Cambodge : les ombres du génocide

12 photos

La septième édition de Photo Phnom Penh se déroule jusqu'au 28 février 2015 dans la capitale cambodgienne. Parmi la vingtaine d'artistes présentés, un a particulièrement retenu notre attention : Remissa Mak, qui expose à l'Institut français du Cambodge. Il y a tout juste 40 ans, les troupes de Pol Pot entraient dans Phnom Penh. En trois jours, la ville fut vidée de ses habitants. Remissa Mak avait 7 ans et son témoignage aujourd'hui prend la forme de mises en scène de papiers découpés. Un travail en écho à celui du cinéaste Rithy Panh, dont les figurines de terre, dans l'Image manquante, redonnaient corps aux 2 millions de personnes disparues dans ce génocide.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. Remissa Mak

    Mak Remissa appelle ce travail Leave for 3 Days : « C'est un mot-clé pour faire revenir les souvenirs de mon enfance et plus particulièrement ce 17 avril 1975 quand les troupes des Khmers rouges ont pris le contrôle de Phnom Penh. À chaque coup de feu, un tremblement me parcourait le dos. Les soldats, dont beaucoup étaient très jeunes, ordonnaient aux habitants de quitter leur maison pour seulement trois jours, même les malades des hôpitaux devaient partir sans avoir reçu d'informations claires. Ma famille s'est cachée dans notre maison toute la nuit, espérant que la situation évoluerait. Pour notre malheur, la capitale qui jusqu'alors était si vive et animée, est devenue une ville fantôme. » 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 16 photos
par Photos et textes Isabelle Eshraghi
Portfolio — 10 photos
par Photos Steven Wassenaar Textes Alexia Eychenne
Portfolio — 13 photos
par Photos Yulia Nevskaya Textes Estelle Levresse
Portfolio — 9 photos
par Antton Rouget, Sarah Brethes et Valentine Oberti

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Économie et social
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard
Journal — France
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge