet... l’avis, le vécu, des personnes concernées sont quand même importants. Les soignants, les parents, les résidents, disent des choses dans ce triptyque, forcément incomplet, mais pointant aussi des questions majeures. 

Evidemment, les moyens aloués à cette question sont décisifs, comme la lutte contre la privatisation de ce secteur avec des entreprises privées qui font du fric. Une société, dont le siège se trouve en Israël, Cap Retraite exerce un lobying incroyable pour, profitant du manque de place en Ehpad, rabattre les demandeurs vers les groupes privés, en touchant sur chaque placement environ 1300€. C’est aussi contre cela qu’il faut se battre. Et la faiblesse des retraites crée une grave discrimination si la famille ne peut compléter le coût de l’hébergement.  Le niveau de l’APA, aide personnalisée d’autonomie, transférée aux départements, est aussi une question...

Dans le cas de l’Ehpad objet de ce triptyque, c’est une structure gérée par un mutuelle, de la Mutualité Française, ce qui est mieux, au vu de ce qui est décrit, que dans ces structures privées. Mais le coût mensuel tourne quand même autour de 2000€ mensuel, ce qui n’est pas rien pour un ou une retraité(e). 

Enfin, il faut une profonde réflexion sur comment se traite la perte d’autonomie. Et je le répéte, entendre toutes les personnes concernées, ou le seront un jour ou l’autre....

Michel Humbert, dont la maman a du rejoindre une Ephad en région parisienne.... 

Caroline Fiat, vous devriez avoir honte d'appartenir a cette assemblée qui ne sert à rien. mais bon 5000 boules + 3000 d'indemnitée  je comprends...... vous pouvez vous offrir une voiture avec parait il.......

 

Dénoncer c'est bien et si on continuait par de l'échange constructif.

Pour ma part j'essai de constituer un groupe de travail sur le sujet afin de ne pas finir ma vie dans ces EHPAD la. 

Trouver un modèle économique et social où l'humain passe avant le profit tout en reconnaissant que le profit est un puissant moteur de l'humain. 

J'apprécie réflexion de Michel.

Quel est votre apport personnel sur le sujet ?

Je veux dire bien vieillir pas Mediapart ;-) 

Jean-Pierre host

Excellement bien vu  ......plein de clairevoyance et de bienveillance  .......un  régal ! 

Bravo ! je trouve votre commentaire plus que pertinent !

en effet au delà des querelles politiques, se retrouvent les problèmes humains, sentimentaux si je puis dire, des résidents, des parents, des proches et des professionnels concernés !

le manque de personnel aussi,peut trouver solution avec la bonne volonté indispensable à une bonne organisation !dans le grand nombre de chômeurs et chômeuses, grand nombre pourraient , après formation rapide et au plus complète, sans aller à des formations très pointues, palier au manque de personnel !

car en fin de compte, quel est le parent qui a reçu la formation nécessaire ou indispensable pour s'occuper d'un proche ? aucun ! l'humanité personnelle de chacun, son intelligence affective et de la bonne volonté patiente sont les bases de toute aide à une personne en difficulté !

De plus cela redonnerait ou donnerait à grand nombre de personnes isolées mais pleines de vaine bonne volonté  de retrouver une meilleurs qualité de vie financière, social  avec dignité et joie de vivre en aidant les autres plus faibles qui en ont grand besoin ! au lieu de construire des gares au milieu de rien qui ne servent à rien, des autoroutes qui permettent à deux ou trois privilégiés régionaux d'aller plus vite, l'argent pourrait être utilement, sagement, raisonnablement et humainement dépensé pour le meilleur être de toutes et tous !

 

  • Nouveau
  • 07/12/2018 19:19
  • Par

La vache, c'est un ephad de luxe : y a des lève-personne !!!

Du coup c'est représentatif des ephad qui vont pas pire mal ? Du coup c'est quoi la proportion ephad kivonbien / ephad en souffrance ?

Parce que des établissements où il y a 1 couche protection par résident par 24h...bin ça existe, même qu'il y en a pas loin de paris ;) Possible qu'ils refusent un reportage filmé...

 

> L’Ehpad est un lieu hors du temps

Amis des banalités et des clichés , bonjour !

 

c'est tout ce que cela vous inspire cher René Magniez ?

 

Normal, puisque je n'ai pas vu le reste. Cette accroche pompeuse et absurde a suffit à m'en dissuader.

Signalons quand même aux auteurs que l'EHPAD n'est pas "hors du temps" : on y entre, on y vit, on le quitte (souvent pour sa dernière demeure mais pas toujours).

 

 

Ça s’appelle une maison de retraite pour les gens normaux , les technos robots ça suffit

Comme si c'était la faute des soignants ! Le dévouement est davantage la règle que l'exception dans ce milieu, le vrai fond du problème, c'est que les personnels n'ont littéralement pas les moyens de prendre bien soin des vieux.

Bonjour Coudrier, À toutes fins utiles, http://www.jacquelinesalenson.com https://www.change.org/p/battons-nous-pour-obtenir-une-loi-sur-l-aide-active-à-mourir Cordialement
Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Alors là ça a toujours existé ai eu ma grand mère maltraitance vol bijoux j’ai fait fermer, plainte , en 1980!!!

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.
  • Nouveau
  • 08/12/2018 00:21
  • Par

J'ai bien aimé ce documentaire touchant qui restitue bien la vie en Ephad. Il m'a ramené à  ma maman  -décédée le 18 juillet en Ephad en Isère, entourée de ses enfants, du personnel, des résidents de l'Ephad. Dans le documentaire, c'est un Ephad de luxe, muni svp d'un appareil pour porter les patients : tous devraient lui ressembler, avec de belles baies vitrées dans les chambres notamment. 

Soignant, c'est un métier difficile, peu reconnu, peu valorisé socialement,  bien trop peu rémunéré. Les métiers socialement utiles, indispensables sont rémunérés à coup de lance pot, alors que les parasites ramassent des saladiers ! C'est l'inverse qui devrait exister. 

" tout le monde vieillit " → le jour où tout le monde aura compris ça ...

 

"on va tous mourir" →  il serait bon de décider librement du moment... ne serait-ce qu'histoire de ne pas engraisser une dernière fois... la canaille... publique et privée... agissant au nom d'une commisération circonstancielle, d'une "philosophie curetone" et néanmoins ô combien... rentable.

 

  • Nouveau
  • 08/12/2018 12:24
  • Par

Très intéressant et très instructif !

Merci de cette excellente initiative !

  • Nouveau
  • 08/12/2018 13:27
  • Par
À voir le magnifique documentaire "Une maison au nord du monde" qui vient d'etre mreEnté en avant-première à Marseille, sur La Maison, établissement pionnier des soins palliatifs dans notre pays.
  • Nouveau
  • 08/12/2018 14:08
  • Par

Enfin un documentaire qui sait écouter les trois paroles, résident, famille et personnel. J'apprécie l'absence de dramatisation qui laisse la place à beaucoup de réflexions. 

Ces trois regards, après les avoir suivis hier, soir m'ont laissée muette. Faut "digérer" cette plongée dans les vestibules de la mort. Après les horreurs vues dans d'autres Ehpad, ça soulage de savoir qu'il existe des soignantes humainement aussi belles comme on voit ici. Cela n'empêche pas que savoir qu'il existe des êtres humains (je pense surtout au monsieur très maigre qui ne semble même plus pouvoir parler) aussi seuls dans leur souffrance, a quelque chose d'inhumain...

J'aimerais bien savoir ce que pense les transhumanistes de tout ça et quelles solutions ils seraient prêts à apporter. Faudrait interroger le docteur Alexandre, lui qui est certain que l'on peut vivre des centaines d'années en parfaite santé! Qu'est-ce qu'il attend pour montrer ses preuves ? 

 

Merci pour ce triptyque plein de sensibilité : il permet à celles et à ceux qui n'ont pas idée du quotidien des familles, des résidents et des personnels de s'en approcher.

