1€

Testez-nous pour 1€ seulement !

Profitez d'une période d'essai de 15 jours + 15 jours de musique offerts

Testez-nous !

Mediapart
Sam.19 avril 201419/04/2014 Édition de la mi-journée

Mathilde Mathieu

36 ans. J'ai d'abord travaillé au Monde et au Monde de l'éducation. En 2004, j'ai rejoint le magazine La Vie (pour des reportages et la rubrique Education). Depuis le lancement de Mediapart en 2008, je me suis convertie au journalisme politique, puis à l'investigation. Mes sujets de prédilection: le train de vie des élus, le financement des partis, les conflits d'intérêts...

Ses derniers articles

Le micro-parti de Marine Le Pen est visé par une information judiciaire

|  Par Mathilde Mathieu et Marine Turchi

Elle est ouverte pour « escroquerie en bande organisée », « faux et usage de faux ». Au cœur des investigations : des prestations et des prêts fournis à des tarifs élevés aux candidats investis par le FN.

Condamnés et réélus : après Balkany, revoici Bédier !

|  Par Mathilde Mathieu

Condamné pour corruption passive, Pierre Bédier a fait son retour vendredi à la présidence du conseil général des Yvelines. Un come-back silencieux, après moult tours de passe-passe en coulisse. Le PS dénonce « un sale coup fait à la démocratie ». Son cas repose la question de la réhabilitation en politique.

Secrétaires d’Etat: l’occasion encore ratée du renouvellement

|  Par Lénaïg Bredoux et Mathieu Magnaudeix et Mathilde Mathieu

Le secrétaire général de l’Élysée a annoncé le nom des 14 secrétaires d’État du gouvernement Valls. À l’image des ministres de plein exercice, on y retrouve beaucoup de hollandais pur jus, dont des ministres d'Ayrault recyclés. Et très peu de jeunes ministres.

Enregistrements Buisson : un sondage sur DSK au cœur de l'enquête

|  Par Mathilde Mathieu et Fabrice Arfi

Mediapart a récupéré des enregistrements clandestins de Patrick Buisson. Ces bandes sont  entre les mains de la justice. Des extraits montrent comment l'Élysée de Nicolas Sarkozy a payé des sondages sans le moindre rapport avec la fonction présidentielle.

Emploi fictif: un élu de Strasbourg démissionne à la suite de nos révélations

|  Par Mathilde Mathieu

A la suite des révélations de Mediapart sur l’emploi fictif de son ex-compagne, un conseiller municipal de Strasbourg, Christian Spiry (PS), a été contraint à la démission mercredi 3 avril. Il avait obtenu que le groupe Suez environnement la rémunère sur un poste de « consultante » bidon en 2010-2011.

Emploi fictif : un élu PS de Strasbourg a fait rémunérer sa compagne par le groupe Suez

|  Par Mathilde Mathieu

En 2010, alors que l'agglomération de Strasbourg attribuait un marché de 98 millions d'euros au groupe Suez, un conseiller municipal a fait embaucher sa compagne par l'entreprise, comme “consultante”.

Affaire Copé : cette facture de Bygmalion qui a fait bondir le PS

|  Par Michel Deléan et Mathilde Mathieu et Ellen Salvi et Marine Turchi

600 euros de l'heure. C'est le tarif de la formation que Jérôme Lavrilleux, directeur de cabinet de Jean-François Copé et conseiller général de l'Aisne, a prétendu faire payer à sa collectivité, au bénéfice de la société Bygmalion. Le conseil général a refusé de régler un centime.

Comptes de l’UMP : ce qui pourrait intéresser la justice

|  Par Mathilde Mathieu et Ellen Salvi et Marine Turchi

Une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris à la suite des révélations du Point sur les contrats passés entre l’UMP et le groupe Bygmalion, détenu par des proches de Jean-François Copé. Mais la justice pourrait ratisser plus large encore.

Enregistrements clandestins : l'avocat de Sarkozy charge Buisson le « menteur »

|  Par Mathilde Mathieu

Nicolas Sarkozy a réclamé lundi devant la justice le retrait des enregistrements clandestins réalisés à son insu et publiés sur le site Atlantico. L'avocat de Patrick Buisson a plaidé un accident de dictaphone.

L'immobilier très familial du maire de Tarbes

|  Par Mathilde Mathieu

Le maire de Tarbes, Gérard Trémège, est menacé par une information judiciaire pour « prise illégale d’intérêts et recel ». Les enquêteurs épluchent une série de ventes de biens municipaux acquis par des proches. D'après nos informations, l'édile a également subi un lourd redressement fiscal.

Balkany et Cahuzac entre les mains du nouveau procureur financier

|  Par Mathilde Mathieu

D’après nos informations, plusieurs affaires politico-financières majeures jusqu’ici traitées par le parquet de Paris, dont le dossier Cahuzac et l’information judiciaire pour « blanchiment de fraude fiscale » qui vise les Balkany, viennent de passer entre les mains du « procureur national financier ».

Patrick Buisson : un dictaphone à l'Elysée ?

|  Par Mathilde Mathieu

Patrick BuissonPatrick Buisson © Reuters

D'après Le Point, l'ancienne éminence grise de Nicolas Sarkozy à l’Élysée, Patrick Buisson, aurait enregistré le président à son insu. Si de telles bandes existent, c'est une bombe à retardement.

Patrimoine des députés : « Je te déclare, moi non plus »

|  Par Mathilde Mathieu

La Haute autorité pour la transparence, imaginée en réponse à l'affaire Cahuzac, vient de tenir sa toute première réunion. À l'ordre du jour : les déclarations de patrimoine et d'intérêts des parlementaires, que certains ont expédiées à reculons.

La justice enquête sur la fortune de Le Pen

|  Par Mathilde Mathieu

Les déclarations de patrimoine de Jean-Marie Le Pen sont entre les mains des investigateurs de la brigade financière. D'après des informations obtenues par Mediapart, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire après un signalement en novembre dernier de la Commission pour la transparence financière de la vie politique. L'autorité indépendante ne s'expliquait pas l'enrichissement de l'eurodéputé.

Des travaux à l'œil dans la résidence des Balkany à Giverny

|  Par Mathilde Mathieu

Les Balkany, Patrick et Isabelle.Les Balkany, Patrick et Isabelle. © Reuters

La justice pourrait se pencher sur les moyens utilisés par Patrick et Isabelle Balkany pour aménager leur fastueuse résidence de Giverny, en Normandie. D’après nos informations, une entreprise de travaux publics, très présente dans leur ville de Levallois-Perret, s'y est montrée particulièrement généreuse.

Financement des partis : Le Pen et Alliot-Marie épinglés

|  Par Mathilde Mathieu

Les comptes des micro-partis de Jean-Marie Le Pen et de Michèle Alliot-Marie ont été déclarés « non conformes » par la Commission chargée des financements politiques. Dans un avis publié mercredi, celle-ci se félicite que ses moyens de contrôle aient été renforcés. Ils restent pourtant très insuffisants.

Compte de campagne rejeté : l'amende de Sarkozy est payée

|  Par Mathilde Mathieu

Après le rejet de son compte de campagne présidentielle, assorti d'une amende, Nicolas Sarkozy devait plus de 500 000 euros au Trésor public. D'après nos informations, cette somme a désormais été réglée, autorisant l'ancien chef de l'État à faire son retour.

Chauffeurs de Balkany : une information judiciaire est ouverte

|  Par Mathilde Mathieu

D'après nos informations, le parquet de Nanterre vient d'ouvrir une information judiciaire pour « détournement de fonds publics » visant Patrick Balkany. Le maire et député UMP est soupçonné d'avoir utilisé les chauffeurs de sa ville à des fins personnelles, notamment pour des voyages.

Dassault : le jour où les sénateurs ont fermé les yeux

|  Par Fabrice Arfi et Michaël Hajdenberg et Mathilde Mathieu et Pascale Pascariello

Serge Dassault, dans les jardins du Sénat.Serge Dassault, dans les jardins du Sénat. © Reuters

Alors que la gauche est majoritaire au Sénat, la levée de l’immunité du sénateur UMP et homme d'affaires Serge Dassault, demandée par deux juges anti-curruption, a été rejetée mercredi. Entre leurs mains, les élus avaient pourtant un document rédigé par les magistrats, qui révèle l’existence d’un compte au Liban, baptisé “Iskandia”, duquel ont été retirés 3 millions d’euros au cœur des soupçons de corruption électorale à Corbeil-Essonnes.

Lobbying : au moins 2 M€ de dépenses annuelles au Parlement

|  Par Mathilde Mathieu

Les lobbyistes ont un nouveau registre au Parlement. Les entreprises, associations, cabinets, etc., qui acceptent de s'inscrire sont censés déclarer les dépenses qu'ils engagent chaque année pour "travailler" les députés ou les sénateurs. Entre 2,3 et 3,1 millions d'euros seraient ainsi investis.