1€

Testez Mediapart pour 1€ seulement !

Profitez d'une période d'essai de 15 jours + 15 jours de musique offerts

Testez-nous !

Mediapart
Ven.22 mai 201522/05/2015 Dernière édition

Stéphane Alliès

Fan de sport (allez Montpellier!), admirateur du Tour de France et adorateur de ris de veau, je couvre l'actualité des partis de gauche pour Mediapart, après des passages à Libération, lefigaro.fr et 20minutes.fr… J'ai aussi co-écrit une biographie de Jean-Luc Mélenchon, parue en janvier 2012 (Le Plébéien, Robert Laffont)

Ses derniers articles

Congrès du PS : 40 000 militants soutiennent le gouvernement

|  Par Stéphane Alliès

Sans grande surprise, la majorité sortante du PS a nettement remporté le congrès, à l'issue du vote militant de jeudi soir. La motion défendue par Cambadélis, Valls et Aubry a recueilli autour de 60 % des voix, contre 29 % pour Christian Paul et la gauche du parti. Mais ils ne sont plus que 70 000 socialistes à encore s'intéresser au PS.

Face aux militants, des motions sans émotions

|  Par Stéphane Alliès

Étrange préparation de congrès chez les socialistes : Mediapart a assisté à des débats sans grande confrontation idéologique dans des salles clairsemées. Le vote de ce jeudi dépendra surtout de la mobilisation militante d’un parti agonisant, deux ans avant la présidentielle.

Au PS, la motion A engage surtout ceux qui y croient

|  Par Stéphane Alliès et Lénaïg Bredoux et Mathieu Magnaudeix

Martine Aubry et Manuel Valls à Lille, le 18 mars 2015Martine Aubry et Manuel Valls à Lille, le 18 mars 2015 © Reuters

Les militants socialistes votent ce jeudi pour départager quatre motions en vue du congrès du PS de juin. La motion A, soutenue par Valls comme par Aubry, devrait arriver en tête. Mais les inflexions économiques qu'elle promet tiennent du vœu pieux.

Les écologistes peuvent-ils sortir d'une crise interne mortifère?

|  Par Stéphane Alliès

Ce week-end, le parti écologiste EELV réunit son conseil fédéral dans une ambiance minée par les divergences stratégiques et les ressentiments des militants. Les dirigeants espèrent sortir de la crise en se recentrant sur l’écologie et en défendant une autonomie électorale aux prochaines régionales.

Contrôle au faciès: une trentaine de parlementaires PS réengagent la bataille

|  Par Stéphane Alliès

Tous les élus nationaux et européens de la « motion B » au futur congrès du PS ont demandé au président du groupe socialiste à l'assemblée, Bruno Le Roux, d'initier une proposition de loi instaurant le récépissé de contrôle d'identité.

François Hollande parle comme un courant socialiste des années 1980

|  Par Stéphane Alliès

En comparant le programme du FN à celui d’un « tract du PCF des années 1970 », le discours anti-immigré en moins, François Hollande commet une faute historique, mais sait très bien où il va politiquement, renouant avec les « transcourants » des années 1980.

François Lamy : « Martine Aubry veut peser, pas témoigner »

|  Par Stéphane Alliès et Hubert Huertas

Emission vidéo dans l'articleEmission vidéo dans l'article

« On n'a pas fait tout ce qu'on a fait au parti pour échouer en 2017 ! » Le député François Lamy, premier lieutenant de la maire de Lille, s'explique sur les raisons de leur motion commune avec Manuel Valls, derrière Jean-Christophe Cambadélis, pour le prochain congrès du PS. Et espère que ce ralliement va permettre (enfin) des inflexions dans la politique gouvernementale.

Motion Cambadélis : les mots d'Aubry, la ligne de Valls

|  Par Stéphane Alliès et Mathieu Magnaudeix

Martine Aubry a largement inspiré le texte de la « motion A » soutenue par l'exécutif pour le prochain congrès de Poitiers, qui aura lieu début juin. Mais les principales inflexions sur la ligne économique, annoncées vendredi, n'ont pas passé le week-end.

Avec Valls et Aubry, Cambadélis espère avoir « plié » le congrès du PS

|  Par Stéphane Alliès

Grand exercice de dialectique et de rhétorique dans les coulisses du conseil national du PS, samedi à l'Assemblée nationale. Le premier secrétaire sortant ne fera pas de synthèse, mais défend une « thèse » sur le renouveau du parti, pour le prochain congrès de Poitiers. D'autres lui contestent vivement l'idée d'une victoire déjà acquise, ne croyant pas à la dynamique d'une majorité incohérente idéologiquement.

Congrès du PS: Martine Aubry se rendort

|  Par Stéphane Alliès et Mathieu Magnaudeix

La maire de Lille, très critique sur le quinquennat de François Hollande, renonce à porter une motion au congrès du PS ou à s'allier avec les frondeurs. Elle rejoint la motion majoritaire soutenue par François Hollande et Manuel Valls. Et s'anesthésie politiquement.

François Hollande et Martine Aubry, à Lille, le 22 novembre 2014François Hollande et Martine Aubry, à Lille, le 22 novembre 2014 © Reuters

Vers trois motions concurrentes au congrès du PS

|  Par Stéphane Alliès

Jean-Christophe CambadélisJean-Christophe Cambadélis © Reuters

Cambadélis devrait remporter son pari d’une motion recueillant le soutien de l’aile droite du PS comme de Martine Aubry. Socialistes critiques, aile gauche et députés “frondeurs” ont réussi à s’unir derrière Christian Paul. Un troisième texte, « à mi-chemin », sera porté par Karine Berger.

Faute de cap, les écologistes dérivent à vue

|  Par Yannick Sanchez et Stéphane Alliès

Au bord de la scission en cas de remaniement ministériel, EELV est désormais livré à ses propres errances internes. Majorité militante partisane de l'autonomie, chefs de file parlementaires démunis en l'absence de perspective gouvernementale, discussions d'apparat avec le PS, secrétaire nationale en difficulté… Le parti écolo ne sait pas franchement où il va, ni comment il peut se sortir de cette crise. Les écolos favorables à un retour au gouvernement se retrouvent ce samedi à Paris.

Triangulaires au second tour: ça persiste, ça se désiste, ça résiste

|  Par Stéphane Alliès et Ellen Salvi

Appel au désistement républicain pour le PS. Ligne du “ni-ni” pour l’UMP. Les consignes nationales édictées à Paris en vue du second tour des départementales se heurtent aux réalités locales. Retrouvez notre carte des triangulaires.

Après le premier tour, les comptes divers de la gauche

|  Par Stéphane Alliès

Si le « total gauche » atteint les 35 %, le détail des résultats rapportés par les responsables des divers partis laisse apparaître des nuances sur lesquelles s'appuie chacun pour défendre sa ligne stratégique des semaines et mois à venir.

Les socialistes ne «résistent» que dans leur monde imaginaire

|  Par Stéphane Alliès

Le Front national s'installe à 25 %, un Français sur deux ne se déplace plus aux urnes, le PS ne pèse plus que 20 % dans un de ses scrutins favoris, il est déjà éliminé dans plus de 500 cantons. Mais le premier ministre estime que «quand on mobilise les Français, ça marche». Décryptage d'une illusion.

Revenir au gouvernement? Les écologistes au bord de la scission

|  Par Mathieu Magnaudeix et Stéphane Alliès

Faut-il revenir ou pas au gouvernement, un an après ? Pour quoi faire ? EELV est au bord de la crise de nerfs. La perspective d’un remaniement après les départementales divise le parti, jusqu'à menacer son existence.

A Grenoble, les gauches iséroises se toisent et se recomposent

|  Par Stéphane Alliès

La majorité PG/EELV/réseaux citoyens, élue l’an dernier dans la capitale des Alpes, entend concurrencer et devancer le PS au niveau départemental. Au risque de perdre le conseil général. Les résultats dicteront la suite des événements, comme la cicatrisation ou non de la fracture à gauche. Et aussi l’attitude des socialistes.

A Saint-Denis, la lutte contre l'islamophobie fait le plein

|  Par Stéphane Alliès

Près de cinq cents personnes ont écouté, trois heures durant, témoignages et appels. Les organisateurs espèrent continuer à faire converger militants associatifs des quartiers, citoyens musulmans et gauche plus traditionnelle.

Benoît Hamon: «Nous avons fait l'erreur de croire que Manuel Valls modifierait le cap»

|  Par Stéphane Alliès et Yannick Sanchez

Benoît Hamon : « C'est vrai, je pense que je me suis trompé »Benoît Hamon : « C'est vrai, je pense que je me suis trompé » © Yannick Sanchez

En clamant fort son opposition à la loi Macron, l’ancien ministre de l’éducation et député PS des Yvelines Benoît Hamon a été un des éléments déclencheurs du recours à l'article 49-3. Il a accordé un entretien à Mediapart pour expliquer l’échec du compromis sur le travail dominical puis a accepté de répondre à nos questions sur l'avenir d’un parti socialiste divisé. 

La mairie du XXe décrète Rokhaya Diallo persona non grata

|  Par Stéphane Alliès

La maire PS de l’arrondissement parisien, Frédérique Calandra, refuse catégoriquement la présence de l’essayiste à un cycle de débats autour du droit des femmes. La table ronde a été reprogrammée le même soir dans une autre salle. La maire, elle, assume vigoureusement.