Liban, état des lieux avant effondrement

Du Akkar à la Bekaa, de Beyrouth à Tripoli, le constat est le même. Le Liban souffre de tous les maux : crise économique et financière, crise politique et corruption, Covid-19 et accès illusoire aux soins, inflation et dénuement. De plus, le pays accueille près de 880 000 réfugiés syriens et 180 000 réfugiés palestiniens. Le Liban tombe en lambeaux, emportant dans son naufrage les plus pauvres et les plus malades.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Beyrouth (Liban), 21 août 2020. Dans une chambre à coucher, vue sur le silo du port à travers l'encadrement d'une fenêtre dont la vitre a éclaté lors de l'explosion du 4 août 2020. L'explosion de 2 750 tonnes de nitrate d'ammonium stockées dans un hangar portuaire a dévasté la ville, tué au moins 204 personnes. Plus de 6 500 autres ont été blessées et 3 000 ont perdu leur logement. 

Voir tous les portfolios