Les fumées de Fos-sur-Mer

Sur les rives de l’étang de Berre, dans les rues de Martigues et de Vitrolles, les vents ramènent souvent des fumées soufrées en provenance du littoral. Plus de cinquante ans après la création du port de Fos, les habitants de la région subissent toujours les pollutions de la zone industrialo-portuaire (ZIP), alors que les études sur les effets catastrophiques de ces pollutions sur la santé se multiplient.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

C'est sur une région bien plus large qu'il faudrait faire des études. Un préfet avait dit lorsqu’on l'avait interrogé sur ces problèmes de santé en relation avec les complexes pétro chimique "Les ouvriers boivent et fument alors..." Avant qu'il ne se passe quelque chose dans cette région avec plus de 50 000 emplois dans ces usines à chimie... ce n'est pas après après demain la veille. Les populations sont peu informés ou sont résignées, les pouvoirs publiques ont le cou dans le sable. Status quo. Aller, on fait un petit rapport ? Il y encore de la place dans les placards. Mourrez en silence et circulez.

Berre l'Etang - oct 2015 © thierry dumon Berre l'Etang - oct 2015 © thierry dumon

  • Nouveau
  • 22/08/2019 21:15
  • Par

Et qu'en est-il de la présence de toutes ces substances dans la Camargue voisine et son riz vendu et consommé partout en France ?

Misère! cry

ce qui est sûr c'est que ce n'est pas là que j'irai passer mes vacances (le jour où je pourrai en prendre... ce qui n'est pas demain la veille)

J'ai connu Fos, il y a 70 ans; en mangeant chez l'habitant, du haut du village, on voyait la manade de monsieur Jean, en contre-bas, dans les marais… Toutes ces beauté et tranquillité ont été bafouées, au profit d'un activisme économique, que tout le monde souhaitait alors. Certes on peut se poser la question : Est-ce que le jeu en valait la chandelle ? Mais il est très facile de dire non, aujourd'hui. C'est quand même de Gaulle et tous les Français qui souhaitaient l'industrialisation et la nucléarisation de la France et de la Provence en particulier, qui était une belle endormie…

À mon avis la seule réflexion d'aujourd'hui est de savoir faire le bilan de cette croissance, à plusieurs sens : social, culturel, monétaire, plaisir de vivre, «les vraies richesses», comme disait Giono à l'époque ? 

Peut-on dire que les gens du pays n'avait pas de boulot ? Non, ils ne pointaient pas et ne recevaient pas de salaire, n'allaient pas aux supermarchés pour se bâffrer d'ersatz frelatés… Mais ils étaient bien obligés de faire leur jardin, de garder les moutons, de jouer aux boules avec le maire, d'aller à la pêche, de raconter des salades sous les platanes… Peut être c'était pas très abondant comme richesses, mais c'étaient probablement les vraies ?

Maintenant, est-ce qu'il faut essayer de revenir au temps de la manade de monsieur Jean ?

Bonjour Phylloscopus,

Il y a quand même des limites à l'industrialisation et la nucléarisation! tout à été fait de façon démesurée, avec une rapidité effroyable, sans aucun principe de précaution pour empêcher ce qui arrive aujourd'hui.

Le bilan de cette croissance est vite fait et il est déjà fait : pollutions, maladies, etc. et le bilan continuera de s'aggraver si on ne remet pas en question cette idée de "Croissance". Croissance de quoi au juste ?

PS : Heu, excusez mon manque de savoir mais qu'est-ce que c'est la manade de monsieur Jean ?

"Maintenant, est-ce qu'il faut essayer de revenir au temps de la manade de monsieur Jean ?" Peut-être qu'un jour on n'aura plus le choix ! Et il faudra bouffer ses taureaux bourrés de dioxine...

Et encore, le projet initial de grand port marseillais était bien plus ambitieux, une grosse partie de la Camargue et de la Crau aurait disparu mais certain·e·s diront que Marseille serait devenu le gand port mediterranéen à la place de Barcelone et que le chômage serait moindre.......

c'est ça ou tu n'as pas de boulot.....Choisir c'est se priver du reste , c'est que vous diront ces gens

Choisir c'est aussi découvrir autre chose.

Le système D, ça existe.

  • Nouveau
  • 22/08/2019 23:43
  • Par

A noter l'intérêt de sociologu.e.s américain.e.s pour étudier comment l'ignorance d'une telle situation peut se créer puis persister.

J'ai vu cela  lors du collque relaté ici https://www.pauljorion.com/blog/2016/12/05/le-savoir-saison-2-plus-mite-que-mythique-par-timiota/
et par Jorion lui-même un autre point de vue : https://www.pauljorion.com/blog/2016/12/04/le-temps-quil-fait-le-1er-decembre-2016-retranscription/#more-91125

Et donc les gens qui font cela :

Dans ce registre, j’ai particulièrement apprécié l’étude menée à Fos-sur-Mer, et qui va sortir sous peu en 2017, concernant la perception de la pollution par les habitants (menée par Barbara Allen de Virginia Tech (ici))et Y. Ferrier du centre Norbert Elias à Marseille), mettant en avant des pratiques qui comble les manques de la « science non faite » (undone science). L’étude a redonné aux victimes de la pollution que sont les habitants de Fos et St Louis, sur l’étang de Fos, la capacité de passer du statut de cobaye muet des pas moins de 37 études des décennies précédentes (la plupart non publiées) au statut d’acteurs d’un savoir d’ordre médico-social. Ce savoir se dégage enfin d’une étude qui n’est pas une étude de plus parce qu’elle a su garder le lien entre les habitants et les données. C’est à mon avis un exemple qu’il faudra faire connaitre urbi et orbi.

Ce serait bien d'avoir une suite de la part de ces gens là (je n'ai pas lu toute la série, mais si j'ai raté quelque chose dites le moi).

tous ces pollueurs et leurs soutiens politiques ou administratifs savent que la justice ne les condamnera pas comme pour l'amiante.

Tant que la loi n'appliquera pas le droit de vivre dans un environnement sain, on aura toujours des pollueurs tueurs et des pollués tués

comme ce sont eux qui font la loi, ce n'est pas prêt de changer.

A moins de changer son vote pour une autre organisation ou système ...

Question : demandez aux dirigeants de ces sociétés s.ils vont passer leurs vacances à Fos ?

ou si ils vivent à Fos tout simplement .... Ils vivent loin bien loin des usines

Pourquoi balancer ses effluents a la torchère dès qu'une suspicion d'incident apparait dans la chaine de production ? parce que cela s'est toujours fait? argument stupide,  autrefois, on ne savait (peut-etre) pas faire autrement et ce n'est pas une excuse pour ne pas remettre en question la méthode.

Pourquoi ne pas contraindre les industriels en cas d'incident, a stocker leurs effluents, pour les re-distiller une fois le problème réglé? Ce sont des gaz chauds, et bien condensez-les et stockez-les, c'est votre métier, si vous ne savez pas (ne voulez pas) le faire alors, ne raffinez rien!

L'atmosphère appartient à tout le monde et les raffineurs n'ont aucun privilège de saloper!

  • Nouveau
  • 23/08/2019 23:48
  • Par
Eh donc, personne ici n'utilise d'essence, d'acier ? Ou c'est ok quand c'est fait en Chine dans des conditions bien pire ? L'industrie c'est moche mais difficile de s'en passer (même sans voiture, j'ai besoin d'acier pour mon vélo et d'essence pour faire apporter des légumes dans mon quartier..) (ça veut évidemment pas dire que ces boites doivent pouvoir faire ce qu'elles veulent, et d'ailleurs que veulent elles vraiment ?)

MAIS...les stations d'épuration pour les efflents toxiques et le filtrage pour l'air contaminé n'existent pas ?...ah,ça coûte ! Tandis que pour les maladies induites "y' a la sécu ,n'est-ce pas ?" ...

ET les contrôles ? Ah bon ?  " faut pas les emmerder ,y'a les emplois ,faut pas déconner !..."

