La semaine de 4 jours ? Même des patrons sont ravis

13 photos

Depuis l’automne, dans la région de Valence, l’Espagne expérimente la « semaine courte » : 4 jours, 32 heures de travail hebdomadaire, avant de l’étendre éventuellement à tout le pays. En France, du côté du patronat comme du gouvernement et de l’Élysée, on est bien loin de cette ligne. Pourtant, à des degrés divers, certaines entreprises ont franchi le pas et cet aménagement, bien perçu par les salariés, n’est pas forcément une mauvaise affaire pour les entreprises. La preuve par trois exemples.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. © Patrick Artinian

    LDLC, Saint-Quentin-Fallavier (Isère), le 27 octobre 2021. Chez LDLC, une entreprise de vente de matériel informatique sur Internet et en boutique, on est passé en janvier 2021 directement des 5 jours, 35 heures de travail hebdomadaire, aux 4 jours, 32 heures, sans perte de salaire. L’entreprise poursuit néanmoins son activité 5 jours par semaine. Pour Laurent de la Clergerie, 51 ans, son fondateur (en 1996) et président, c’est du gagnant-gagnant : les salariés sont satisfaits et l’entreprise florissante. « C’est les 4 jours qui marchent et pas forcément les 32 heures. Dans la boîte, il y avait eu des rachats et lorsqu’on est passé aux 4 jours, 32 heures, le 25 janvier dernier, j’avais des gens à 35, 37 et 39 heures et tout le monde est passé aux 32 heures. Il y a des “39 heures”  qui, pour ne pas subir de baisse de salaire, sont passés à 32 + 2 heures supplémentaires. Tous font le même travail qu’avant, qu’ils aient perdu 3 ou 5 heures, et tous se sentent mieux. Donc l’équation “moins d’heures égale moins de productivité” n’est pas automatique. J’avais calculé que le passage aux 4 jours me coûterait 4 à 5 % de la masse salariale, soit 2 millions d’euros, j’étais prêt à les payer. Je n’ai pas eu à le faire car il n’y a pas eu besoin d’embauche supplémentaire. »

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 14 photos
par Maïté Baldi / Hans Lucas
Portfolio — 16 photos
par Patrick Artinian
Portfolio — 20 photos
par Isabelle Eshraghi
Portfolio — 19 photos
par Natela Grigalashvili

À la Une de Mediapart

Journal — International
Dans le Wyoming, qui sauvera Liz Cheney, la républicaine anti-Trump ?
S’enfoncer dans les délires de Donald Trump ou reconduire son opposante numéro 1 au sein de son parti ? Une certaine idée de la démocratie américaine se joue mardi 16 août dans les primaires républicaines de l’« État des cow-boys ».
par Alexis Buisson
Journal — France
Les réfugiés afghans refusent que leur pays tombe dans l’oubli
Après la chute de Kaboul, le 15 août 2021, quelque 2 600 Afghans ont été évacués vers la France via des vols de rapatriement. Mediapart donne la parole à celles et ceux qui tentent de se reconstruire, loin de leur pays et de leur proches, qu’ils savent meurtris.
par Nejma Brahim
Journal — France
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal — France
Ne pas perdre une goutte d’eau, le combat de Lyon et de sa région
Dans le département du Rhône, parmi les plus touchés par les canicules, retenir et économiser l’eau devient urgent. La bataille se joue mètre cube après mètre cube, de la déconnexion des réseaux d’assainissement à la rénovation des trottoirs, de l’arrosage des jardins aux prélèvements par les gros industriels.
par Mathieu Périsse (We Report)