1€

1€ seulement les 15 premiers jours d'abonnement à Mediapart

Mediapart c'est aussi... L'actualité culturelle. Retrouvez la richesse de Mediapart en vidéo. Abonnez-vous à Mediapart pour un euro seulement les 15 jours premiers jours.

ABONNEZ-VOUS

Mediapart
Mar.23 septembre 201423/09/2014 Dernière édition

Mathieu Magnaudeix

J'ai 33 ans. Diplômé d'histoire, de sciences politiques et de l'ESJ Lille, j'ai débuté dans le journalisme pendant mes études à Berlin puis travaillé pour le magazine économique Challenges. A Mediapart, j'ai couvert l'actu sociale pendant quatre ans. J'ai coécrit Tunis Connection, enquête sur les réseaux franco-tunisiens sous Ben Ali (Seuil 2012). Désormais, je m'occupe de politique, entre autres du Parlement. Pour me joindre: @mathieu_m sur twitter ou [email protected]

Ses derniers articles

La Cour de cassation autorise les adoptions d'enfants nés de PMA

|  Par Mathieu Magnaudeix

La Cour de cassation valide l'adoption d'enfants nés de procréation médicale assistée (PMA) au sein de couples de femmes mariées. Cette décision vient clore des mois d'incertitude juridique.

FN à Hayange: une enquête préliminaire est ouverte

|  Par Michel Deléan et Mathieu Magnaudeix

Selon nos informations, le parquet de Thionville a ouvert une enquête préliminaire après les révélations de l'ancienne adjointe du maire FN d'Hayange sur les irrégularités du financement de la campagne des municipales. L'ex-adjointe, Marie Da Silva, a été entendue par la police jeudi dernier.

Le maire FN d'Hayange démet deux autres adjoints de leurs fonctions

|  Par Mathieu Magnaudeix

Patrice Hainy et Emmanuelle Springmann ont eu le tort de prendre ouvertement parti pour l'ancienne première adjointe, qui a révélé fin août les irrégularités du financement de la campagne du maire FN.

Hollande, condamné à attendre

|  Par Lénaïg Bredoux et Mathieu Magnaudeix

Lors de sa conférence de presse, le chef de l'Etat a donné l’impression d’un président qui a abattu toutes ses cartes et à qui il ne reste plus d’autre choix que d’attendre d'hypothétiques « résultats ».

Macron et les «illettrées» : «Mais on leur apprend quoi dans les grandes écoles ?»

|  Par Mathieu Magnaudeix

Les propos du ministre de l'économie Emmanuel Macron au sujet des ouvrières « illettrées » de l'abattoir breton Gad ont suscité un tel tollé que celui-ci a dû s'excuser. « À force d'avoir des gens qui ont toujours été dans des hautes sphères et n'ont jamais côtoyé la majorité des Français, j'ai l'impression qu'ils sont coupés du monde », lance la députée PS du Finistère Chantal Guittet.

Valls obtient une majorité sur le fil

|  Par Lénaïg Bredoux et Mathieu Magnaudeix

Le discours du premier ministre n'a pas dissuadé 32 socialistes de s'abstenir, trois fois plus qu'il y a cinq mois. Valls ne dispose plus que d'une majorité relative à l'Assemblée.

Manuel VallsManuel Valls © Reuters

Nathalie Chabanne (PS) : « Si la confiance n'est pas votée, il y aura une dissolution »

|  Par Mathieu Magnaudeix

Nathalie ChabanneNathalie Chabanne © DR

Mardi 16 septembre, Manuel Valls va de nouveau solliciter la confiance de sa majorité. Appartenant à l'aile gauche, Nathalie Chabanne s'abstiendra. Mais elle n'imagine pas voter contre. « Je n'ai pas peur pour mon poste, c'est le cadet de mes soucis. Mais je crains l'explosion du PS qui en découlera. »

La droite est en passe de reprendre le Sénat

|  Par Mathieu Magnaudeix

Le 28 septembre, la gauche devrait perdre la majorité au Sénat. Sauf surprise, la Haute Assemblée va repasser à droite. Ce qui n'empêchera pas le gouvernement de faire passer ses textes de loi, mais risque de ralentir la machine parlementaire.

Christophe Caresche, illustration et défense du libéralisme façon Valls

|  Par Hubert Huertas et Mathieu Magnaudeix

Une discussion très âpre pour le numéro de rentrée d’Objections. Invité Christophe Caresche, député PS de Paris, fidèle de Manuel Valls, social-libéral décomplexé. Entre lui et les «frondeurs» de son parti, il y a plus qu’une divergence. Une rupture qui s’entend derrière chaque mot.

Hayange : enquête sur cette ville frontiste où le FN implose

|  Par Mathieu Magnaudeix

Rien ne va plus au FN d'Hayange. Dans cette ville qu'il a conquise en mars, le parti se déchire. En cause, les révélations de l'ancienne première adjointe sur les irrégularités financières de la campagne électorale. Mediapart a découvert sur place d'autres bizarreries, comme des dons en liquide jamais déclarés. Fabien Engelmann, le maire, risque de un à trois ans d'inéligibilité. Sa gestion et ses premières décisions sont décriées. « C'est un gourou », se désole un adjoint. 

