«Notre terrible pays», l’éprouvant voyage d'un dissident syrien

Par Tënk & Mediapart

L’écrivain Yassin Haj Saleh, figure du mouvement de contestation populaire né en 2011, emprisonné de 1980 à 1996 pour sa participation au Parti communiste syrien, fuit Damas, la Ghouta orientale et Raqqa, avant de quitter la Syrie. Avec le photographe Ziad Homsi, il traverse un pays en guerre, rencontre les espoirs et les désillusions d’une révolution. Mohammad Ali Atassi signe un film brûlant, primé dans plusieurs festivals.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

un immense reportage qui va durablement laisser  des traces en moi 

Merci pour votre commentaire. "Our Terrible Country" est en effet un film bouleversant que nous pensons important de montrer ici, dans le cadre du partenariat entre Mediapart et Tënk. Si vous souhaitez consulter la programmation Syrie intérieure sur Tënk, n'hésitez pas à vous rendre sur cette page, où vous trouverez également une analyse du programmateur. Bien à vous. Roxanne pour Tënk

Idem,

d’autant plus qu'on on connait maintenant,  à prosteriori,  le chaos à venir après 2013..

Les commentaires sont réservés aux abonnés.

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous