Plus que quelques jours pour profiter de l'offre d'été

Abonnez-vous à Mediapart pour 9€ seulement au lieu de 27€. À gagner, cette semaine : le livre Combat pour une presse libre, dédicacé par Edwy Plenel, pour 10 premiers abonnés.

ABONNEZ-VOUS

Mediapart
Ven.29 août 201429/08/2014 Édition de la mi-journée

Voilà 60 ans, le maréchal Staline passait l'arme à gauche

|  Par Antoine Perraud

Le 5 mars 1953, Staline calanchait. La planète sembla frappée de stupeur révérencieuse : « Le maréchal Staline est mort », titrait Le Monde. Retour, irrespectueux, soixante ans après, sur la perte d'un guide funeste que s'étaient laissé imposer tant d'esprits irraisonnés. Vidéo dans l'article.

Partage

Le 6 mars 1953, la voix de bronze du speaker Iouri Lévitan, qui avait annoncé l'entrée (forcée) de l'Urss dans la guerre en juin 1941, retentissait à 6 heures du matin, précédée de l'hymne national, lui-même préfiguré par un interminable roulement de tambour : « Le cœur de Joseph Vissarionovitch Staline, compagnon d'armes de Lénine et génial continuateur de son œuvre, guide sagace et éducateur du Parti communiste et du peuple soviétique, a cessé de battre. » La mort remontait à la veille, l'agonie datait de plusieurs jours.

En 1992, William Karel, qui entamait une fructueuse carrière de documentariste, avait tourné, conseillé par le “kremlinologue” du Monde Michel Tatu, Les Deux Morts de Joseph ...

2mois

Plus que quelques jours pour profiter de l'offre d'été

Abonnez-vous à Mediapart pour 9€ seulement au lieu de 27€. À gagner, cette semaine : le livre Combat pour une presse libre, dédicacé par Edwy Plenel, pour 10 premiers abonnés.Abonnez-vous

Vous êtes abonné(e)
Identifiez-vous

Pas encore abonné(e) ?
Inscrivez-vous

Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Mediapart.

Créez votre compte