Dessiner l'Algérie

« Sommes-nous des témoins ou des bouffons ? » C'est la question que se pose Mehdi Djelil, l'un des artistes du webdocumentaire Fabriq Algeria (réalisé par Camille Leprince) dont sont extraits les dessins ci-dessous. Entre dérision, griserie, désenchantement et impertinence, la nouvelle génération d’artistes présentée dans ce webdocumentaire fait émerger un puzzle de l’Algérie d’aujourd’hui. Une exposition est aussi organisée à Paris, à l’IReMMO jusqu’au 11 octobre.

Mots-clés

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

  • Nouveau
  • 02/10/2014 13:26
  • Par

Merci pour cet article très très intéressant ! qui restitue la créativité débridée, l'impertinence, la dérison de cette nouvelle génération d'artistes. A diffuser le plus largement possible. 

 

Avec ce genre de dessin, on a l'impression que les africains sont des zombis...

iti téléphone maison ;)

Ce dessin représente sans doute ce que certains français abrutis par les merdias doivent penser de l'afrique et des peuples qui y vivent...

Magnifique et poignant.

Merci de nous faire connaître ces artistes.

Art glaçant et poignant qui ne s'évade pas et qui renvoie les problèmes sans de grandes perspectives. Les bouffons n'étaient pas écoutés parce qu'ils étaient l'autre voix du pouvoir.

"Art glaçant et poignant"

Ce sont vos mots. 

C'est donc bien de l'art et c'est déjà ça.

Bof! je dois pas avoir la fibre artistique.

Merci.

Triste et sombre. L'Algérie de Boutef et de la junte militaro affairiste crève d'ennui.

Juste pour blaguer:

010jpg-09eed09ee-38242-resp560.jpg

Les réseaux sociaux sont plus impertinents.

Première vision, Adel Bentousi, c'est fascinant ! Couleurs, personnages ( hommes debout ... ou juste adolescents) regards hallucinés. Je découvre les brûleurs; l'artiste en brûlant presque ( sauf Indécision les hommes-loups effrayés/ effrayants, ils n'ont plus de regard ...) toutes ses oeuvres, le devient-il aussi à sa manière artistique ? 

Le Sans-titre de  Maya Benchikh,  fille très colorée au miroir est inquiet et beau.

Quelles sont les dimensions ( pour A.B. je les imagine surdimensionnés), la matière de ces tableaux ?

Les vidéos restent à voir ...

Ai vécu octobre 88, l'espoir, l'enfer et l'exil et ...

Il reste la bas à l´image de ces artistes jeunes, la réalité sombre

merci pour votre courage

Magnifique ! MercI

Brûlure au cœur  http://youtu.be/ymc13QGs0ow

merci pour le lien, ce jeune artiste m'a beaucoup émue, j'aime sa démarche.

même si je regrette les oeuvres parties en fumée, elles n'avaient plus leur signification première et je comprends qu'il n'ai plus voulu qu'elles puissent etre mal interprétées.

Superbe webdoc mais qui, comme la plupart des webdocs ne sont pas lisibles sur tablette Android (tout ou partie, sur celui-ci ce sont les vidéos). Aucune envie de consulter "pieds et points liés" à un ordinateur mais au contraire totalement libre, dans un hamac, allongé sur canapé, à la terrasse d'un café, dans un parc... à partir de ma tablette... 

C'est étrange, dérangeant, c'est beau aussi et suscite la réflexion…   Merci.

Les commentaires sont réservés aux abonnés.

Voir tous les portfolios

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale