1€

Offre spéciale d'abonnement à Mediapart

Mediapart c'est aussi... l'international. Le journal vous propose un regard différent sur l’information. Testez Mediapart pour 1€ les 15 premiers jours d'abonnement.

ABONNEZ-VOUS

Mediapart
Mer.17 septembre 201417/09/2014 Dernière édition

Mathilde Mathieu

36 ans. J'ai d'abord travaillé au Monde et au Monde de l'éducation. En 2004, j'ai rejoint le magazine La Vie (pour des reportages et la rubrique Education). Depuis le lancement de Mediapart en 2008, je me suis convertie au journalisme politique, puis à l'investigation. Mes sujets de prédilection: le train de vie des élus, le financement des partis, les conflits d'intérêts...

Ses derniers articles

Détournements au Sénat: la tirelire secrète de plusieurs sénateurs UMP

|  Par Mathilde Mathieu

Jean-Pierre Raffarin et Gérard Larcher, candidats à la présidence du Sénat fin septembreJean-Pierre Raffarin et Gérard Larcher, candidats à la présidence du Sénat fin septembre © Reuters

La justice enquête sur de possibles faits de « détournements de fonds publics », d'« abus de confiance » et de « blanchiment » au groupe UMP du Sénat. Des élus ont touché de l'argent par le biais d’une association écran. Mediapart a reconstitué en partie la liste des bénéficiaires, dont Jean-Claude Gaudin, Gérard Longuet, Hubert Falco ou René Garrec.

La nouvelle cachotterie de Thomas Thévenoud

|  Par Mathilde Mathieu

© Reuters

L'ancien secrétaire d'État a omis de mentionner, dans sa déclaration d'activités, son court passage comme directeur général d'une société de négoce en vins. Société sous le coup d'une information judiciaire ouverte sur des soupçons de pratiques frauduleuses.

Thévenoud s'accroche à son siège de député

|  Par Lénaïg Bredoux et Mathilde Mathieu

Malgré les appels venus de son propre camp, Thomas Thévenoud refuse de démissionner de son mandat de député et se contente de se « mettre en retrait » du PS. Les socialistes sont consternés. Sa femme, qui gagnait 9 400 euros par mois, s'est mise en congé de son poste de cheffe de cabinet du président du Sénat.

Thévenoud : le fisc a prélevé d'office son indemnité de député

|  Par Mathilde Mathieu et Lénaïg Bredoux

Mediapart révèle que l'administration fiscale s'est tournée vers l'Assemblée nationale pour prélever directement le salaire de Thomas Thévenoud lorsqu'il était député. Seul moyen de recouvrer l'impôt que le socialiste, débarqué du gouvernement jeudi, refusait de payer.

Démission de Thévenoud : encore un scandale fiscal au gouvernement

|  Par Mathilde Mathieu et Lénaïg Bredoux

Après Jérôme Cahuzac et Jean-Marie Le Guen, le gouvernement est à nouveau secoué par un scandale fiscal. Le secrétaire d'État au commerce extérieur a été poussé jeudi à la démission, neuf jours à peine après sa nomination. Il a reconnu des « retards de déclaration et de paiement » au fisc. D'après nos informations, ces « retards » ont duré plusieurs années.

Le secrétaire d'Etat au commerce extérieur ne déclarait pas ses impôts

|  Par Mathilde Mathieu et Lénaïg Bredoux

Dix jours après l'annonce du gouvernement Valls II, un nouveau mini-remaniement a été annoncé jeudi : Thomas Thévenoud est remplacé au commerce extérieur par le député Matthias Fekl. D'après nos informations, il ne remplissait pas ses déclarations de revenus.

Les liens Sarkozy-Courbit au cœur d'une nouvelle affaire

|  Par Michel Deléan et Mathilde Mathieu

Des vols en jet privé à hauteur de 330 000 euros auraient été offerts à l’ex-chef de l’État Nicolas Sarkozy par l’homme d’affaires Stéphane Courbit. Les deux amis projetaient alors de monter un fonds d’investissement. Un micro-parti a également payé un trajet de Nicolas Sarkozy pour le tribunal de Bordeaux.

L'Assemblée a rémunéré 52 épouses, 28 fils et 32 filles de députés en 2014

|  Par Mathilde Mathieu

Mediapart a épluché la liste, désormais publique, des collaborateurs de députés, complétée de nos propres informations. En 2014, au moins 20 % des députés ont rémunéré un membre de leur famille proche.

Au Mobilier national, une dent contre Nicolas Sarkozy et ses chiens

|  Par Mathilde Mathieu

Dans son dernier rapport sur le budget de l’Élysée, la Cour des comptes dévoile le coût des restaurations de mobilier dans les résidences présidentielles. Détail introuvable sous la plume des magistrats financiers : le Mobilier national a dû retaper l'inestimable « Salon d'argent », vandalisé par les chiens de Nicolas Sarkozy.