Vous cassez pas la tête, le principal problème c'est la démographie : Soit elle est spontanée, comme en Inde, autrefois authentique paradis terrestre; soit elle est provoquée pour créer des emplois, comme à Fos / mer. Concentrations urbaines égalent concentrations industrielles et marchandes, transports, productivité, déchets, pollutions, confinements, confrontations, maladies dites de civilisation… Il est bien certain que toutes nos manies de bio., de vacances, de films, d'évasion, etc… c'est le retour au paradis perdu, sous la tutelle des apprentis-sorciers.

Les fumées les boues rouges .Il y a du travail dans  les bouches du Rhône Dernierement madame  Macron  est descendue pour les élections municipales et a mange dans un grand restaurant .C'est plus facile et moins prenant que de venir voir les grands problèmes .

Pourquoi ne parlons nous pas de démographie .Trop de monde sur terre pour se nourrir boire  se loger .Il faudrait penser à faire moins d'humains car il y a trop de pays où la famine existe et trop de pays surpeuplés .Est ce tabous  de parler planning familial aux autres pays du monde .Je pose la question ?!. 

Travailler  ou mourrir  , c'est  le choix  des habitants du golfe de Fos.

Chaque jour CHAQUE unité :industrie, pétrochimie, projette dans l atmosphère  plus de 30 Tonnes de dioxyde de souffre.  Toute action en torchére émet  des métaux  lourds, des dioxines. 

J habite port de bouc et en face de mon habitation LAVERA, les  panaches de fumée sortant des raffineries  sont fréquents et n'en  déplaise  à  ceux qui ne ke reconnaissent  pas se font de NUIT ou lors de périodes  de mistral ou bien sûr  en cas d'urgence  absolue due à une erreur dans le process de fabrication .J'ai contacté plusieurs fois la préfecture par mail,  une seule fois (la première ) on m'a  répondu. Cela montre à  quel point l'état  se soucie  des habitants  des rives de l étang  de Berre.

Nous subissons  , nous , nos enfants , petits enfants une exposition CHRONIQUE . On parle alors de VME valeur moyenne d Exposition. Mais rien n'est fait, pire les pouvoirs publics n'ont  que peut de latitude pour verbaliser ces industries  , car ni l'ancienne  DRIRE, ni l'inspection du travail n ont de poids face à ces VOYOUS,  les sanctions étant  DÉRISOIRES . Bien des choses ont été  tentées,  mais à  l image du monde dans lequel nous vivons l hypocrisie  est la NORME.   

Partir me direz vous , quitter sa famille, ses amis, ses lieux où  nous avons grandi NON,car cest un déracinement  qui n'est  profitable  qu'à  moi, et le pour ceux qui RESTE ( enfants petits enfants. ..) alors on subit. De toute façon  la nature à  horreur  du vide , et si je pars un autre viendra s intoxiquer à  ma place.

Alors surtout quand il y a des pics de pollution diminuer bien vos vitesses, alors même  que les industriels devaient EUX n utiliser que du fuel à  très  basse  teneur en souffre et qu'ils  ne le font pas ou vraiment quand ils ne peuvent oas faire autrement , dommage que ce fuel TBTS ne soit pas la norme, ce serait  une PREMIERE MEUSURE PREVENTIVE et non pas curative , mais là  JE RÊVE 

Et surtout, n'oubliez pas de commander votre vignette critair pour circuler à Marseille, sous les fumées des bateaux à quai, et sans doute bientôt dans toute la région parmi toutes ces torchères. Vont-ils oser ? Ce jour là, il faudra donner de grosses primes de risque aux flics contrôleurs!

Enfant à Vitrolles, je me souviens des odeurs par temps de Mistral, et des discours rassurants des instituteurs avec certificats d'analyse de l'eau à l'appui avant les sorties scolaires à la base nautique sur l'étang.

l'image est un peu hors-sujet c'est l'incendie volontaire d'une cuve à la raffinerie de Berre le 14 juiller 2015. L'autre image est une campagne d'affichage au même moment. C'était assez surprenant.

Incendie de Berre - juillet 2015 - Vue de Vitrolles © Simon Thery Incendie de Berre - juillet 2015 - Vue de Vitrolles © Simon Thery

Les commentaires sont réservés aux abonnés.

Voir tous les portfolios

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale