1€

Testez Mediapart pour 1€ seulement !

Profitez d'une période d'essai de 15 jours + 15 jours de musique offerts

Testez-nous !

Mediapart
Mar.26 mai 201526/05/2015 Dernière édition

Mathieu Magnaudeix

J'ai 33 ans. Diplômé d'histoire, de sciences politiques et de l'ESJ Lille, j'ai débuté dans le journalisme pendant mes études à Berlin puis travaillé pour le magazine économique Challenges. A Mediapart, j'ai couvert l'actu sociale pendant quatre ans. J'ai coécrit Tunis Connection, enquête sur les réseaux franco-tunisiens sous Ben Ali (Seuil 2012). Désormais, je m'occupe de politique, entre autres du Parlement. Pour me joindre: @mathieu_m sur twitter ou mathieu.magnaudeix@mediapart.fr

Ses derniers articles

Au PS, la motion A engage surtout ceux qui y croient

|  Par Stéphane Alliès et Lénaïg Bredoux et Mathieu Magnaudeix

Martine Aubry et Manuel Valls à Lille, le 18 mars 2015Martine Aubry et Manuel Valls à Lille, le 18 mars 2015 © Reuters

Les militants socialistes votent ce jeudi pour départager quatre motions en vue du congrès du PS de juin. La motion A, soutenue par Valls comme par Aubry, devrait arriver en tête. Mais les inflexions économiques qu'elle promet tiennent du vœu pieux.

Bercy pourrait revenir sur la ristourne fiscale de la Société générale

|  Par Dan Israel et Mathieu Magnaudeix et Ellen Salvi

Dès mars 2008, Bercy avait accordé une ristourne de 1,7 milliard d’euros à la banque en raison des pertes attribuées à Jérôme Kerviel. Le cabinet du ministre des finances Michel Sapin indique aujourd'hui à Mediapart qu’il pourrait « reconsidérer le traitement fiscal » de la banque si la justice établit que ses dirigeants lui ont fait courir un « risque manifestement excessif ».

Affaire Kerviel: des parlementaires veulent «tout reprendre à zéro»

|  Par Dan Israel et Mathieu Magnaudeix et Ellen Salvi

Jérôme Kerviel, en avril 2012Jérôme Kerviel, en avril 2012 © Reuters

Ils sont députés ou sénateurs, membres du PS, du PCF, de l'UDI ou de l'UMP. Tous demandent que le scandale Société générale/Kerviel soit revisité de fond en comble, après les récentes révélations de Mediapart. Par une révision du procès; par une commission d'enquête parlementaire; par de nouvelles enquêtes judiciaires. Entretiens avec Charles de Courson (UDI), Yann Galut (PS), Georges Fenech (UMP) et Éric Bocquet (PCF).

Galut (PS): «Il faut tout reprendre à zéro»

|  Par Mathieu Magnaudeix

Yann GalutYann Galut © DR

Le député PS Yann Galut a été le premier à demander une commission d’enquête parlementaire après nos révélations. «Si ce que dit la cheffe enquêtrice est exact, on est face à un scandale d’État», ajoute-t-il.

Laïcité dans les crèches : à la fin, une loi rabougrie

|  Par Mathieu Magnaudeix

L’Assemblée nationale a adopté une loi des radicaux de gauche qui oblige les crèches financées sur fonds publics à la neutralité religieuse. Le texte initial, bien plus large et problématique du point de vue du droit, a été retoqué.  

Egalité homme-femme : le gouvernement évite de peu la régression

|  Par Mathieu Magnaudeix et Mathilde Goanec

Tout à la simplification du code du travail, le gouvernement a oublié les femmes. Au risque de donner le sentiment de remettre en cause l’une des rares politiques où, depuis 2012, la gauche a un bon bilan. « Les inquiétudes étaient légitimes, je veux lever toute ambiguïté », affirme François Rebsamen à Mediapart.

La politique, une affaire de mâles

|  Par Mathieu Magnaudeix

Le personnel et les codes politiques restent masculins. Les hommes continuent de fixer les règles du jeu. À l'Assemblée nationale, dont je suis l'actualité depuis 2012, le sexisme reste fréquent.

Ecoutes de la NSA : le stupéfiant silence de la France

|  Par Mathieu Magnaudeix

Selon plusieurs médias allemands, l'Élysée et le Quai d'Orsay ont été écoutés par le renseignement allemand pour le compte de la NSA, et ce « pendant des années ». Combien de temps l'exécutif français va-t-il rester silencieux ?

Espionnage d’intérêts français par le renseignement allemand : la France se tait

|  Par Mathieu Magnaudeix

Le magazine allemand Der Spiegel a révélé que des personnalités et des entreprises françaises ont été espionnées par le renseignement allemand pour le compte de l'agence de renseignement américaine, la NSA. À Berlin, l’information crée de nombreux remous. Mais les autorités françaises se réfugient pour l'instant dans le silence.

Attentats: la petite musique du pouvoir

|  Par Lénaïg Bredoux et Mathieu Magnaudeix

L'attentat déjoué de Villejuif, où deux églises semblaient visées, est une nouvelle occasion pour le gouvernement de souligner qu'un attentat peut se produire à tout instant. Une stratégie de communication qui permet aussi de justifier son agenda sécuritaire.

Renseignement: vu d'Allemagne, le texte français est «inimaginable»

|  Par Mathieu Magnaudeix

En Allemagne, où les libertés numériques ont de nombreux défenseurs, le projet de loi français sur le renseignement rappelle à certains les méthodes de l'agence américaine NSA. Mais le pays, bien qu'encore traumatisé par les révélations d’Edward Snowden sur les pratiques de ses services secrets, n’est pas à l’abri d’un tour de vis sécuritaire.

Motion Cambadélis : les mots d'Aubry, la ligne de Valls

|  Par Stéphane Alliès et Mathieu Magnaudeix

Martine Aubry a largement inspiré le texte de la « motion A » soutenue par l'exécutif pour le prochain congrès de Poitiers, qui aura lieu début juin. Mais les principales inflexions sur la ligne économique, annoncées vendredi, n'ont pas passé le week-end.

Congrès du PS: Martine Aubry se rendort

|  Par Stéphane Alliès et Mathieu Magnaudeix

La maire de Lille, très critique sur le quinquennat de François Hollande, renonce à porter une motion au congrès du PS ou à s'allier avec les frondeurs. Elle rejoint la motion majoritaire soutenue par François Hollande et Manuel Valls. Et s'anesthésie politiquement.

François Hollande et Martine Aubry, à Lille, le 22 novembre 2014François Hollande et Martine Aubry, à Lille, le 22 novembre 2014 © Reuters

« Sur les drogues, expérimenter au lieu de faire la morale »

|  Par Mathieu Magnaudeix

Malgré l'opposition d'une partie de la droite, la loi santé discutée à l'Assemblée devrait autoriser dans six villes l'expérimentation des salles de consommation de drogues. Un dispositif qui permet d'améliorer la santé des usagers, selon Marie Jauffret-Roustide, de l'Inserm.

«Salles de shoot» : le retard français face au voisin allemand

|  Par Mathieu Magnaudeix

Les produits souillés sont soigneusement nettoyés et triésLes produits souillés sont soigneusement nettoyés et triés

L'Assemblée nationale devait adopter ce vendredi 3 avril l'expérimentation des salles de consommation de drogues à moindre risque en France. Un dispositif de réduction des risques qui existe ailleurs en Europe depuis des années. Et qui marche, loin des fantasmes parfois véhiculés. Reportage à Berlin.

Manuel Valls, l'activisme dans un champ de ruines

|  Par Mathieu Magnaudeix

L'activisme de l'omni-premier ministre Manuel Valls masque mal l’état de dépression et le manque d'idées de la majorité abasourdie par la défaite.

Manuel Valls, ce mardi 31 mars, à l'Assemblée nationaleManuel Valls, ce mardi 31 mars, à l'Assemblée nationale © Reuters

La Seine-Saint-Denis, « miroir grossissant » des défis de la gauche

|  Par Mathieu Magnaudeix

La Seine-Saint-Denis avait plébiscité François Hollande en 2012. Depuis, le PS, qui est menacé de perdre le département ce dimanche 29 mars, a vu partir une grande partie de ses électeurs. Il devra les reconquérir en 2017, alors que la droite et le FN gagnent du terrain dans un département profondément travaillé par la précarité.

Départementales : le vrai rapport de force à gauche au premier tour

|  Par Mathieu Magnaudeix

Un groupe de chercheurs a « recodé » les résultats des départementales pour donner une vision plus détaillée du premier tour. Notamment à gauche, où ce recomptage fait apparaître que les candidats soutenus par le PS ont obtenu 24,7 % des suffrages exprimés, et la « gauche autonome » 10,1 %.

Le PS est d'ores et déjà effacé de plusieurs départements

|  Par Mathieu Magnaudeix

Le PS pourrait perdre jusqu'à quarante des soixante départements qu’il gère aujourd’hui. « La gauche n'est plus là. Zéro plus zéro : la tête à Toto », constate Olivier Girardin, premier fédéral de l'Aube, où les socialistes sont tous éliminés.

Dimanche, une multitude de « 21-Avril » locaux

|  Par Mathieu Magnaudeix

Le Front national était en tête aux européennes de 2014 dans les deux tiers des cantons actuels. Ce dimanche 22 mars, il devrait souvent passer le cap du premier tour. Divisée, la gauche sera souvent balayée. La France politique de 2015 peut se résumer ainsi : abstention de la moitié des électeurs inscrits, tripartisme ancré avec la poussée du FN et obligation pour l'UMP et le PS d'unir leurs camps respectifs dans les mois et les années à venir, sous peine d'être durablement concurrencés par l'extrême droite.