Abonnements cadeaux Mediapart

L'indépendance a un prix

À qui appartient votre journal ? À ceux qui y défendent leurs intérêts ou à ceux qui le lisent ? Abonnez-vous à Mediapart pour un euro seulement le premier mois.

ABONNEZ-VOUS

Mediapart
Mar.27 janvier 201527/01/2015 Édition de la mi-journée

Fabrice Arfi

Service Investigation. Ancien reporter à Lyon Figaro (1999-2004), à 20Minutes (2004-2005), co-fondateur de l'hebdomadaire Tribune de Lyon (2005-2007), il a également collaboré à l'AFP, au Monde, à Libération, au Parisien/Aujourd'hui en France...

Ses derniers articles

Obiang et les biens mal acquis: «des centaines de millions d’euros » blanchis à Paris

|  Par Fabrice Arfi

Teodorin ObiangTeodorin Obiang © Reuters

En Guinée-Équatoriale, 77 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. Soit deux dollars par jour. En France, son vice-président, Teodorin Obiang, a blanchi « plusieurs centaines de millions d'euros », d'après un rapport de police accablant. Les enquêteurs mettent également en cause la Société générale. 

Comment les services ont raté les terroristes

|  Par Fabrice Arfi

Les frères Kouachi, lors du braquage d'une station-service dans l'Aisne, le 8 janvier 2015.Les frères Kouachi, lors du braquage d'une station-service dans l'Aisne, le 8 janvier 2015. © Vidéo-surveillance

Les frères Kouachi ont fait l’objet, entre 2011 et 2014, de quinze mois d’écoutes et quatre mois de surveillance physique (pour Saïd Kouachi) et deux ans de surveillance téléphonique (pour Chérif, son cadet). En vain. Amedy Coulibaly, condamné dans une affaire de terrorisme en 2013, n'était plus dans les radars des services après sa sortie de prison.

Kouachi-Coulibaly, le réseau terroriste oublié par les services de renseignement

|  Par Fabrice Arfi et Karl Laske

© Marion Montaigne.

L’apparition d’Amedy Coulibaly dans les attaques de Montrouge et de la porte de Vincennes, après le massacre de Charlie Hebdo, prouve l’implication d’un groupe structuré qui va au-delà des frères Kouachi, selon les documents obtenus par Mediapart.

La Russie au secours du FN : deux millions d’euros aussi pour Jean-Marie Le Pen

|  Par Fabrice Arfi et Karl Laske et Marine Turchi

Jean-Marie Le Pen et Marine Le Pen au parlement européen.Jean-Marie Le Pen et Marine Le Pen au parlement européen. © Reuters

Parallèlement à l’emprunt par le FN de 9 millions d’euros, l’association de financement présidée par Jean-Marie Le Pen a reçu, en avril 2014, deux millions d’euros d’une société chypriote détenue par Yuri Kudimov, un ancien du KGB reconverti dans la banque d’État russe VEB Capital. L’argent a été envoyé depuis un compte suisse. Le Pen affirme qu’il s’agit d’un prêt.

Sarkozy-Kadhafi: des experts valident l’authenticité du document de Mediapart

|  Par Fabrice Arfi et Karl Laske

25 juillet 2007. Claude Guéant (à gauche) et Nicolas Sarkozy retrouvent le colonel Kadhafi à Tripoli.25 juillet 2007. Claude Guéant (à gauche) et Nicolas Sarkozy retrouvent le colonel Kadhafi à Tripoli. © Reuters

Les juges chargés d’enquêter sur le document publié par Mediapart concernant les financements libyens de Nicolas Sarkozy en 2007 ont désigné un collège d’experts en écritures. Rendue le 6 novembre, la conclusion des trois graphologues est formelle : la signature figurant sur le document est « de la main de Moussa Koussa », l’ancien chef des services secrets du régime libyen.

Karachi: les armoires vides de la DGSI

|  Par Fabrice Arfi

Marc Trévidic et Ali Ben MoussalemMarc Trévidic et Ali Ben Moussalem

Le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve affirme dans un courrier officiel que la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI, ex-DCRI) n’a conservé aucun document sur un acteur clé de l’affaire Karachi, Ali Ben Moussalem, un cheikh saoudien proche de plusieurs politiques français. Une absence suspecte : l’enquête judiciaire a fait apparaître que la DGSI avait bien travaillé sur lui à l'abri du secret défense.