Évidemment, les questions d'accès à ces établissements (économiquement) et de qualité des soins, ainsi que de souffrance au travail devraient compléter cette exploration.

Pour vous répondre à tous (soutiens et critiques), ce triptyque complète notre travail sur les Ehpad, avec des papiers d'enquête sur des établissements publics mais surtout lucratifs et notamment Orpea.

https://www.mediapart.fr/journal/economie/230415/espionnage-de-salaries-un-deal-4-millions-deuros-ete-propose-la-cgt

https://www.mediapart.fr/journal/economie/240916/les-mauvaises-manieres-des-maisons-de-retraite?onglet=full

https://www.mediapart.fr/journal/france/290118/chez-orpea-la-fin-de-vie-se-paye-au-prix-fort?onglet=full

https://www.mediapart.fr/studio/portfolios/le-temps-immobile-des-services-alzheimer

Mais aussi sur le financement de la dépendance et la mobilisation sociale :

https://www.mediapart.fr/journal/france/150318/ehpad-et-aides-domicile-le-mouvement-se-poursuit?onglet=full

https://www.mediapart.fr/journal/international/071118/orpea-la-mobilisation-europeenne-des-salaries-s-organise?onglet=full

https://www.mediapart.fr/journal/france/290118/les-ehpad-premieres-victimes-de-lausterite-budgetaire

 

 

merci pour tous vos commentaires.

Merci pour votre travail et vos enquètes. 

Effectivement la question du financement et d’une gestion publique des EHPAD est posée.

Comme dans bien d’autres domaines la privatisation génère des dérives, du profit, des surcoûts pour les accédents et les familles et de profondes inégalités.

Ainsi que je l’ai évoqué dans un de mes commentaires je vous suggère d’enquéter sur la société Cap Retraite qui exerce un véritable lobying auprès des structures publiques et des familles pour, profitant de la faiblesse de l’offre publique, orienter vers les groupes privés comme Korian et Orpea.

Cette entreprise, qui se présente comme un service gratuit (!), et organise des formations auprès des acteurs de ce secteur est un véritable parasite, qui fait du fric sur l’ignorance des gens et le désarroi des familles. Cette entreprise a son siège à Jérusalem en Israël. 

Elle touche de l’argent, entre 1200€ et 1500€ pour chaque placement dans les établissements avec lesquels elle est en contrat. Chiffre d’affaire plus de 6 millions d’euros... 

Il serait intéressant de connaitre tous les tenants et aboutissants de cette entreprise israëlienne, dont la société mère n’a rien à voir avec ce secteur, et qui a réussi à prendre une telle importance...

Bien à vous. 

https://www.youtube.com/watch?v=a7632wWpXIQ&t=151s

  • Nouveau
  • 22/12/2018 22:21
  • Par

Je découvre ce soir votre triptyque, alors que je reviens d'aller voir ma mère qui est depuis 6 mois dans un EHPAD.
Je retrouve dans votre reportage des ambiances connues. Ce qui a rendu "supportable" l'entrée en EHPAD de ma mère, c'est la qualité d'accueil exceptionnelle de l'établissement où elle est. Nous rêvions avec mes frères et soeurs que ma mère puisse y rentrer et lorsque cela a été possible ce fut un véritable soulagement. Dans cet établissement, j'observe une grande bienveillance des intervenants, une extrême gentillesse, des animations intelligentes et respectueuses. Par exemple, ce midi, j'avais réservé une table pour que mon mari et moi puissions manger avec ma mère, nous avions une jolie table pour nous dans une petite salle à manger, la qualité des menus est remarquable et j'ai toujours du mal à terminer un plat. C'est à tous les niveaux que l'on observe un soin apporté et le respect vis-à-vis des résidents qui le sous tend. C'est très rassurant.  Je pense que l'équipe dirigeante insuffle une énergie et une éthique que l'on retrouve dans chaque domaine.

Les Français n'ont-ils donc aucune considération pour... eux-mêmes ? Car, nul doute, si un cancer foudroyant, un acident de la route ou un AVC ne les emporte avant l'âge, il se retrouveront dans un "mouroir". Depuis mon adolescence, il y a hélas 60 ans, j'ai l'impression que le sort de nos anciens en EHPAD ne s'est pas amélioré. Alors, qui est à la manoeuvre pour empêcher que nos anciens soient correctement traités et partent dans la dignité ? Un ratio de (personnel en équivalent temps plein) / (pensionnaires) de 1 devrait être une obligation. Sans laquelle il n'est pas possible de traiter décemment nos vieillards. Les lamentations des Pleureuses n'apportent rien de concret.

Dans d'autres pays civilisés, les anciens qui deviennent "dépendants" sont accueillis dans leur famille et vivent aux côtés des leurs; dans d'autres, les anciens, lorsqu'ils se jugent eux-mêmes inaptes à la vie sociale, s'en vont dans les forêts et attendent leur mort...

> Car, nul doute, si un cancer foudroyant, un acident de la route ou un AVC ne les emporte avant l'âge, il se retrouveront dans un "mouroir".

Mais non, seule une minorité des la population très âgée vit en institution : 25% des octogénaires, et moins de 33% des nonagénaires. Les autres sont chez eux.

 

 

Merci de votre commentaire. Faites-moi la grâce de penser que je n'imagine pas un seul instant que la population française achèvera sa vie en mouroir. Le pourcentage évoqué, suffisamment parlant ne tempère en aucune façon mes inquiétudes.

> Faites-moi la grâce de penser que je n'imagine pas un seul instant que la population française achèvera sa vie en mouroir.

Pourtant , c'est factuellement ce que vous avez écrit. innocent

Roger Paul Bailly,

Merci pour ce commentaire si bien écrit et si juste! smile

faites-moi la grâce de penser, quelle belle expression!

(je souris mais ce n'est pas drôle... j'ai un peu les mêmes inquiétudes...)

PS : il y a aussi la solution "Soleil vert"... Vous connaissez ce film ?

superbe film. regardez-le, imprégnez vous en ...

j'aurais tant de choses à décrire sur ce qui se passe dans les maisons de retraites qu'on pourrait en faire un livre.

J'ai fait les soins de fin de vie à ma mère pendant 4 ans. Bien qu'elle soit hébergée à temps plein. Quand vous avez l'altruisme de creuser un peu, vous vous dites que l'appellation exacte de ces établissements devrait être "garderie en attente de..." Seulement si vous y venez en simple visiteur, tout est toujours très beau et très hypocrite.

Nos anciens qui le clament dès qu'ils y entrent ne sont jamais écoutés, ni même entendus. On dit qu'ils déraillent. J'ai vécu une horreur, impuissante  à faire progresser les choses. La montagne de Sisyphe.

Je ne décris que la situation des personnes qui ont perdu leur autonomie. Pour les autres ça va encore. Mais ils sont une minorité car ils font tout ce qu'ils peuvent pour rester chez eux, car ils savent DEJA ce qui les attend. Alors que tout le monde autour essaye de les convaincre du contraire. Ceux qui -eux - ne savent pas encore. Bientôt, bientôt

 

...l'appellation exacte de ces établissements devrait être "garderie en attente de..."

Mouroir, plutôt, pour ceux qui appellent un chat un chat et... un subclaquant un subclaquant... Il importe de donner à ceux qui le souhaitent, aux "impatients", le droit de choisir le moment... de partir.

 

  • Nouveau
  • 31/12/2018 15:29
  • Par

"Meilleurs vieux, et bananée !"

[ Macron ]

  • Nouveau
  • 14/03/2019 10:27
  • Par

Face à la politique actuelle menée la France elle même est entrain de devenir une Ehpad.

Je ne sais pas si c'est de l'humour de votre part mais, en tout cas, je trouve la comparaison originale et  intéressante...

D'après vous, qui seraient les soignants dans notre "belle" société française dirigée par la politique actuelle ?

Les commentaires sont réservés aux abonnés.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous