Le village qui dit non à l’antenne-relais

Par

À Saméon, cité-dortoir de 1 600 habitants au cœur du triangle Valenciennes-Douai-Lille, une grande partie de la population s’oppose à l’implantation d’une antenne-relais de 45 mètres de haut, permettant la couverture du réseau de téléphone de l’opérateur Free. Thierry Hot, ancien militaire aujourd’hui agent de maîtrise dans le ferroviaire à Lille, est à la tête de l’Association pour la protection de la ruralité et de l’environnement à Saméon (APRES). Le propriétaire de l’antenne-relais, TDF, a assigné en référé la municipalité, qui s’opposait à l’édification de cet équipement. Le 26 janvier, le tribunal administratif a débouté la société qui s’est pourvue en cassation.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Le 2 février 2019, l’association APRES organise une manifestation dans le centre du village. Malgré la pluie et le froid, 200 personnes défilent. Mot d’ordre : on ne veut pas de l’antenne-relais Free, le clocher de l’église doit rester le point de repère du village, le point le plus élevé. Le tribunal administratif a de son côté jugé que l’antenne portait atteinte au paysage. Mais l'opérateur contre-attaque sur le fond devant la Cour de cassation. Résultat des courses dans plusieurs mois.

Voir tous les portfolios