Dalie Farah: «Ecrire, c’est transposer dans la joie»

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Dalie Farah signe un premier roman, Impasse Verlaine (Grasset), à propos d’une relation mère-fille dysfonctionnelle, mais pleine de vie et d’humour. Rencontre lumineuse avec une écrivaine en tension, toujours à la recherche des mots exacts.

Dalie Farah: «Ecrire, c’est transposer dans la joie»

Antoine Perraud, Faïza Zerouala

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale