A Washington, une petite foule célèbre Martin Luther King

Par

Sur les routes de la ségrégation (1/6). Du 3 au 5 avril 2018, le Conseil national des Eglises (NCC) a organisé à Washington un rassemblement contre le racisme. Proche des combats de Martin Luther King à l’époque de la lutte pour les droits civiques, le NCC est le plus important rassemblement œcuménique des Etats-Unis, réunissant une quarantaine de groupes chrétiens, plus de 100 000 congrégations et 40 millions d’adhérents. 

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Merci et bravo

Merci 51 ans après l'abolition de la ségrégation raciale aux Etats unis, les noirs sont toujours des citoyens de 3° classe, les latinos de seconde classe.

Cela devrait faire réfléchir ceux qui remettent en cause l'intégration à la française, et lui préfère le communautarisme.

Le communautarisme par essence permet de facto la poursuite de la ségrégation sous de nouvelles formes.

Les autres pays pratiquant le communautarisme souffrent des mêmes défauts et sont des sociétés très inégalitaires : la Grande Bretagne en offre un exemple parlant.

 

Rappelons que l'Afrique du Sud 27 ans après la fin de l'apartheid offre le spectacle d'une société profondément inégalitaire et où la question raciale n'a pas été vraiment résolu. Même chose au Zimbabwe, pour des raisons similaires.

Enfin il ne faut pas oublier que le retour de l'extrême droite en Europe est le résultat des politiques néolibérales et ordo libérales liées à la mondialisation néolibérale. Que ce retour est la mise en pratique par les oligarques au pouvoir du diviser pour régner.

Il suffit de constater, qu'une politique raciste et fascisante ne soulève que l'indignation verbeuse de la technocratie bruxelloise, et des dirigeants européens, (Conseil Européen). En revanche lorsque l'opposition de gauche radicale l'emporte comme en Grèce, tous les moyens sont bons pour faire capituler ce gouvernement, se soumettre ou se démettre.

L'ennemi principal est le néolibéralisme fascisant. C'est lui qui suscite le retour de l'extrême droite et divise l'opposition et les milieux populaires, comme dans les années 30. En mai 2017, beaucoup de gens ont voté Macron pour éviter Le Pen, ils ont une politique pire sur le plan économique et sociale, et tout aussi défavorable aux immigrés avec Macron.

En appelant à voter Macron, une partie de la gauche lui a offert une majorité introuvable, qui lui permet mépriser la majorité des français, de les maltraiter, et de servir ces maîtres les oligarques patrons et dirigeants des oligopoles mondiaux. La dérive autoritaire est fdans la logique du néolibéralisme, c'est le fascisme du XXI° siècle, moderne , souriant , cynique et pervers.

Les commentaires sont réservés aux abonnés.

Voir tous les portfolios

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale