2 mois offerts

2 mois d'abonnement offerts

Abonnez-vous à Mediapart pour 9€ seulement les 3 premiers mois, en profitant de l'offre d'été. En cadeau cette semaine pour les 10 premiers abonnés, la clef usb et le sac Mediapart !

ABONNEZ-VOUS

Mediapart
Jeu.02 juillet 201502/07/2015 Édition de la mi-journée

Affaires africaines : l'entretien qui accuse Sarkozy

|  Par Fabrice Arfi et Karl Laske

L'homme d'affaires franco-espagnol Jacques Dupuydauby, président du groupe portuaire Progosa, dénonce dans un entretien à Mediapart les pressions de Nicolas Sarkozy sur plusieurs chefs d'Etat de l'Afrique de l'Ouest pour que l'industriel Vincent Bolloré, intime du président français, décroche de juteuses concessions portuaires. Grâce à un chantage d'Etat. «On est passé de la Françafrique des mallettes à la Sarkafrique des concessions», dénonce-t-il.

Partage

L'homme reçoit dans un luxueux appartement du XVIe arrondissement de Paris. Les murs sont recouverts de toiles religieuses, mais lui n'a pas toujours des mots très catholiques. Sa cible : la «Sarkafrique». Au lendemain de son départ à la retraite, l'homme d'affaires franco-espagnol Jacques Dupuydauby, président du groupe portuaire Progosa, dénonce dans un entretien à Mediapart les pressions de Nicolas Sarkozy sur plusieurs chefs d'Etat de l'Afrique de l'Ouest pour que l'industriel Vincent Bolloré, intime du président français, décroche de juteuses concessions portuaires. Un chantage d'Etat.

Ancien vice-président du groupe Bouygues et proche des réseaux chiraquiens, M. Dupuydauby affirme avoir personnellement recueilli les confidences embarrassantes de plusieurs présidents ...

2 mois offerts

2 mois d'abonnement offerts

Abonnez-vous à Mediapart pour 9€ seulement les 3 mois, au lieu de 27€. Cette semaine, des cadeaux Mediapart pour les 10 premiers abonnés.Abonnez-vous

Vous êtes abonné(e)
Identifiez-vous

Pas encore abonné(e) ?
Inscrivez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Mediapart.

Créez votre compte