Fabien EngelmannFabien Engelmann © DR

Matthias Fekl (PS): «Le social-libéralisme est dépassé»

|  Par Mathieu Magnaudeix

« La gauche, c’est une dynamique. Ce n'est ni le repli, ni le conservatisme, ni une vision répressive de la société », estimait le député PS Matthias Fekl, critique de l'exécutif quelques jours avant d'être… nommé secrétaire d'Etat au commerce extérieur.

Dépenses de campagne du FN à Hayange : « C’était convenu comme ça »

|  Par Mathieu Magnaudeix et Marine Turchi

Rattrapé par ses factures de campagne, réglées en partie par son adjointe, contrairement à ce que prévoit la loi, le maire FN d’Hayange voit sa défense s’effondrer. Dans un enregistrement daté du 21 août, dont Mediapart publie le verbatim, Fabien Engelmann explique que son mandataire financier n’avait « pas assez d'argent sur son compte » et que son adjointe a donc « payé une partie » des dépenses d'imprimerie. « C'était convenu comme ça », lui rappelle-t-il.

Le maire FN d'Hayange rattrapé par ses factures de campagne

|  Par Mathieu Magnaudeix et Marine Turchi

Marine Le Pen et Fabien Engelmann, son conseiller politique « au dialogue social » et maire d'Hayange.Marine Le Pen et Fabien Engelmann, son conseiller politique « au dialogue social » et maire d'Hayange. © dr

La première adjointe de Fabien Engelmann, maire FN d'Hayange et conseiller de Marine Le Pen, a payé pendant la campagne municipale des factures qu'elle n'aurait pas dû régler. Le maire risque un rejet de ses comptes de campagne et une peine d'inéligibilité. La direction du FN était informée depuis la mi-août. Mediapart publie les documents.

Matthias Fekl (PS): «Le social-libéralisme est dépassé»

|  Par Mathieu Magnaudeix

« La gauche, c’est une dynamique. Ce n'est ni le repli, ni le conservatisme, ni une vision répressive de la société », estime le député PS Matthias Fekl, secrétaire national du PS, critique de l'exécutif sans avoir pour autant rejoint les frondeurs.

Le drôle de calendrier de la tribune soutenant Hollande

|  Par Mathieu Magnaudeix

Une tribune de 200 députés socialistes appelle au « rassemblement » derrière Hollande. Un soutien massif. Sauf que des élus ont signé bien avant le remaniement, dès le début août, et assurent qu'elle ne vaut pas « blanc-seing » au tournant social-libéral que vient d'opérer l'exécutif.

Invité du Medef, Valls fait se pâmer les patrons

|  Par Mathieu Magnaudeix

Ovation à l’université d’été du Medef pour le premier ministre. Deux jours après avoir épuré son gouvernement des plus contestataires, il s’est livré à une déclaration d’amour aux entrepreneurs. En transgressant, avec un plaisir affiché, certains tabous économiques de la gauche. «Les mots et la grammaire ont changé», se félicite Denis Kessler, figure du patronat (photo, crédit Reuters).

Jean-Marc Germain (PS): «Nous refusons cet enfermement sous la contrainte»

|  Par Mathieu Magnaudeix

Lieutenant de Martine Aubry, le député est un des animateurs de la contestation parlementaire contre le gouvernement. Il juge que l'équipe «Valls-II» ne «reflète pas la majorité qui a élu François Hollande en juin 2012» et appelle à un congrès rapide du PS.

Jean-Marc GermainJean-Marc Germain © Reuters

François Hollande a verrouillé l'équipe «Valls-II»

|  Par Stéphane Alliès et Michaël Hajdenberg et Mathieu Magnaudeix

Le nouveau gouvernement dirigé par Manuel Valls, annoncé ce mardi 26 août, reste à la main du chef de l’État. Le premier ministre n’a pas réussi à imposer ses proches. Michel Sapin et Emmanuel Macron, deux fidèles de François Hollande, dirigent désormais l'ensemble de la politique économique.

Le jour où la majorité a volé en éclats

|  Par Mathieu Magnaudeix

Manuel Valls et François Hollande entendent «clarifier» la ligne du gouvernement. Mais ce «coup de force» qui fait éclater au grand jour la fracture au sein de la majorité annonce des lendemains difficiles pour le pouvoir socialiste.

Aventurier néolibéral ou modèle? Face à Renzi, la gauche française reste sceptique

|  Par Mathieu Magnaudeix

Renzi à Turin, octobre 2012Renzi à Turin, octobre 2012 © Reuters

Le tonitruant nouveau président du Conseil italien intéresse François Hollande, attire Manuel Valls. Mais il laisse sceptique une grande partie du PS. Et consterne la gauche de la gauche.