1€

2 mois offerts : plus que quelques jours pour en profiter

Mediapart fête son 7e anniversaire ! Offre spéciale : 3 mois d'abonnement pour 9€ seulement. En cadeau, des places pour le Cirque Romanes pour les 10 premiers abonnés.

ABONNEZ-VOUS

Mediapart
Sam.28 mars 201528/03/2015 Dernière édition

Louise Fessard

Après avoir suivi les questions d'éducation pour Mediapart, je m'intéresse désormais à la police. Une évolution d'avenir, m'a dit en plaisantant un enseignant. Tout en gardant un œil sur Marseille, ville qu'on ne quitte jamais tout à fait.

Ses derniers articles

Dans les Bouches-du-Rhône, la chute de la maison Guérini

|  Par Louise Fessard

Réunion publique de la Force du Treize à La Fare-les-Oliviers, le 13 mars 2015.Réunion publique de la Force du Treize à La Fare-les-Oliviers, le 13 mars 2015. © LF

À gauche depuis 1953, les Bouches-du-Rhône devraient, sauf grosse surprise, basculer à droite dimanche soir. Ce qui paradoxalement rend le sourire à certains militants socialistes marseillais : un échec signerait la fin du système Guérini et la possibilité d’une refondation pour le PS local.

Cinq policiers de la Bac de Seine-Saint-Denis en garde à vue

|  Par Louise Fessard

Cinq policiers de la Bac de Stains (Seine-Saint-Denis) ont été placés en garde à vue lundi 23 mars 2015 dans le cadre d’une information judicaire ouverte en mai 2014 pour «vols aggravés, association de malfaiteurs en vue de se livrer au trafic de stupéfiants».

Clichy-sous-Bois : « La police n'est pas infaillible »

|  Par Louise Fessard

Ce vendredi 20 mars, Me Daniel Merchat, l’avocat des deux policiers, a plaidé la relaxe de ses clients, jugés pour non-assistance à personne en danger après la mort de Zyed et Bouna. Il a dénoncé « la pensée conspirationniste » des familles et de leurs avocats.

Clichy-sous-Bois : le parquet au secours des policiers

|  Par Louise Fessard

Le parquet de Rennes a requis jeudi 19 mars la relaxe des deux policiers poursuivis pour non-assistance à personne en danger, au motif qu’ils « n’étaient pas conscients de la gravité du péril ». « C’est un dialogue de sourds qui se poursuit », dit Me Jean-Pierre Mignard, avocat des familles de Zyed et Bouna ainsi que de Muhittin.

Procès de Clichy-sous-Bois: «Je ne suis pas un chien fou»

|  Par Louise Fessard

À la barre mercredi, les deux policiers jugés à Rennes pour « non-assistance à personne en danger » ont soutenu ne pas avoir eu conscience du péril encouru par Zyed, Bouna et Muhittin, malgré des échanges radio très clairs. Pourquoi ne les ont-ils pas prévenus en les voyant franchir une clôture menant vers le site EDF ?

Clichy-sous-Bois: «Là, ce sont des chagrins et des pleurs»

|  Par Louise Fessard

Pour le deuxième jour du procès des deux policiers poursuivis pour « non-assistance à personne en danger », le tribunal correctionnel de Rennes s'est penché sur les échanges radio de la police juste après la mort de Zyed et Bouna. 45 minutes qui nous replongent dans la soirée du 27 octobre 2005.

Clichy-sous-Bois: dix ans après, deux policiers à la barre

|  Par Louise Fessard

 Lundi 16 mars, la première journée de procès a souligné un contraste cruel entre des familles toujours dévastées et des policiers qui ont évidemment poursuivi leur route.

Bouches-du-Rhône: Guérini prospère sur les ruines du PS

|  Par Louise Fessard

Guérin entouré des candidats Force du 13, le 12 mars.Guérin entouré des candidats Force du 13, le 12 mars. © (LF)

Dans les Bouches-du-Rhône, la gauche peut perdre le département du fait de la candidature dissidente de Jean-Noël Guérini, le président sortant du conseil général aux nombreuses casseroles et mises en examen. Ce dernier mène une campagne aux accents populistes contre la métropole Aix-Marseille.

Sivens, Rémi Fraisse : la justice sur les freins

|  Par Michel Deléan et Louise Fessard

L’enquête sur la mort de Rémi Fraisse avance péniblement : les magistrats ont refusé une reconstitution des faits ainsi que l’audition du préfet du Tarn, responsable du dispositif de maintien de l’ordre à Sivens la nuit du 25 octobre 2014. D’autres plaintes de zadistes sont en souffrance.

