1€

Testez Mediapart pour 1€ seulement !

Profitez d'une période d'essai de 15 jours + 15 jours de musique offerts

Testez-nous !

Mediapart
Mar.21 octobre 201421/10/2014 Dernière édition

Philippe Riès

Journaliste depuis 1976, 26 ans à l'AFP, notamment à la tête du Département Economique, des bureaux de Tokyo et Bruxelles. Quatre livres publiés chez Grasset, dont "Cette crise qui vient d'Asie" et "Le jour où la France a fait faillite"

Ses derniers articles

Michel Camdessus, au cœur du FMI

|  Par Philippe Riès

Dans La scène de ce drame est le monde, Michel Camdessus livre avec retard des souvenirs très personnels des treize années passées à la tête du Fonds monétaire international. Un passé plein d'avenir, comme les crises financières.

«Le monde en direct» : l’agence de presse, l’information et le pouvoir

|  Par Philippe Riès

Vétéran de l'AFP, Xavier Baron a troqué la dépêche pour le travail d'historien. La leçon de 180 années d'histoire de la plus ancienne des agences de presse : sans indépendance économique, l'indépendance rédactionnelle est un défi permanent. Édifiant. 

Banco Espirito Santo : Santander déjà dans la place

|  Par Philippe Riès

L'équipe chargée de remettre sur pied le Novo Banco, la « bonne banque » issue de la faillite du Banco Espirito Santo, a démissionné après deux mois, en désaccord avec une vente précipitée. Arrivée d'un nouveau patron, venu du groupe espagnol Santander, candidat potentiel au rachat.

Ecosse : l'enjeu dépasse l’avenir du Royaume-Uni

|  Par Philippe Riès

Si c'est « oui », ce sera un tremblement de terre politique, dont les répliques se feront sentir à travers l'Europe, et au-delà. Si c'est « non », le débat ouvert par le référendum écossais n'est pas près de s'éteindre sur un vieux continent où la crise de la démocratie est endémique. Entretien avec Bill Emmott, ancien patron de The Economist.

Croissance: été pourri, rêves d’automne

|  Par Philippe Riès

Été pourri, croissance en berne, sombre rentrée en perspective. Pour se remonter le moral, le chœur des pleureuses reprend sa rengaine favorite : toujours la faute aux « autres », l'Allemagne, la BCE, l'euro.

Faillite de la banque Espirito Santo: comment régnait le « maître de tout ça »

|  Par Philippe Riès

Au cœur du pouvoir exorbitant exercé au Portugal par le clan Espirito Santo, il y avait une combinaison de puissance financière, de réseaux politiques et d'influence médiatique.

L’Etat de droit et le droit des Etats

|  Par Philippe Riès

Des gouvernements d’États délinquant ou voyou, à Buenos Aires et Moscou, sont rappelés à l'ordre par des décisions fondées sur le droit, le contrat et l'arbitrage. Faut-il s'en indigner ou s'en féliciter ? Parti pris.

La famille Espirito Santo expulsée de «sa» banque après une perte historique

|  Par Philippe Riès

Réplique majeure du séisme Espirito Santo ce 31 juillet à Lisbonne, avec l'annonce d'une perte historique de 3,6 milliards d'euros au BES, la famille étant expulsée de "sa" banque.

BNP Paribas : appel au réveil de la Belgique, actionnaire de référence

|  Par Philippe Riès

Le « plaider coupable » de BNP Paribas aux États-Unis devrait enfin permettre aux actionnaires, pénalisés de 6,4 milliards d'euros, de poursuivre en justice les dirigeants d'une grande banque. Premier concerné, l’État belge, avec 10,3 % du capital. 

Espirito Santo : la déroute d’une famille «princière» dans le Portugal républicain

|  Par Philippe Riès

Le nom Espirito Santo a fait cette semaine le tour de la planète financière, les difficultés de la banque familiale BES, première du Portugal et dont le Crédit agricole est le deuxième actionnaire, menaçant le calme précaire régnant sur les marchés. Histoire exemplaire des dérives d'une petite oligarchie politico-financière.

SNCM: grève en forme de suicide estival au port de Marseille

|  Par Philippe Riès

ll aura fallu onze jours de grève et des troubles à l'ordre public en Corse pour que le gouvernement Hollande-Valls se rende publiquement à l'évidence: la SNCM, si elle doit survivre, doit passer par le redressement judiciaire. Nouvel épisode d'un exécrable et interminable feuilleton.

Bilans des banques centrales : régime amaigrissant à haut risque

|  Par Philippe Riès

La crise financière globale a provoqué un gonflement du bilan des principales banques centrales sans précédent, sauf durant la période de la Seconde Guerre mondiale. Une analyse historique laisse entendre que la cure d'amaigrissement, à haut risque, n'est pas pour demain. Analyse.

Alstom : quand Montebourg fait du Sarkozy… en pire

|  Par Philippe Riès

Les faits sont têtus et éloquents. L'accord conclu avec GE aboutit au démantèlement d'Alstom, rétréci au tiers de ses activités antérieures et au prix d'un montage financier digne des pires spéculateurs. Montebourg a encore frappé. Et cette fois-ci, pas dans le vide, hélas. Parti pris.

«Fragile par dessein»: à quoi et à qui servent vraiment les banques

|  Par Philippe Riès

Fragile par dessein : les banquesFragile par dessein : les banques © PUP

Fragile by Design, des universitaires américains Charles Calomiris et Stephen Haber, permet de comprendre « le jeu des marchandages bancaires » propre à chaque pays, qui en sont les bénéficiaires et aussi les dindons de la farce. Lecture indispensable.

De BNP Paribas à la BCE, l’Europe est toujours plombée par ses banques

|  Par Philippe Riès

La vraie question posée par la chronique de l'actualité monétaire et bancaire en Europe est celle des institutions politiques qui placent les intérêts des banquiers au centre des « marchandages ». L’Europe va donc continuer à payer un lourd tribut, économique et social, à un jeu où les banquiers se distribuent les meilleures cartes.

Au Forum des banques centrales, on garde le cap

|  Par Philippe Riès

Le résultat des européennes s'est invité au premier Forum sur la politique des banques centrales. On garde le cap car les « solutions de facilité » replongeraient rapidement l'Europe dans la crise...

CIF: un plan social à plus d’un demi-milliard d’euros!

|  Par Philippe Riès

Le plan social lié à la liquidation du Crédit immobilier de France va coûter plus d'un demi-milliard d'euros, avec un millier de suppression d'emplois dès cet été. Ce scandale d'Etat est étouffé dans l’édredon par la nomenklatura financière. Principal bénéficiaire de l'opération : Bercy et sa direction du Trésor. Principale victime : le logement social.

Le Portugal dit adieu à la «Troïka» : la fin du commencement

|  Par Philippe Riès

Le Portugal sort le 17 mai de trois années d'assistance financière internationale. Une mise en liberté conditionnelle car s'il a retrouvé l'accès aux marchés financiers, le pays est encore loin d'être sorti d'affaire. Analyse. 

SNCM : Transdev obtient finalement la mise à quai de Marc Dufour

|  Par Philippe Riès

Au terme d'une dérisoire nouvelle passe d'armes judiciaire, Transdev, l'actionnaire majoritaire de la SNCM, a finalement obtenu la mise à quai de Marc Dufour et de son « plan de relance ». Prochaine épisode, le 28 mai.

Le Portugal sort sans filet du programme d’assistance financière

|  Par Philippe Riès

Le gouvernement portugais a choisi de sortir, le 17 mai, de trois années d'assistance financière internationale pilotée par la troïka UE-FMI-BCE, sans filet de sécurité. Une sortie “propre” permise surtout par des marchés financiers redevenus bienveillants.