La presse française utilise couramment l'expression «islamistes modérés» pour désigner le mouvement Ennahda arrivé en tête en Tunisie. Pourtant, ces termes sont fallacieux. Mieux vaut parler de parti musulman conservateur. Explications.