élections européennes
Mediapart Live

«En direct de Mediapart», jeudi 24 avril dès 17h !

Rwanda, affaire Morelle, élections européennes... Ne ratez pas notre soirée spéciale «Europe : tout est à refaire !», en direct depuis la rédaction.

REJOIGNEZ-NOUS

Mediapart
Mer.23 avril 201423/04/2014 Dernière édition

Fabrice Arfi

Service Investigation. Ancien reporter à Lyon Figaro (1999-2004), à 20Minutes (2004-2005), co-fondateur de l'hebdomadaire Tribune de Lyon (2005-2007), il a également collaboré à l'AFP, au Monde, à Libération, au Parisien/Aujourd'hui en France...

Ses derniers articles

Biens mal acquis : l’art de la corruption du vice-président de la Guinée-Equatoriale

|  Par Fabrice Arfi

Renoir, Degas, Matisse, Monet, Toulouse Lautrec... Les grands noms de la collection Obiang.Renoir, Degas, Matisse, Monet, Toulouse Lautrec... Les grands noms de la collection Obiang.

L’actuel vice-président de la Guinée-Équatoriale, Teodorin Obiang, a acquis pour près de 104 millions de dollars d’œuvres d’art de la fin du XIXe siècle grâce au pillage des richesses de son pays, selon plusieurs documents obtenus par Mediapart. Plus de 60 % de son peuple vit avec moins d'un dollar par jour.

Enregistrements Buisson : un sondage sur DSK au cœur de l'enquête

|  Par Mathilde Mathieu et Fabrice Arfi

Mediapart a récupéré des enregistrements clandestins de Patrick Buisson. Ces bandes sont  entre les mains de la justice. Des extraits montrent comment l'Élysée de Nicolas Sarkozy a payé des sondages sans le moindre rapport avec la fonction présidentielle.

Ecoutes: les mensonges et silences de l’avocat de Sarkozy

|  Par Fabrice Arfi et Karl Laske

Me Herzog, avocat de "Paul Bismuth".Me Herzog, avocat de "Paul Bismuth". © Reuters

Pour sa première prise de parole publique après les révélations de Mediapart, Me Thierry Herzog a assuré, sur Europe 1, jeudi 20 mars : « Je ne suis soupçonné de rien. » « Le moment venu, s'il le faut, je m'en expliquerai », a-t-il ajouté, gêné.

Ecoutes : le complot de Sarkozy contre ces «bâtards» de juges

|  Par Fabrice Arfi et Karl Laske

Nicolas Sarkozy et son avocat, Thierre Herzog. Nicolas Sarkozy et son avocat, Thierre Herzog. © Reuters

Mediapart révèle la teneur de sept écoutes judiciaires. L’ancien président a mis en place un cabinet noir pour neutraliser les juges qui enquêtent sur lui. Le magistrat Gilbert Azibert est bien intervenu auprès de trois conseillers de la Cour de cassation. L’avocat de Nicolas Sarkozy est informé par une taupe dans l’appareil d’État.

Un ambassadeur évoque les financements libyens de Sarkozy

|  Par Fabrice Arfi et Karl Laske

MM. Sarkozy et Kadhafi, en 2007, à l'Elysée. MM. Sarkozy et Kadhafi, en 2007, à l'Elysée. © Reuters

L’ex-ambassadeur de France en Libye François Gouyette, aujourd’hui en poste à Tunis, a été entendu fin janvier par les juges. Le diplomate a déclaré qu’un de ses contacts libyens lui avait confirmé, en 2011, « qu’il y avait eu effectivement un financement de la campagne présidentielle de M. Sarkozy ».

Affaire Kadhafi : ce que disent les écoutes de Brice Hortefeux

|  Par Fabrice Arfi et Karl Laske

MM. Hortefeux et Takieddine, au domicile de ce dernier, en 2005MM. Hortefeux et Takieddine, au domicile de ce dernier, en 2005 © dr

Mediapart rend public le contenu d’écoutes téléphoniques de Brice Hortefeux dans l’affaire des financements libyens. Le patron de la police judiciaire parisienne y explique à l’ancien ministre comment se « préparer » à une audition par les juges, en lui signalant des questions qui lui seraient posées et en lui soufflant les documents qu’il devra apporter pour assurer ses arrières.

Sarkozy, un homme en bande organisée

|  Par Fabrice Arfi

Jamais sous la Ve République un système présidentiel n'aura été cerné de si près par des juges anticorruption. Conseillers, collaborateurs, ministres, amis, magistrats, grands flics, hommes d’affaires… et désormais avocat. Toute la garde rapprochée de Nicolas Sarkozy a eu affaire à la justice et à la police ces deux dernières années. Inventaire.

La villa Balkany au Maroc a coûté 2,75 millions d'euros

|  Par Fabrice Arfi

Patrick et Isabelle Balkany.Patrick et Isabelle Balkany. © Reuters

Le palais des “Mille et une Nuits” des époux Balkany à Marrakech a coûté à l’achat pas moins de 2,75 millions d’euros, d’après des actes notariés obtenus par Mediapart. La justice les soupçonne d'en être les propriétaires cachés par le biais de sociétés logées dans des paradis fiscaux. L'achat de la villa a été réglé par « virements de l'étranger », d'après le notaire.

L'étau judiciaire se referme sur Dassault

|  Par Fabrice Arfi et Pascale Pascariello

Serge Dassault, au Sénat, le 28 octobre 2010.Serge Dassault, au Sénat, le 28 octobre 2010. © Reuters

Après la levée de son immunité parlementaire, les juges ont les mains libres pour entendre le sénateur UMP. Les versements suspects du milliardaire, liés à un possible système organisé d'achats de votes à Corbeil-Essonnes, s'élèvent à près de 7 millions d'euros. Les policiers ont retrouvé une liste d'électeurs, avec la mention « payé » ou « non payé », d'après Libération.

Karachi : les quatre leçons de l’enquête

|  Par Fabrice Arfi et Karl Laske

MM. Sarkozy, Balladur et Léotard.MM. Sarkozy, Balladur et Léotard. © Reuters

Les juges Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire ont signifié, lundi 10 février, la fin de leur instruction. Dans un document de 168 pages, ils résument trois ans d’investigations. Ventes d’armes, commissions occultes, valises d’espèces, financements politiques illicites, zones d'ombres persistantes : Mediapart analyse le document clé des magistrats et tire les premières leçons de l'enquête judiciaire.

Karachi: les juges demandent la CJR pour Balladur et Léotard, Sarkozy n'est pas tiré d'affaire

|  Par Fabrice Arfi

© Reuters

Les juges en charge du volet financier ont signé, vendredi 7 février, une ordonnance de 168 pages accablante pour Édouard Balladur et François Léotard. Ils demandent à la Cour de justice de la République de se saisir de leur cas et recommandent une audition sous le statut de témoin assisté pour Nicolas Sarkozy.

50 millions pour Sarkozy : l'accusation de l'ancien chef de l'Etat libyen

|  Par Fabrice Arfi et Karl Laske

Mohamed el-MegariefMohamed el-Megarief © Reuters

« Oui, Kadhafi a financé la campagne électorale de Nicolas Sarkozy et a continué à le financer encore après 2007 », écrit le premier chef de l’État libyen après la chute de Kadhafi, Mohamed el-Megarief, dans le manuscrit original d’un livre publié en janvier. « 50 millions ont été versés pendant la campagne électorale », affirme-t-il, révélant « un dernier versement » intervenu en 2009. Mediapart s’est procuré le manuscrit non caviardé par l’éditeur.

Argent libyen: le faux témoin de Sarkozy

|  Par Karl Laske et Fabrice Arfi

Nicolas Sarkozy s’est appuyé devant les juges sur un faux témoignage pour tenter de discréditer l’authenticité d'un document révélé en avril 2012 par Mediapart concernant les soupçons de financements libyens. Les avocats de Mediapart viennent de demander aux juges d'enquêter. Nos révélations sur ce « témoin » montrent qu'il est également visé par plusieurs plaintes en marge de la faillite de la raffinerie Petroplus.

Les curiosités du patron de Tracfin sur Cahuzac pendant la présidentielle

|  Par Fabrice Arfi

Jérôme CahuzacJérôme Cahuzac © Reuters

Le directeur du service de renseignements de Bercy a effectué à plusieurs reprises des recherches sur Jérôme Cahuzac pendant l’entre-deux tours de l'élection présidentielle de 2012. « Il s’agit de vérifier qu’il n’y a pas de dossier sur telle ou telle personne pressentie pour être ministre à Bercy », explique-t-on à Tracfin.

Karachi: le parquet préconise la CJR pour Léotard et Balladur

|  Par Fabrice Arfi et Karl Laske

Nicolas Sarkozy, Edouard Balladur et François Léotard, en 1995. Nicolas Sarkozy, Edouard Balladur et François Léotard, en 1995. © Reuters

L’avocat des familles des victimes avait demandé aux juges, le 4 décembre, de se dessaisir au profit de la Cour de justice de la République. Balladur et Léotard sont soupçonnés d’avoir favorisé le versement de commissions illégitimes lors de ventes d’armes au Pakistan et à l'Arabie saoudite. Nicolas Sarkozy, lui aussi soupçonné, n'est pas visé par le parquet.

Dassault : le jour où les sénateurs ont fermé les yeux

|  Par Fabrice Arfi et Michaël Hajdenberg et Mathilde Mathieu et Pascale Pascariello

Serge Dassault, dans les jardins du Sénat.Serge Dassault, dans les jardins du Sénat. © Reuters

Alors que la gauche est majoritaire au Sénat, la levée de l’immunité du sénateur UMP et homme d'affaires Serge Dassault, demandée par deux juges anti-curruption, a été rejetée mercredi. Entre leurs mains, les élus avaient pourtant un document rédigé par les magistrats, qui révèle l’existence d’un compte au Liban, baptisé “Iskandia”, duquel ont été retirés 3 millions d’euros au cœur des soupçons de corruption électorale à Corbeil-Essonnes.

Tentative d’assassinat : un proche de Dassault a conseillé le tireur en cavale

|  Par Fabrice Arfi et Michaël Hajdenberg et Pascale Pascariello

Serge Dassault, au Sénat, le 28 octobre 2010.Serge Dassault, au Sénat, le 28 octobre 2010. © Reuters

Des écoutes téléphoniques révèlent qu’un proche du sénateur milliardaire a conseillé dès les premières heures de sa cavale un homme qui avait tenté d’assassiner, en février 2013, l’auteur d’une vidéo accablante pour l’élu UMP.

Libye: Sarkozy en difficulté devant la justice

|  Par Karl Laske et Fabrice Arfi

Après un an et demi d’investigations, aucun élément matériel n’a permis de mettre en cause l’authenticité du document publié par Mediapart en avril 2012 sur le financement libyen de Nicolas Sarkozy. L’ancien président a été entendu le 10 octobre par les juges chargés d’instruire sa plainte pour « faux et usage de faux » contre Mediapart : nous publions ses principales déclarations. Par ailleurs, une information judiciaire se poursuit pour « corruption active et passive », « trafic d'influence », « faux et usage de faux », « abus de biens sociaux ».

Le labyrinthe offshore de la villa Balkany à Marrakech

|  Par Fabrice Arfi et Mathilde Mathieu

Patrick et Isabelle Balkany, en 2008, à l'Elysée.Patrick et Isabelle Balkany, en 2008, à l'Elysée. © Reuters

Le parquet de Paris a ouvert, vendredi 6 décembre, une information judiciaire pour « blanchiment de fraude fiscale » visant les Balkany. Au cœur du dossier : une villa de Marrakech, baptisée « Dar Gyucy ». Officiellement, Patrick et Isabelle n'en sont pas propriétaires. Mediapart publie des documents inédits sur la société panaméenne et les femmes de paille au centre des montages suspects.

Karachi : les juges découvrent un document signé Sarkozy

|  Par Fabrice Arfi et Karl Laske

© Reuters

Par un courrier officiel daté du 19 décembre 1994, Nicolas Sarkozy, alors ministre du budget, a donné « son accord » aux lettres de garantie destinées à couvrir un contrat avec l'Arabie saoudite et des commissions versées au réseau Takieddine. Cette autorisation signée a permis à Ziad Takieddine de recevoir des paiements anticipés, en partie reversés à Thierry Gaubert, alors collaborateur de Sarkozy.