Abonnements cadeaux Mediapart

L'indépendance a un prix

À qui appartient votre journal ? À ceux qui y défendent leurs intérêts ou à ceux qui le lisent ? Abonnez-vous à Mediapart pour un euro seulement le premier mois.

ABONNEZ-VOUS

Mediapart
Jeu.29 janvier 201529/01/2015 Édition du matin

Philippe Riès

Journaliste depuis 1976, 26 ans à l'AFP, notamment à la tête du Département Economique, des bureaux de Tokyo et Bruxelles. Quatre livres publiés chez Grasset, dont "Cette crise qui vient d'Asie" et "Le jour où la France a fait faillite"

Ses derniers articles

Zone euro: la Grèce reste un cas à part

|  Par Philippe Riès

Une victoire de Syriza permettrait-elle enfin de traiter les scléroses de l'économie grecque, auxquelles l'austérité version Troïka (UE-FMI-BCE) n'a pu remédier ? Ni la dette publique, ni le maintien ou non dans la zone euro ne sont vraiment le problème alors que la chasse aux rentes, le démantèlement d’un État clientéliste et une réforme de la fiscalité sont restés largement lettre morte. Explications.

Monnaies et taux : « Je suis suisse »

|  Par Philippe Riès

Haro sur ces Suisses « irresponsables » qui ont jeté une grenade dégoupillée au beau milieu du marché des changes ? Au contraire, l'abandon d'une manipulation de plus par une banque centrale doit être salué. « Je suis suisse ». Parti pris.

Franc suisse : derrière la capitulation de la banque centrale

|  Par Philippe Riès

La capitulation soudaine de la Banque nationale suisse n'est que le dernier en date des chocs à répétition qu'a provoqués la manipulation du prix de l'argent par les principales banques centrales. Le spectacle doit continuer. Analyse.

Franc suisse : la banque nationale capitule

|  Par Philippe Riès

La Banque nationale suisse a abandonné brutalement jeudi 15 janvier le plafond de 1,20 franc suisse pour un euro, défendu à grands frais depuis trois ans.

Pourquoi le prix du pétrole est redevenu une arme géopolitique

|  Par Philippe Riès

Le prix du baril de pétrole brut a été divisé par deux en six mois. Le cours de l'or noir est un prix de marché. Mais un marché « orienté », pour ne pas dire « manipulé », quand les circonstances s'y prêtent. Un prix très politique donc, forgé par la dégradation accélérée des relations entre les États-Unis et la Russie. Il y a des gagnants et des perdants.

La crise et le cycle financier : un renversement de perspective

|  Par Philippe Riès

Dans un univers financier globalisé, c'est le cycle financier qui compte. Évident ? Eh bien, non. Ni pour la pensée économique dominante, ni pour les « gardiens de la monnaie ». Il est grand temps de changer de perspective.

«Abenomics» : le fiasco, en attendant pire…

|  Par Philippe Riès

Les Japonais sont appelés aux urnes le 14 décembre. Shinzo Abe veut un mandat renforcé pour ses "Abenomics", qui se limitent dans les faits à une dévaluation massive et calamiteuse du yen. On ne change pas une politique qui perd.

La SNCM a six mois pour éviter la liquidation

|  Par Philippe Riès

Le tribunal de commerce de Marseille a placé la SNCM en redressement judiciaire, fixant un délai de six mois pour éviter la liquidation d'une entreprise chroniquement déficitaire et massivement subventionnée.

José Socrates, le visage disgracieux de la politique «moderne»

|  Par Philippe Riès

C'est sans précédent dans l'histoire contemporaine du Portugal et de l'Europe occidentale : un ancien premier ministre soupçonné de corruption, arrêté et incarcéré. Portrait de José Socrates, personnalité « clivante ». 

Corruption au Portugal : l’ancien premier ministre José Socrates arrêté

|  Par Philippe Riès

Onde de choc médiatique et tremblement de terre politique au Portugal : l'ancien premier ministre socialiste José Socrates a été arrêté, soupçonné de corruption, évasion fiscale et fuite de capitaux.

Portugal : la corruption pour les «golden visas» atteindrait le cœur de l’Etat

|  Par Philippe Riès

Une vaste opération policière a conduit à l'arrestation de très hauts fonctionnaires portugais, soupçonnés de corruption pour l'octroi de "golden visas", ces visas délivrés en échange d'un investissement, à des candidats chinois. Et à la chute d'un ministre. Mais pour la suite....

Le rêve avorté de Portugal Telecom

|  Par Philippe Riès

Dégât collatéral de l'effondrement de l'empire Espirito Santo, la bataille financière qui s'engage autour de Portugal Telecom marque la fin du rêve de construction d'un acteur international significatif à partir d'un "petit" pays européen.

SNCM : la fin de l’acharnement thérapeutique ?

|  Par Philippe Riès

En exigeant le remboursement immédiat de 103 millions de créances, Transdev, actionnaire majoritaire de la SNCM, a conduit sa filiale vers le redressement judiciaire. La seule chance, mais pas une garantie, d'éviter la liquidation pure et simple. Analyse.

Dette : l’économie mondiale piégée dans un cercle vicieux

|  Par Philippe Riès

Le traitement de l'endettement par davantage de dette conduit à un constat ignoré, celui du dernier Geneva Report : sept années de crise financière globale et le “deleveraging” (désendettement) n'a même pas encore commencé. Inquiétant.

Europe: Barroso, il est impossible de faire plus mal!

|  Par Philippe Riès

La «décennie perdue» représentée par les dix ans de José Manuel Durao Barroso à la présidence de la Commission européenne prend fin le 31 octobre. Un sombre bilan, qui est aussi celui de ceux qui l'avaient fait roi. Parti pris.

Banques de la zone euro : pour qui sonnera le glas ?

|  Par Philippe Riès

Dimanche 26 octobre, midi pile à Francfort, la BCE publie le résultat de l'examen de la situation des 130 principales banques de la zone euro. Faut-il avoir peur ? Que peut-on en attendre ? Analyse.

Michel Camdessus, au cœur du FMI

|  Par Philippe Riès

Dans La scène de ce drame est le monde, Michel Camdessus livre avec retard des souvenirs très personnels des treize années passées à la tête du Fonds monétaire international. Un passé plein d'avenir, comme les crises financières.

«Le monde en direct» : l’agence de presse, l’information et le pouvoir

|  Par Philippe Riès

Vétéran de l'AFP, Xavier Baron a troqué la dépêche pour le travail d'historien. La leçon de 180 années d'histoire de la plus ancienne des agences de presse : sans indépendance économique, l'indépendance rédactionnelle est un défi permanent. Édifiant. 

Banco Espirito Santo : Santander déjà dans la place

|  Par Philippe Riès

L'équipe chargée de remettre sur pied le Novo Banco, la « bonne banque » issue de la faillite du Banco Espirito Santo, a démissionné après deux mois, en désaccord avec une vente précipitée. Arrivée d'un nouveau patron, venu du groupe espagnol Santander, candidat potentiel au rachat.

Ecosse : l'enjeu dépasse l’avenir du Royaume-Uni

|  Par Philippe Riès

Si c'est « oui », ce sera un tremblement de terre politique, dont les répliques se feront sentir à travers l'Europe, et au-delà. Si c'est « non », le débat ouvert par le référendum écossais n'est pas près de s'éteindre sur un vieux continent où la crise de la démocratie est endémique. Entretien avec Bill Emmott, ancien patron de The Economist.