Abonnements cadeaux Mediapart

Plus que quelques jours pour trouver votre cadeau

Offrez Mediapart en profitant de l'offre d'abonnement cadeau : 3 mois pour 20 euros seulement au lieu de 27€.

OFFREZ MEDIAPART

Mediapart
Sam.20 décembre 201420/12/2014 Édition de la mi-journée

Mathieu Magnaudeix

J'ai 33 ans. Diplômé d'histoire, de sciences politiques et de l'ESJ Lille, j'ai débuté dans le journalisme pendant mes études à Berlin puis travaillé pour le magazine économique Challenges. A Mediapart, j'ai couvert l'actu sociale pendant quatre ans. J'ai coécrit Tunis Connection, enquête sur les réseaux franco-tunisiens sous Ben Ali (Seuil 2012). Désormais, je m'occupe de politique, entre autres du Parlement. Pour me joindre: @mathieu_m sur twitter ou mathieu.magnaudeix@mediapart.fr

Ses derniers articles

Le maire FN d'Hayange condamné à un an d'inéligibilité

|  Par Mathieu Magnaudeix

Fabien EngelmannFabien Engelmann © DR

Fabien Engelmann a été condamné pour des irrégularités dans ses comptes de campagne.

Pourquoi l'Etat doit reprendre la main sur les autoroutes

|  Par martine orange et Mathieu Magnaudeix

© Reuters

Le gouvernement aura-t-il le courage politique de remettre en cause la rente des sociétés d’autoroute ? Un rapport parlementaire, publié ce mercredi, l’y incite; 152 députés socialistes l’y poussent. Malgré cela, le gouvernement hésite et semble tenté par un simple gel des tarifs en 2015. Les raisons ne manquent pourtant pas pour que l’État reprenne en main le dossier autoroutier.  

«Prédistribution» : le nouveau concept politique de Manuel Valls

|  Par Mathieu Magnaudeix

Devant la Fondation Jean-Jaurès, ce mercredi 10 décembre, Manuel Valls a proposé une refonte de l'État providence. Il s'inspire pour cela d'un terme en vogue dans les cénacles sociaux-démocrates européens, la « prédistribution ». Une façon de se démarquer idéologiquement des socialistes « passéistes » qu'il vilipende.

« Les 35 heures, c'est un pacte de responsabilité qui a réussi »

|  Par Mathieu Magnaudeix

Les 35 heures, horreur économique pour la droite, sont aussi décriées par une partie du PS qui n'assume plus LA réforme des années Jospin. La députée socialiste Barbara Romagnan, auteure d'un rapport parlementaire, plaide, elle, pour une nouvelle réduction du temps de travail.

A Troyes, le PS subit une nouvelle déroute

|  Par Mathieu Magnaudeix

Avec 14,6 % seulement, le parti socialiste a été éliminé dimanche au premier tour d'une législative partielle à Troyes. Trois électeurs sur quatre ne se sont pas déplacés. Le Front national progresse de 10 points.

Tunisie : Moncef Marzouki dénonce le retour de « l'ancien régime »

|  Par François Bonnet et Mathieu Magnaudeix

23 novembre 2014. Moncef Marzouki vote au premier tour de la présidentielle.23 novembre 2014. Moncef Marzouki vote au premier tour de la présidentielle. © Reuters

Dans un entretien à Mediapart, l'actuel président de la République, opposant historique à Ben Ali, alerte contre une restauration de « l'ancien régime ». Candidat à un deuxième mandat, Moncef Marzouki a été devancé lors du premier tour de la présidentielle par un dinosaure de la politique tunisienne, Béji Caïd Essebsi. « C'est Ben Ali sans Ben Ali », accuse-t-il, tout en faisant le bilan de ses succès et de ses échecs.

Le candidat Hollande a réglé 700 000 euros à la société des proches de Kader Arif

|  Par Mathieu Magnaudeix et Mathilde Mathieu

La société du frère de Kader Arif, visée par une enquête préliminaire, a travaillé pendant la primaire et la campagne présidentielle de 2012 pour environ 700 000 euros, d'après des factures consultées par Mediapart. La collaboration a été interrompue à un mois du premier tour. Le PS aurait versé un « dédommagement » à l'entreprise.

Affaire Arif : le contrat qui embarrasse l'Elysée et Matignon

|  Par Mathieu Magnaudeix

François Hollande et Kader Arif, le 11 novembre, à Oyonnax.François Hollande et Kader Arif, le 11 novembre, à Oyonnax. © Reuters

Le ministère de la défense a confirmé à Mediapart l'existence d'un contrat douteux passé en 2013 entre Kader Arif, ex-secrétaire d'État aux anciens combattants, et une société détenue par ses neveux. Ce contrat a été découvert le 22 août et le chef de l'État comme le premier ministre ont été immédiatement prévenus. Kader Arif est pourtant resté à son poste pendant trois mois.

Hollande retourne à Florange avec un bilan mitigé

|  Par Michel de Pracontal et Mathieu Magnaudeix

François Hollande revient le 24 novembre à Florange, comme il s'y était engagé. S'il a tenu une partie de ses promesses, il lui sera difficile d'effacer la déception suscitée par la fermeture des hauts-fourneaux et de réduire la fracture qui a conduit le Front national à la mairie de Hayange.

