Abonnements cadeaux Mediapart

L'indépendance a un prix

À qui appartient votre journal ? À ceux qui y défendent leurs intérêts ou à ceux qui le lisent ? Abonnez-vous à Mediapart pour un euro seulement le premier mois.

ABONNEZ-VOUS

Mediapart
Lun.26 janvier 201526/01/2015 Édition de la mi-journée

Le «souffle incorrigible» de Marguerite Duras

|  Par Dominique Conil

Il y a vingt-quatre ans, une jeune journaliste italienne obstinée et amoureuse d’un livre est venue frapper à la porte de Marguerite Duras. Elle a renoncé au magnéto comme aux notes, écouté, retranscrit chaque nuit. Pendant deux ans, selon libertés et horaires de trains. Grâce à René de Ceccatty, ces 160 pages où Marguerite Duras tantôt dynamite la logique biographique, tantôt accepte de jouer le jeu, ment et dit le vrai de son écriture, sont aujourd’hui publiées en français. Entretien avec Leopoldina Pallotta della Torre en vidéo.

Partage

Leopoldina Pallotta della Torre échangerait bien sa place avec vous : à l’évidence, elle préfère poser les questions plutôt que d’y répondre. Mais voilà, des questions, justement, elle en a beaucoup posées, pendant deux ans, à Marguerite Duras. Cent soixante pages d’entretien dense, biographique et littéraire, que Le Seuil édite aujourd’hui, grillant un prévisible flot éditorial pour le centenaire de l’écrivain, en 2014.

Leopoldina Pallotta della Torre, oui, devant le jardin d’hiver de l’hôtel, les tables et chaises abandonnées, s’échapperait bien : elle n’est pas encline à l’anecdote – oui, elle a apporté le parmesan, les fettucine de sa mère, oui, oui – ...

L'indépendance a un prix

Abonnez-vous à Mediapart pour un euro seulement le premier mois.Abonnez-vous

Vous êtes abonné(e)
Identifiez-vous

Pas encore abonné(e) ?
Inscrivez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Mediapart.

Créez votre compte