Affaires africaines: 10 millions d’euros pour faire taire Pierre Péan

|  Par Karl Laske et Fabrice Arfi

Ziad Takieddine et Pierre PéanZiad Takieddine et Pierre Péan

Selon des documents obtenus par Mediapart, l’homme d’affaires Ziad Takieddine a offert, fin 2013, aux autorités gabonaises de surseoir à la parution d’un livre de Pierre Péan moyennant un versement sur le compte d’une société suisse, et l’emploi d’un ami du journaliste. Le porte-parole du président gabonais Ali Bongo accuse Pierre Péan d’avoir été partie prenante de ce « protocole » secret. Le journaliste dénonce une machination.

Guerre en Libye : les vérités qui dérangent d’un homme de l’ombre

|  Par Fabrice Arfi et Karl Laske

En mai 2011, Pierre Marziali, un ancien militaire français reconverti dans le privé, est tué à Benghazi par des hommes cagoulés. Son associé et ami Robert Dulas raconte dans un livre, Mort pour la Françafrique (Stock), l’histoire de leurs contacts avec le régime libyen. À la tête de la société militaire privée Secopex, les deux hommes avaient recueilli en mars 2011 les aveux du premier ministre de Kadhafi sur l’argent remis aux Français sous la présidence Sarkozy.

Sarkozy-Kadhafi : le tête-à-tête qui a tout changé

|  Par Fabrice Arfi et Karl Laske

Dès son premier voyage officiel en Libye en octobre 2005, Nicolas Sarkozy a demandé un appui financier à Mouammar Kadhafi lors d’une rencontre en tête-à-tête, selon Ziad Takieddine, présent sur place ce jour-là. Peu après, Brice Hortefeux rencontrait secrètement Abdallah Senoussi, acteur clé de la corruption franco-libyenne, lors d’un déplacement à Tripoli. L’enquête des juges permet de reconstituer petit à petit la mise en place d’un financement occulte en 2007.

Financements libyens: l’enquête judiciaire conforte le document de Mediapart

|  Par Fabrice Arfi et Karl Laske

Un rapport de synthèse de la gendarmerie accrédite l’authenticité du document officiel libyen, révélé par Mediapart, sur le financement occulte de Nicolas Sarkozy en 2007. Entendu au Qatar par les juges, l’ancien chef des services secrets du régime Kadhafi, Moussa Koussa, a de son côté affirmé que le contenu du document « n’(étai)t pas faux ».

Mensonges et pressions sur la justice: le vrai retour de Nicolas “Bismuth” Sarkozy

|  Par Fabrice Arfi

Bettencourt, Karachi, Azibert, financements libyens, Bygmalion… Mediapart propose une revue de détails pour démonter la rhétorique de Nicolas Sarkozy qui veut faire oublier que jamais un système présidentiel – le sien – n’a été cerné d’aussi près par la justice anti-corruption.

Un virement bancaire de Pinault à Cahuzac intrigue la justice

|  Par Fabrice Arfi

Jérôme CahuzacJérôme Cahuzac © Reuters

Le parquet national financier a ouvert une enquête préliminaire après le signalement par Tracfin d’un mouvement bancaire de 35 000 euros, à l'automne 2013, de la Financière Pinault au profit de Cahuzac Conseil, une société créée il y a vingt ans par l’ancien ministre du budget. Dans l'entourage de la famille Pinault, on indique que ce versement correspond à un contrat de conseil sur des investissements dans le milieu médical.

Gaza, terrorisme, prohibition... : le ministre de l’intérieur s'explique

|  Par Fabrice Arfi et Louise Fessard et Edwy Plenel

Bernard Cazeneuve a pris la succession de Manuel Valls au ministère de l'intérieur.Bernard Cazeneuve a pris la succession de Manuel Valls au ministère de l'intérieur. © Reuters

Ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve a accepté de répondre aux interpellations de Mediapart. D’abord, sur l’attitude du gouvernement face aux manifestations contre la guerre israélienne à Gaza. Puis, sur la nouvelle loi antiterroriste. Enfin, sur la prohibition du cannabis. « J'aurais manifesté dans un autre contexte que celui des fonctions que j’occupe », confie aujourd'hui Bernard Cazeneuve au sujet de Gaza.

