élections européennes
Mediapart Live

«En direct de Mediapart», jeudi 24 avril dès 17h !

Rwanda, affaire Morelle, élections européennes... Ne ratez pas notre soirée spéciale «Europe : tout est à refaire !», en direct depuis la rédaction.

REJOIGNEZ-NOUS

Mediapart
Jeu.24 avril 201424/04/2014 Dernière édition

Mathieu Magnaudeix

J'ai 33 ans. Diplômé d'histoire, de sciences politiques et de l'ESJ Lille, j'ai débuté dans le journalisme pendant mes études à Berlin puis travaillé pour le magazine économique Challenges. A Mediapart, j'ai couvert l'actu sociale pendant quatre ans. J'ai coécrit Tunis Connection, enquête sur les réseaux franco-tunisiens sous Ben Ali (Seuil 2012). Désormais, je m'occupe de politique, entre autres du Parlement. Pour me joindre: @mathieu_m sur twitter ou mathieu.magnaudeix@mediapart.fr

Ses derniers articles

Edouard Martin : «Je ne suis pas un produit marketing»

|  Par Hubert Huertas et Mathieu Magnaudeix

Vidéo dans l'articleVidéo dans l'article

L'ancien syndicaliste de Florange, tête de liste PS aux élections européennes, est l'invité du onzième numéro d'Objections. Une arrivée en politique qu'il revendique au nom « des ouvriers ». Et de fait, tout au long de cet entretien, il ne ménage personne, ni Hollande, ni Valls, ni Gattaz, ni l'Europe et son « carcan complètement imbécile des 3 % »...

Affaire Morelle, plan d'austérité: les socialistes sont consternés

|  Par Mathieu Magnaudeix et Michaël Hajdenberg

Après l'annonce par Manuel Valls d'un plan d'austérité de 50 milliards, l'affaire Morelle a fait l'effet d'une bombe dans la majorité. Elle semble solder la « République exemplaire » que promettait François Hollande.

A l'Assemblée, une ancienne de BNP Paribas prend les commandes du budget

|  Par Mathieu Magnaudeix

La socialiste Valérie Rabault, 40 ans, a été élue mardi rapporteure générale du budget. C'est la première femme à ce poste. Il lui reviendra notamment de discuter des coupes budgétaires avec l'exécutif. Élue députée en 2012, cette ancienne dirigeante de BNP Paribas va devoir gérer la colère de la majorité.

A Paris, des milliers de manifestants contre l'austérité et pour une « alternative à gauche »

|  Par Mathieu Magnaudeix

Entre 25 000 et 100 000 personnes ont défilé samedi 12 avril contre l'austérité et pour une alternative à gauche, à l'appel du Front de gauche, du NPA, de syndicats et de collectifs. Un cortège à la tonalité anti-Hollande très prononcée.

Place de la République, samedi 12 avrilPlace de la République, samedi 12 avril © Mathieu Magnaudeix


Besancenot: «Valls, c'est Ayrault, l'autoritarisme en prime»

|  Par Mathieu Magnaudeix et Stéphane Alliès

Dirigeant du NPA, Olivier Besancenot estime que le nouveau premier ministre « s'est échappé des cartons laissés par Nicolas Sarkozy » au ministère de l'intérieur. À la veille de la marche anti-austérité, samedi 12 avril à Paris, il appelle à « se poser la question de la grève générale ». Dixième numéro d'Objections.

Secrétaires d’Etat: l’occasion encore ratée du renouvellement

|  Par Lénaïg Bredoux et Mathieu Magnaudeix et Mathilde Mathieu

Le secrétaire général de l’Élysée a annoncé le nom des 14 secrétaires d’État du gouvernement Valls. À l’image des ministres de plein exercice, on y retrouve beaucoup de hollandais pur jus, dont des ministres d'Ayrault recyclés. Et très peu de jeunes ministres.

Les députés PS placent le premier ministre sous surveillance

|  Par Mathieu Magnaudeix et Stéphane Alliès

Les cent députés PS qui menaçaient de ne pas voter la confiance sont rentrés dans le rang, tout en multipliant les avertissements sur le pacte de responsabilité.

Avant le vote de confiance, les députés PS mettent la pression sur Valls

|  Par Mathieu Magnaudeix

Une centaine de députés menace de ne pas voter la confiance à l'issue du discours de politique générale mardi si le gouvernement n'entend pas leurs revendications : une « réorientation européenne », des mesures en faveur du pouvoir d'achat, plus de pouvoir pour le Parlement et un vote sur le futur pacte de responsabilité. Leurs représentants ont été reçus dimanche soir à Matignon. 

Le vote de confiance, premier test du « soutien vigilant » des écologistes à Valls

|  Par Stéphane Alliès et Mathieu Magnaudeix

Les parlementaires écologistes voteront-ils la confiance à Manuel Valls le 8 avril ? Le sujet sera abordé lors du conseil fédéral d’EELV, ce week-end. La polémique sur la participation au gouvernement a révélé des désaccords profonds.

Valls, au risque de la fracture à gauche?

|  Par Stéphane Alliès et Mathieu Magnaudeix

Les ministres écologistes ne seront pas du nouveau gouvernement et, au PS, des parlementaires assurent que la « confiance n’est pas acquise ». Mais pour l’heure, bien peu se risquent à critiquer le nouveau premier ministre.

Barons PS balayés, renouvellement en demi-teinte, Ile-de-France… Les autres leçons du scrutin

|  Par Mathieu Magnaudeix et Ellen Salvi

Derrière le vote sanction, plusieurs confirmations ou étonnements : le cœur du socialisme municipal est atteint, le renouvellement est très partiel, et les Français continuent de voter pour des élus inquiétés par la justice ou cumulards.

Grenoble, le début d'une alternative à gauche?

|  Par Stéphane Alliès et Mathieu Magnaudeix

Détenue par le PS depuis 1995, la préfecture de l’Isère, 160 000 habitants, bascule et devient la plus grande ville de France dirigée par les écologistes, alliés au parti de gauche et à des collectifs citoyens. Ils rêvent d'incarner le « modèle » d'une alternative à la gauche du PS.

Dans le Grand Ouest, le socialisme municipal est épuisé

|  Par Lénaïg Bredoux et Mathieu Magnaudeix

Bernard Poignant en réunion publique à KerfeunteunBernard Poignant en réunion publique à Kerfeunteun © L.B.

En Bretagne et dans les Pays de la Loire, le premier tour des municipales a été dévastateur pour le PS. Plusieurs villes devraient passer à droite dimanche soir dans le Grand Ouest, laboratoire depuis trente ans d'un socialisme gestionnaire et modéré dont Hollande est l'incarnation.

50% de nucléaire en 2025: l'Etat parle de fermer vingt réacteurs

|  Par Jade Lindgaard et Mathieu Magnaudeix

Pour la première fois depuis l’élection de François Hollande, l’État évoque officiellement la fermeture d’une vingtaine de réacteurs nucléaires. Alors qu'un remaniement est imminent, les écologistes espèrent profiter de leurs bons résultats au premier tour des municipales pour accroître leur influence.

Municipales : la faillite des sondages

|  Par Mathieu Magnaudeix

Les enquêtes d’opinion réalisées avant le premier tour des élections municipales ont sous-estimé le Front national et surestimé le PS, selon une étude de l’Observatoire de la vie politique et parlementaire. Elles ont pourtant été abondamment commentées dans les médias et prises pour argent comptant par les politiques.

Barbara Romagnan (PS): «Je ne veux pas voter le pacte de responsabilité en l'état»

|  Par Hubert Huertas et Mathieu Magnaudeix

Emission vidéo dans l'articleEmission vidéo dans l'article

Barbara Romagnan, députée du Doubs, a été surprise par l'ampleur des défaites de son parti dimanche, mais pas par le malaise qu'elles révèlent. Huitième numéro d'Objections.

La CFE-CGC plante le patronat et François Hollande

|  Par Rachida El Azzouzi et Mathieu Magnaudeix

La CFE-CGC ne digère pas les nouvelles règles d’indemnisation des chômeurs. En représailles et parce que la confiance est rompue avec le patronat, le syndicat des cadres a décidé de ne plus signer le pacte de responsabilité de François Hollande. De quoi fragiliser un peu plus un président en pleine tourmente électorale.

A Grenoble, le PS local soutient Jérôme Safar contre Solférino

|  Par Mathieu Magnaudeix

Dans un mail envoyé mardi soir aux militants socialistes du département, le premier secrétaire du PS en Isère « apporte son soutien entier » au candidat du PS Jérôme Safar auquel Solférino a retiré l'investiture.

De gauche à droite, le point sur les tractations

|  Par Mathieu Magnaudeix et Jade Lindgaard et Ellen Salvi

Les tractations se sont poursuivies en vue du dépôt des listes du second tour des municipales ce mardi soir. À Grenoble, le candidat socialiste a refusé de fusionner avec la liste EELV-PG arrivée en tête. Le PS l'a exclu. À Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne) et l'Hôpital (Moselle), des candidats de droite et FN s'allient. Quant au « front républicain », il a du plomb dans l'aile.

La Seine-Saint-Denis, symbole de l'échec des socialistes

|  Par Mathieu Magnaudeix et Jade Lindgaard

Les résultats en Seine-Saint-Denis illustrent la désaffection des électeurs de gauche. Des listes citoyennes créent la surprise. Les «poulains» de l’homme fort du département, Claude Bartolone, subissent des revers cinglants.