Travailleurs « ubérisés », des salariés comme les autres?

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 7 juin, l’Assemblée nationale a voté l’article 20 de la loi d’orientation des mobilités. Si cet article est validé lors de la commission mixte paritaire avec le Sénat, il instituera la possibilité pour les plateformes numériques comme Uber et Deliveroo de faire signer aux chauffeurs et livreurs qui utilisent leurs services une « charte de responsabilité sociale ». Cette charte, facultative, devra faire le point sur les obligations de la plateforme envers « ses » travailleurs… qui resteront des indépendants, microentrepreneurs pour la plupart d’entre eux.