Un policier attaque l'Etat pour piston syndical

|  Par Louise Fessard

Un brigadier-chef en poste en Afghanistan a attaqué l’administration après avoir vu l’un de ses subordonnés, moins bien noté, lui passer devant lors d’un avancement. Dans la police, les histoires de pistons syndicaux sont courantes, mais souvent peu vérifiables, même si les syndicats admettent parfois eux-mêmes ces pratiques, en off.

Tir de Flashball: le policier s'enferre dans ses contradictions

|  Par Louise Fessard

À Bobigny, le procureur a requis jeudi 5 mars un an de prison avec sursis, ainsi que l’interdiction de porter « toute arme » pendant cinq ans et une interdiction professionnelle de deux ans contre Jean-Yves Césaire, le policier qui a gravement blessé au visage un lycéen avec son lanceur de balles de défense.

A Bobigny, un policier jugé jeudi pour un tir de Flashball sur un lycéen

|  Par Louise Fessard

Le 5 mars 2015 se tient le procès du policier qui, en octobre 2010, avait grièvement blessé au visage Geoffrey Tidjani avec son lanceur de balles de défense. Le gardien de la paix a de plus reconnu avoir rédigé un procès-verbal mensonger sur les circonstances du tir.

Fichiers de police : la Cnil met en demeure l'intérieur et la justice

|  Par Louise Fessard

La Cnil a récemment mis en demeure les ministères de l'intérieur et de la justice de traiter plus rapidement les demandes d'accès de citoyens au fichier des antécédents judiciaires. Certaines demandes sont en souffrance depuis 2010.

A La Castellane, des tirs de kalach' aux abords des écoles

|  Par Louise Fessard

À La Castellane, 2014 s'est terminée par l'incendie d'une école. Le 9 février 2015, des tirs de kalachnikov ont retenti en pleine journée. Coincés entre les réseaux de stupéfiants et la police qui a engagé un travail de longue haleine, enseignants, acteurs sociaux et habitants de cette cité marseillaise ont créé un collectif.

Valls et sa ministre à Marseille: c'était un lycée Potemkine

|  Par Louise Fessard

Un enseignant interpellé avant l'arrivée des ministres.Un enseignant interpellé avant l'arrivée des ministres. © (dr)

Au lycée Victor-Hugo à Marseille, la visite mardi 10 février du premier ministre Manuel Valls et de la ministre de l'éducation Najat Vallaud-Belkacem a laissé un goût amer à certains lycéens et enseignants. Élèves triés sur le volet, répétition de la Marseillaise, CDI nettoyé, propos préparés...

Procès du Carlton : les courtisans paient l’addition

|  Par Louise Fessard

Le volet proxénétisme aggravé achevé, le tribunal correctionnel de Lille est passé jeudi à l'examen du financement des rencontres sexuelles et voyages à Washington. L'occasion d'un petit cours de lobbying.

Procès du Carlton : la thèse d'un DSK proxénète s'éloigne

|  Par Louise Fessard

Au troisième jour d'audition de Dominique Strauss-Kahn, le tribunal a expédié l'examen des textos et de la garçonnière de la rue d'Iéna, qui prouvaient selon les juges d'instruction la matérialité du délit de proxénétisme aggravé. Reste « un sentiment de honte globale dans cette salle », comme l'a décrit un militant abolitionniste.

Procès du Carlton: DSK s'insurge contre une «logique fausse»

|  Par Louise Fessard

Au deuxième jour d’audience pour Dominique Strauss-Kahn, le tribunal correctionnel de Lille a continué l'examen du déroulement des onze « parties fines ». Sans que surgisse un élément décisif dans un sens ou l’autre.

Procès du Carlton: DSK et ses «petites soupapes de récréation» face «au carnage»

|  Par Louise Fessard

Au tribunal de Lille, l'ancien patron du FMI a été confronté mardi à Mounia et Jade, anciennes prostituées qui se sont constituées partie civile et selon lesquelles il ne pouvait ignorer leur statut. « Nous n’avons pas vécu les scènes de la même manière, je les ai vécues de façon amicale, elles les ont vécues de façon désagréable », a répondu Dominique Strauss-Kahn.

Procès du Carlton : « Mon objectif était professionnel »

|  Par Louise Fessard

Le tribunal correctionnel de Lille a commencé à se pencher sur l’organisation par deux entrepreneurs du Nord de repas et des soirées incriminées dans l’affaire du Carlton. « Pour l’entreprise, j’ai pensé qu’il était important de maintenir le contact avec M. Strauss-Kahn », a expliqué David Roquet, ex-directeur d'une filiale du groupe Eiffage.