Cambodge : les ombres du génocide

12 photos

La septième édition de Photo Phnom Penh se déroule jusqu'au 28 février 2015 dans la capitale cambodgienne. Parmi la vingtaine d'artistes présentés, un a particulièrement retenu notre attention : Remissa Mak, qui expose à l'Institut français du Cambodge. Il y a tout juste 40 ans, les troupes de Pol Pot entraient dans Phnom Penh. En trois jours, la ville fut vidée de ses habitants. Remissa Mak avait 7 ans et son témoignage aujourd'hui prend la forme de mises en scène de papiers découpés. Un travail en écho à celui du cinéaste Rithy Panh, dont les figurines de terre, dans l'Image manquante, redonnaient corps aux 2 millions de personnes disparues dans ce génocide.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. © Remissa Mak

    Mak Remissa appelle ce travail Leave for 3 Days : « C'est un mot-clé pour faire revenir les souvenirs de mon enfance et plus particulièrement ce 17 avril 1975 quand les troupes des Khmers rouges ont pris le contrôle de Phnom Penh. À chaque coup de feu, un tremblement me parcourait le dos. Les soldats, dont beaucoup étaient très jeunes, ordonnaient aux habitants de quitter leur maison pour seulement trois jours, même les malades des hôpitaux devaient partir sans avoir reçu d'informations claires. Ma famille s'est cachée dans notre maison toute la nuit, espérant que la situation évoluerait. Pour notre malheur, la capitale qui jusqu'alors était si vive et animée, est devenue une ville fantôme. » 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 15 photos
par Patrick Artinian
Portfolio — 20 photos
par Gabriel Gauffre et Sadak Souici / Agence Le Pictorium
Portfolio — 13 photos
par Rachida El Azzouzi

À la Une de Mediapart

Journal — France
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — France
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal — France
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — International
Ukraine, la guerre sans fin ?
La guerre déclenchée aux portes de l’Europe par l’invasion russe en Ukraine s'éternise. Va-t-on vers une guerre sans fin ? Et aussi : enquête sur le président Volodymyr Zelensky, la voix de l’Ukraine dans le monde.
par À l’air libre