Ester et Armando, l'Europe de la misère

Les Molinares ont subi de plein fouet la crise espagnole et, comme nombre de laissés-pour-compte de l'espace Schengen, n'ont eu d’autres choix que de venir en France pour la saison des récoltes. Olivier Jobard les a rencontrés une première fois en mai dernier, puis les a suivis. Son reportage fait partie de la série les « Oubliés de nos campagnes », commandée par le Secours catholique à l'agence photo M.Y.O.P. Un autre reportage « En longeant la diagonale de la misère » est toujours visible ici.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Armando Molinares était ambulancier. Sa femme Ester travaillait dans une maison de retraite. Ils ont tous deux été licenciés sans préavis. « Cette année a été très difficile pour moi. Je ne pouvais plus payer car il n'y a plus de travail en Espagne. Du coup, ils te laissent dans la rue comme un chien. »

Voir tous les portfolios