Yassin al-Haj Saleh: «Bachar al-Assad n’est pas un dictateur mais le dirigeant d’un régime génocidaire»

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dix ans après le soulèvement démocratique de 2011, la Syrie a sombré dans l’une des pires guerres du XXIe siècle, qui a fait le lit de ce monstre terroriste qu’est l’État islamique, également appelé Daech. Des centaines de milliers de vies ont été détruites (plus de 500 000 selon des chiffres sous-évalués), des millions de citoyens ont été jetés sur les routes de l’exil (6,5 millions, soit un tiers de la population du pays). Ruinée, dévastée, la Syrie doit en plus aujourd’hui affronter la pandémie de Covid-19, qui empire des conditions de vie déjà très dégradées.