1€

2 mois offerts : plus que quelques jours pour en profiter

Mediapart fête son 7e anniversaire ! Offre spéciale : 3 mois d'abonnement pour 9€ seulement. En cadeau, des places pour le Cirque Romanes pour les 10 premiers abonnés.

ABONNEZ-VOUS

Mediapart
Mar.31 mars 201531/03/2015 Dernière édition

Christine Marcandier

Critique littéraire

Ses derniers articles

A lire, une bande-son rock & pop

|  Par Christine Marcandier

Que peuvent bien avoir en commun Johnny Cash, Joe Strummer et David Bowie ? Une forme de « pop fiction », interrogeant notre époque et ses normes, susceptibles d'infinies variations, sexuelles comme textuelles, comme le montrent une dizaine de parutions récentes, essais comme romans, français comme étrangers.

Des nouvelles de l’Amérique

|  Par Christine Marcandier

« À l'approche d'un millénaire dépourvu d'illusions », trois recueils de nouvelles viennent de paraître, signés Russell Banks, George Saunders, Kate Braverman, qui peignent, avec une lucidité cruelle, une Amérique en éclats.

© Martin Usbonne (détail de couverture du Russell Banks)

Contes de faits : quand la littérature se confronte à la justice

|  Par Christine Marcandier

Tout fait divers est roman potentiel : il offre des personnages, un cadre, des événements. Trois romans qui viennent de paraître illustrent ces noces de la justice, de la presse et de la littérature et déploient les possibles d'une écriture, factuelle ou fictionnelle, du réel. Extraits des livres en fin d'article.

Alexandre Civico, un roman comme un étranger aux mains sales

|  Par Christine Marcandier

La Terre sous les ongles aurait pu s'intituler L’Étranger ou Les Mains sales, «mais il paraît que c’était pris». Dans ce roman poétique, social, politique, Alexandre Civico revient sur sa propre histoire et la dépasse, montrant que «celui qui représente le mieux, ou de la manière la plus vive, la condition ouvrière, c’est l’immigré». Critique, entretien avec l'auteur et premières pages du livre en fin d'article.

68, année érotique

|  Par Christine Marcandier

Mai 68 est au centre de deux romans de cette rentrée d'hiver : Une fille de Juliette Kahane et Un an après d'Anne Wiazemsky. Toutes deux racontent l'effervescence de ces journées, la parole qui s'élève, les corps qui exultent, mais aussi un mouvement de libération plus intime. Lecture et extraits des romans en fin d'article.

Deux romans: «Athènes, un endroit à lire en permanence»

|  Par Christine Marcandier

Deux romans, juste publiés, explorent les effets de la crise grecque. L’un, écrit par Charly Delwart, s’ouvre sur une citation de Timothy Leary qui pourrait servir d’exergue à toute fiction : « L’univers est un test d’intelligence. » L’autre, signé Ersi Sotiropoulos, est une chambre d’échos d’Athènes. Dans Chut comme dans Eva se dit la Grèce d'aujourd'hui.

"Vasanizomai" ("Je souffre") sur un mur d'Athènes"Vasanizomai" ("Je souffre") sur un mur d'Athènes © DR

Rafael Chirbes et « l’odeur du XXIe siècle commençant »

|  Par Christine Marcandier

Rafael Chirbes est l'une des voix importantes de la littérature espagnole contemporaine, peu connue en France. Sur le rivage, qui paraît en cette rentrée d'hiver, accompagné de Crémation en format poche, est un impressionnant reflet de notre époque en crise. Analyse et rencontre.

Les cartographies fictionnelles de John Burnside

|  Par Christine Marcandier

John Burnside compose, depuis des années, une œuvre littéraire d'envergure. Son dernier roman, L’Été des noyés, est la mise en péril de tous nos repères. Entretien avec un écrivain engagé, explorant le lieu, dans son rayonnement poétique comme son importance politique.

Siri Hustvedt et nos « braguettes mentales »

|  Par Christine Marcandier

Comment être reconnue par le monde de l'art quand on est une femme ? Comment devenir soi-même à travers ses personnages ? Ces questions irriguent le dernier roman de Siri Hustvedt, Un monde flamboyant, analyse des catégories et genres qui altèrent nos perceptions. Or, « c’est le brouillage qui m’intéresse. Le désordre » : rencontre avec l'auteure et extrait du roman.

Eric Reinhardt explore l'intime

|  Par Christine Marcandier

L'Amour et les forêts est un tournant dans l'œuvre d'Éric Reinhardt, le récit d'une libération. Celle de son héroïne, Bénédicte Ombredanne, en proie au harcèlement conjugal. Celle de son auteur, surtout, comme il le confie à Mediapart dans un long entretien.

Autour du monde avec Laurent Mauvignier

|  Par Christine Marcandier

« Je voulais voir de l’autre côté de la frontière (…) le monde comme il ne va pas. » Ce « je » pourrait être celui de Laurent Mauvignier qui déploie une journée de la marche du monde, un certain 11 mars 2011. Son roman, Autour du monde, répercute l’onde de choc du tsunami au Japon à travers plusieurs vies dans l’un des livres les plus somptueux, non seulement de cette rentrée littéraire mais de ces dernières années.

Geneviève Brisac au miroir des autres

|  Par Christine Marcandier

Geneviève Brisac revendique sans ambages sa filiation avec Doris Lessing, Virginia Woolf... Dans les yeux des autres, son récent roman, est un « appel à la liberté » et à « marcher ensemble ». Rencontre vidéo avec l'auteure et premières pages du roman en fin d'article.

Paris, mai 1968Paris, mai 1968

Julia Deck, les lois de l'abstraction

|  Par Christine Marcandier

Qu'est-ce qu'une romancière ? D'abord un nom, Bérénice Beaurivage, emprunté à une héroïne de Rohmer, et une « activité séduisante ». Mais sous la plume retorse de Julia Deck, cette dérive vers d'autres vies que la sienne est une machine romanesque vertigineuse. Rencontre vidéo avec l'auteure du Triangle d'hiver.

Taiye Selasi, une saga « afropolitaine »

|  Par Christine Marcandier

Du Ravissement des innocents, premier roman de Taiye Selasi, il est plus simple de dire ce qu’il n’est pas : une image convenue de l'Afrique ou un texte ouvertement politique. Il est aussi insaisissable et multiple que son auteure, née à Londres, élevée aux États-Unis, vivant à Rome, d’origine ghanéenne et nigériane. Rencontre avec Taiye Selasi et premières pages du roman en fin d’article.

Christine Montalbetti : l’Amérique comme fiction

|  Par Christine Marcandier

Après deux romans japonais, Christine Montalbetti retourne aux États-Unis, explorant des crises individuelles et collectives, dans un roman inclassable, vertigineux, génie du lieu et hymne à la puissance de la fiction : Plus rien que les vagues et le vent. Rencontre avec l’auteure et extrait du roman en fin d’article.

© Christine Montalbetti

Brooklyn, nouvel épicentre des lettres américaines

|  Par Christine Marcandier

© Dominique Bry

Longtemps, Manhattan a tenu le haut du pavé dans les romans américains, mais c'est Brooklyn qui s'impose désormais dans la fiction, et est déjà en passe de devenir un cliché. Alors que se tient le festival America, visite du nouvel eldorado des lettres américaines, autour de quelques romans de cette rentrée. Extraits en fin d'article.

Rentrée littéraire: des transports très en commun

|  Par Christine Marcandier

DRDR

Trois des 607 romans de cette rentrée littéraire explorent les transports en commun: une rame de RER soudain à l'arrêt dans Incident voyageurs de Dalibor Frioux; des luttes autour d'une ligne à grande vitesse chez Aurélien Bellanger (L'Aménagement du territoire); une catastrophe aérienne dans le premier roman d'Adrien Bosc, Constellation. Chacun de ces récits propose un angle d'étude romanesque de groupes humains en pleine mutation. Critique et extraits des livres.

Poches d'air

|  Par Christine Marcandier

Le livre de poche représente 27 % des ventes annuelles de livres en France, soit un peu plus de 73 millions d'exemplaires. Deux festivals le célèbrent chaque année, “Saint-Maur en poche”, qui vient de s'achever, et “Lire en poche”, qui se tiendra en octobre à Gradignan. L'occasion de demander à quatre écrivains, un éditeur et une traductrice de nous présenter, face caméra, leurs titres fétiches.

Le roman, expérience politique

|  Par Christine Marcandier

Lire, plus que jamais, c’est dire non, penser contre la fermeture et l’exclusion, s’ouvrir à la richesse de l’altérité. Ce programme nécessaire est aussi celui du roman comme le rappellent quelques essais récemment parus. La fiction a une visée certes esthétique mais aussi politique et sociale.

James Ellroy, « le grand Kahuna à Paris »

|  Par Christine Marcandier et Dominique Bry

À l'occasion de la sortie d'Extorsion, court roman qui condense pourtant toute son œuvre, rencontre avec James Ellroy qui s’autoproclame « grand Kahuna » (sorcier hawaïen) et se verrait bien en « Charles de Gaulle le jour de la Libération ».