1€

Testez-nous pour 1€ seulement !

Profitez d'une période d'essai de 15 jours + 15 jours de musique offerts

Testez-nous !

Mediapart
Ven.18 avril 201418/04/2014 Dernière édition

Le recours à la déchéance de nationalité gêne aussi dans la majorité

|  Par Mathilde Mathieu

Des voix commencent à s'élever, à l'UMP, pour contester le nouvel arsenal destiné aux criminels d'origine étrangère.

Partage

Quatre jours après le discours de Nicolas Sarkozy à Grenoble, promettant la déchéance de nationalité à certains criminels «français d'origine étrangère», une partie de la droite est aphone. Seuls les porte-voix les plus ardents du sarkozysme (Nadine Morano, Luc Chatel, etc.), ainsi que les élus «sécuritaires» de la Côte d'Azur (Christian Estrosi, Eric Ciotti, etc.) font le service après-vente.

Mais pas un mot n'est sorti de la bouche de François Fillon; et les ténors de la majorité, tels Alain Juppé ou Jean-Pierre Raffarin, refusent toujours de commenter – «Il est en montagne», répond ainsi l'attachée de presse du sénateur de la Vienne, ancien premier ministre. Sur les 25 députés UMP ...

1€

Les 15 premiers jours

Testez-nous pour 1€ seulement !
Profitez d'une période d'essai de 15 jours + 15 jours de musique offerts !
Testez-nous !

Vous êtes abonné(e)
Identifiez-vous

Pas encore abonné(e) ?
Inscrivez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Mediapart.

Créez votre compte