Ziad Takieddine doit plus de 12 millions d’euros au fisc

|  Par Fabrice Arfi

Ziad TakieddineZiad Takieddine © Reuters

L’homme d’affaires Ziad Takieddine, personnage clé du volet financier de l’affaire Karachi ou de celle des financements libyens de Nicolas Sarkozy, doit à ce jour 12 084 232 euros au Trésor public, selon des documents obtenus par Mediapart. Le fisc a établi pour la seule année 2007 la valeur du patrimoine de Ziad Takieddine à 59,3 millions d’euros. Mais rien ne fut jamais déclaré, grâce à de complexes montages offshore.

Ecoutes Sarkozy : la preuve était dans le peignoir de Me Herzog

|  Par Fabrice Arfi

Nicolas Sarkozy et son avocat, Thierre Herzog. Nicolas Sarkozy et son avocat, Thierre Herzog. © Reuters

Mediapart raconte comment les policiers et les juges ont piégé lors d'une perquisition l'avocat de Nicolas Sarkozy, Me Thierry Herzog, dans le dossier Azibert. L'affaire, initiée par des écoutes accablantes, vaut à l'ancien président et à son conseil une mise en examen pour « corruption active », « trafic d'influence » et « recel de violation du secret professionnel ».

Sarkozy au Congo : les dessous d'une conférence embarrassante

|  Par Fabrice Arfi et Marine Turchi

Nicolas Sarkozy et Denis Sassou Nguesso, au Forum Forbes. Nicolas Sarkozy et Denis Sassou Nguesso, au Forum Forbes. © Bernadin Dondos/Mediapart

L'ancien président français a été copieusement rémunéré par Forbes Afrique pour une conférence controversée, donnée le 25 juillet au Congo, en présence de l'autocrate Denis Sassou Nguesso. Selon plusieurs documents judiciaires obtenus par Mediapart, le directeur de la société propriétaire du magazine est aujourd'hui suspecté par la police française d'être un homme de paille du clan Sassou dans plusieurs opérations de détournements de fonds pouvant atteindre 60 millions d'euros.

Financement libyen : des notes accusant Sarkozy retrouvées chez un avocat

|  Par Fabrice Arfi et Michel Deléan

Dans la cour de l'Elysée en décembre 2007.Dans la cour de l'Elysée en décembre 2007. © Reuters

De mystérieuses notes “blanches” mettant en cause Nicolas Sarkozy dans l’affaire des financements libyens ont été retrouvées dans le cabinet d’un avocat d’affaires parisien, au hasard d’une perquisition dans un tout autre dossier. Le juge Tournaire soupçonne que des informations contenues dans ces documents puissent émaner des services secrets.

Bygmalion : Mediapart publie l’intégralité des fausses factures à l'UMP

|  Par Fabrice Arfi et Mathilde Mathieu et Ellen Salvi

Au total, ce sont 58 fausses factures – pour un total de 15 millions d'euros – que Bygmalion a adressées en 2012 à l'UMP pour l'organisation de réunions fictives. Le but : payer secrètement le dépassement du compte de campagne du candidat Sarkozy.

Document. Meeting par meeting, le détail du financement

|  Par Fabrice Arfi et Mathilde Mathieu

Mediapart a reconstitué la double facturation établie pour les 44 meetings électoraux de Nicolas Sarkozy en 2012. 

Les 17 millions d'euros cachés de la campagne Sarkozy

|  Par Fabrice Arfi et Mathilde Mathieu

Nicolas Sarkozy au Trocadéro, le 1er mai 2012.Nicolas Sarkozy au Trocadéro, le 1er mai 2012. © Reuters

Selon une comptabilité interne de la société Bygmalion, le candidat Sarkozy a dissimulé presque 17 millions d'euros de frais de campagne aux autorités de contrôle en 2012. Cette comptabilité contenue dans une clef USB a été récupérée par la police judiciaire. Mediapart y a eu accès en intégralité.