Comment s'engager dans une société de la transition énergétique

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Imaginez un monde où les véhicules roulent sans essence, où les convecteurs électriques ont disparu des logements, où les énergies sont à 100 % d’origine renouvelable, le fret véhiculé par le train, l’obsolescence programmée disparue. Bienvenue dans la France de 2050, telle que rêvée par les experts de négaWatt.

Depuis 2003, cette association d’ingénieurs, spécialistes en énergie renouvelable et efficacité énergétique, produit des scénarios d’évolution de la demande et de l’offre d’énergie en France. Leur objectif est de démontrer la faisabilité de la transition énergétique et ce que notre société y gagnerait : pour agir contre les dérèglements du climat, réduire les subventions aux pollutions, créer des emplois, gagner en confort de vie en perdant moins d’heures dans les transports et les embouteillages.

Six ans après sa précédente édition, le nouveau scénario de négaWatt gagne en gravité. Les cinq prochaines années seront décisives pour que la France respecte ses engagements à réduire ses émissions de gaz à effet de serre car « le retard pris pour une mise en œuvre effective augmente mécaniquement le niveau de la contrainte », selon ses rédacteurs.

L’un de ses auteurs et porte-parole, Yves Marignac, également directeur de Wise Paris, un centre d’études sur le nucléaire, est venu s’en expliquer à Mediapart. Pour en débattre avec lui : Julien Rivoire, coauteur du rapport Un million d’emplois pour le climat, chargé des alternatives à la Fédération syndicale unitaire (FSU), et Michel Colombier, directeur scientifique de l’Institut du développement durable et des relations internationales et spécialiste des politiques de transition énergétique.

Comment s'engager dans une société de la transition énergétique

Jade Lindgaard

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous