Lot-et-Garonne : Tera, une utopie en marche

13 photos

Depuis 2015, à Tournon-d’Agenais, une soixantaine de personnes tentent d’inventer une alternative économique au système actuel. Plus qu’un écolieu, c’est un écosystème coopératif avec toute sa complexité que les acteurs de Tera rêvent de mettre en place. Trois grandes lignes se dégagent : une production agricole écologique, une monnaie locale et surtout la mise en place d’un revenu d’autonomie attribué à chacun « de la naissance à la mort ».

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. © Patrick Artinian

    Masquières (Lot-et-Garonne), ferme de Lartel, le 18 juillet. Tera est l’acronyme de « Tous ensemble vers un revenu d’autonomie ». Pour l’instant, l’expérience se décline en trois lieux distants d’une dizaine de kilomètres.

    D’abord la ferme de Lartel à Masquières (non loin du parc naturel des Causses du Quercy), lieu historique du projet, une ferme de 12 hectares offerte par un généreux sympathisant (qui a pris soin de stipuler dans le contrat qu’en cas de « crash global » de la société, il voulait y être recueilli). C’est le cœur névralgique de Tera, là où tout (ou presque) se passe : maraîchage, culture de la spiruline, permaculture, apiculture, cuisine, boulangerie, menuiserie, sans oublier l’accueil des visiteurs (photo) qui viennent certains week-ends afin de comprendre le projet et éventuellement s’en inspirer pour l’essaimer.

    Mais contrairement à un écolieu classique où les participants résident sur place, personne n’habite sur la ferme qui ne sert qu’à la production, les gens de Tera résidant généralement dans le village voisin de Tournon-d’Agenais où se trouvent aussi les bureaux et l’administration de la structure ainsi que l’épicerie ouverte en juin dernier.

    Troisième et dernière place du projet, le futur quartier rural de Trentels, un village voisin, qui devrait concentrer 9 millions d’euros d’investissement afin de bâtir une écoconstruction bois et paille et créer de l’activité et de l’habitat pour trente personnes. Le terrain de quatre hectares est déjà acheté, reste à construire.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 13 photos
par Photos et textes Arthur Larie et Bastien Massa
Portfolio — 15 photos
par Photos Mahé Elipe Textes Caterina Morbiato
Portfolio — 7 photos
par Agence France-Presse et Justine Brabant

À la Une de Mediapart

Journal — France
#MeToo, 5 ans après : notre émission spéciale
Le 5 octobre 2017, un mot-dièse va faire le tour de la planète : #MeToo (« moi aussi »), une expression pour dire haut et fort les violences sexistes et sexuelles. Cinq ans plus tard, les rapports de domination, de pouvoir, ont-ils vraiment changé ?
par À l’air libre
Journal — International
MeToo, plus de cinq ans d’enquêtes
Parmi les centaines d’articles publiés et émissions réalisées par Mediapart, ce dossier rassemble une sélection d’enquêtes marquantes, du monde du travail à celui de la musique, de la politique au cinéma, et fait la chronique des défaillances de la justice.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Politique
Face aux affaires, l’opposition s’indigne, l’exécutif se terre
Les dernières mises en cause par la justice de deux figures du pouvoir, Alexis Kohler et Éric Dupond-Moretti, sont venues perturber mardi la rentrée parlementaire. Face à des oppositions plus ou moins véhémentes, l’exécutif et la majorité en disent le moins possible, en espérant que la tempête passe.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Kohler, Dupond-Moretti : et soudain, il ne se passa rien
Le président de la République n’a pas jugé nécessaire de réagir après l’annonce du procès à venir de son ministre de la justice et de la mise en examen de son bras droit. Il mise sur le relatif silence des médias. Et ne s’y trompe pas.
par Michaël Hajdenberg