Le groupe UMP a aussi prêté de l’argent à d’anciens députés

|  Par Mathilde Mathieu et Ellen Salvi

Au lendemain des législatives de 2012, le patron des députés UMP, Christian Jacob, a non seulement utilisé les réserves de son groupe pour voler au secours financier du parti, mais il a aussi octroyé des prêts personnels à deux élus qui venaient de perdre leur siège. Là encore, sans en informer ses troupes.

Copé rémunère sa femme via l'Assemblée nationale

|  Par Mathilde Mathieu et Ellen Salvi

Mediapart révèle que l'épouse de Jean-François Copé est salariée à l'Assemblée nationale depuis des années, sur un poste d'assistante parlementaire du député de Seine-et-Marne, aux frais du Palais-Bourbon. « Elle a un rôle de conseil », rétorque l'entourage de l'ancien patron de l'UMP.

Malgré 76 millions de dettes, l'UMP a soigné les proches de Copé

|  Par Mathilde Mathieu et Ellen Salvi

Mediapart dévoile les comptes 2013 de l’UMP, qui révèlent le montant astronomique de ses seules dettes bancaires : 76,2 millions d’euros. Jean-François Copé ne s’est pourtant pas privé de faire payer par le parti 24 000 euros de billets d’avion à son épouse l'an dernier.

Amende de Sarkozy réglée par l'UMP : la justice ouvre une enquête

|  Par Mathilde Mathieu et Ellen Salvi

Le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire sur un « abus de confiance », après que Nicolas Sarkozy a fait payer par l'UMP l'amende de 363 615 euros que le conseil constitutionnel lui avait infligée.

Et si Sarkozy devait 17 millions à l'Etat ?

|  Par Mathilde Mathieu et Ellen Salvi

En 2013, l'ancien président a écopé d'une sanction de 363 000 euros après le rejet de son compte de campagne, montant calé sur ses dépenses hors plafond. S'il se confirme que 17 millions ont été dissimulés, c'est une pénalité du même montant qu'il aurait dû payer.

Jean-Marie Le Guen a minoré de 700 000 euros son patrimoine

|  Par Michaël Hajdenberg et Mathilde Mathieu et Pascale Pascariello

D’après des informations recueillies par Mediapart, le secrétaire d'État Jean-Marie Le Guen a initialement « sous-déclaré » son patrimoine d'environ 700 000 euros à la Haute Autorité pour la transparence de la vie politique. Mediapart révèle qu'il devrait subir un redressement fiscal sur son impôt sur la fortune, qui pourrait atteindre 50 000 euros rien que sur l'année 2013.

Formation de députés : Bygmalion a directement facturé l'Assemblée

|  Par Mathilde Mathieu et Ellen Salvi

Outre les millions d'euros réglés par le groupe des députés UMP, Bygmalion a aussi facturé l'Assemblée nationale directement. Entre 2008 et 2012, le Palais-Bourbon a versé 217 000 euros à la société pour des formations en communication, d'après des chiffres recueillis par Mediapart.

Prêt de 3 millions: les députés UMP demandent des comptes à Christian Jacob

|  Par Mathilde Mathieu et Ellen Salvi

Mardi, les députés UMP ont réclamé des comptes à leur patron, Christian Jacob, après nos révélations sur le prêt de 3 millions d'euros qu'il a consenti au parti dans leur dos. Faute d'informations, certains s'interrogent encore sur sa légalité.

UMP : l'emprunt caché de 3 millions d'euros

|  Par Mathilde Mathieu et Ellen Salvi

Christian Jacob a succédé à Jean-François Copé à la présidence du groupe UMP en novembre 2010Christian Jacob a succédé à Jean-François Copé à la présidence du groupe UMP en novembre 2010 © Reuters

Mediapart révèle que le président du groupe UMP de l’Assemblée a secrètement « prêté » 3 millions d’euros au parti dirigé par Jean-François Copé, alors qu’il était au bord de la faillite en 2012. Double problème : les députés n’en ont pas été informés, et l’argent provient pour l’essentiel des caisses de l’Assemblée.

Bygmalion : Mediapart publie l’intégralité des fausses factures à l'UMP

|  Par Fabrice Arfi et Mathilde Mathieu et Ellen Salvi

Au total, ce sont 58 fausses factures – pour un total de 15 millions d'euros – que Bygmalion a adressées en 2012 à l'UMP pour l'organisation de réunions fictives. Le but : payer secrètement le dépassement du compte de campagne du candidat Sarkozy.

Document. Meeting par meeting, le détail du financement

|  Par Fabrice Arfi et Mathilde Mathieu

Mediapart a reconstitué la double facturation établie pour les 44 meetings électoraux de Nicolas Sarkozy en 2012.