Au Maroc, dessiner contre le patriarcat

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En arabe dialectal, « hshouma »c’est « la honte », c’est « honteux », et c’est le mot qu’on dégaine au Maroc (et ailleurs) pour ne pas aborder en société ou en famille les tabous liés au corps, au genre, à la sexualité, aux violences contre les femmes comme le harcèlement sexuel, le viol. Le mot est un bâillon : « Tais-toi, n’en parle pas », sinon « le mektoub », le destin, va s’abattre, ainsi que le qu’en-dira-t-on du cousin, du voisin, du village, du quartier…