Le ministre Kader Arif démissionne

|  Par Mathieu Magnaudeix et Michel Deléan

De gauche à droite: Jean-Yves Le Drian (ministre de la défense), François Hollande, Kader ArifDe gauche à droite: Jean-Yves Le Drian (ministre de la défense), François Hollande, Kader Arif © Reuters

Le secrétaire d'État Kader Arif a présenté sa démission ce vendredi, au lendemain des révélations de Mediapart. Une perquisition l'avait visé le 6 novembre, dans une enquête sur des marchés passés par le conseil régional de Midi-Pyrénées à une société dont les associés sont le frère, la belle-sœur ou les neveux du secrétaire d'État aux anciens combattants.

Marchés publics: le ministre Kader Arif a été perquisitionné

|  Par Mathieu Magnaudeix et Michel Deléan

De gauche à droite: Jean-Yves Le Drian (ministre de la défense), François Hollande, Kader ArifDe gauche à droite: Jean-Yves Le Drian (ministre de la défense), François Hollande, Kader Arif © Reuters

L'enquête porte sur des marchés passés par le conseil régional de Midi-Pyrénées à une société dont les associés sont le frère, la belle-sœur ou les neveux du secrétaire d'État aux anciens combattants.

Comment le pouvoir a réécrit la mort de Rémi Fraisse

|  Par Stéphane Alliès et Michel Deléan et Louise Fessard et Jade Lindgaard et Mathieu Magnaudeix

Rémi FraisseRémi Fraisse © DR

Après les révélations de Mediapart sur la mort de Rémi Fraisse, le ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve et le patron de la gendarmerie nationale Denis Favier ont mené une contre-offensive médiatique toute la journée de jeudi. L’objectif ? Masquer le fait que les autorités savaient dès la nuit du dimanche 26 octobre qu’une grenade offensive était à l’origine de la mort du jeune botaniste. Une question demeure : quel a été le rôle de Matignon ?

Jean-Pierre Jouyet s'est empêtré dans une intrigante polémique

|  Par Stéphane Alliès et Ellen Salvi et Mathieu Magnaudeix

Jean-Pierre Jouyet et François Hollande, Nicolas Sarkozy et François FillonJean-Pierre Jouyet et François Hollande, Nicolas Sarkozy et François Fillon © Reuters

Le secrétaire général de l’Élysée a finalement admis avoir raconté à deux journalistes du Monde que François Fillon lui aurait demandé, lors d'un déjeuner en juin, de hâter le cours des enquêtes judiciaires visant Nicolas Sarkozy. Mais l'ancien premier ministre continue de nier et envisage d'élargir la plainte pour diffamation visant les deux journalistes à Jouyet lui-même.

«A Sivens, un drame était inévitable»

|  Par Mathieu Magnaudeix

Conseiller général divers gauche du Tarn, Jacques Pagès est le seul élu du département à avoir voté en 2013 contre le barrage de Sivens. Après une visite sur la ZAD le 3 septembre, il a alerté à plusieurs reprises le président du conseil général, Thierry Carcenac, sur le zèle des gendarmes. En vain.

Barrage de Sivens: les dérives d'un socialisme de notables

|  Par Mathieu Magnaudeix

Après la mort de Rémi Fraisse, tué par une grenade offensive qu'avaient lancée les gendarmes, le conseil général du Tarn a décidé d'attendre avant de se prononcer sur le sort du barrage de Sivens. Dans ce fief PS, Thierry Carcenac, président du conseil général, élu depuis près de quarante ans, cumulard et ayant exercé à peu près tous les mandats qu'offre la République, fontionne en vase clos. L'affaire du barrage est l'illustration tragique de la lente dérive d'un socialisme gestionnaire, conduit par des notables enferrés dans leurs certitudes.

Hollande et Valls font feu sur les écologistes

|  Par Mathieu Magnaudeix

Des conseillers et des ministres déplorent la réaction tardive de François Hollande et de Manuel Valls à la mort du jeune manifestant et n'excluent plus la thèse de la responsabilité policière. Mardi, le pouvoir et plusieurs socialistes s'en sont vivement pris aux écologistes.

Les radicaux de gauche, insignifiants et essentiels

|  Par Mathieu Magnaudeix

À nouveau ce 28 octobre, les radicaux de gauche vont assurer la majorité au gouvernement lors du vote par les députés du budget de la Sécurité sociale 2015. Des alliés précieux, qui réclament beaucoup mais ne quitteront jamais le bateau : leur survie dépend de leurs alliances avec le PS.

Prédistribution? Le nouveau concept politique de Manuel Valls

|  Par Mathieu Magnaudeix

Personne ne l'a remarqué, mais dans son entretien à L'Obs, Manuel Valls propose ni plus ni moins qu'une refonte de l'État providence. Il s'inspire pour cela d'un terme en vogue dans les cénacles sociaux-démocrates européens, la « prédistribution ». Pour l'heure, c'est dans sa bouche une formule sans contenu précis, d'abord destinée à le distinguer des socialistes « passéistes » qu'il vilipende.

Hayange : les comptes de campagne du maire FN rejetés

|  Par Mathieu Magnaudeix

Fabien EngelmannFabien Engelmann © DR

Le tribunal administratif de Strasbourg a confirmé le rejet des comptes de campagne du maire FN d'Hayange, Fabien Engelmann, conseiller social de Marine Le Pen. Il risque de un à trois ans d'inéligibilité. Le parquet a ouvert une enquête préliminaire.

Budget 2015 : les anciens ministres s'abstiennent

|  Par Mathieu Magnaudeix

Une quarantaine de députés socialistes n'ont pas voté la première partie du budget 2015. Les ex-ministres Benoît Hamon, Aurélie Filippetti, et les proches d'Arnaud Montebourg, se sont abstenus. Benoît Hamon estime que la politique menée « menace la République ». Le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, lui demande de quitter le PS.