1€

Testez-nous pour 1€ seulement !

Profitez d'une période d'essai de 15 jours + 15 jours de musique offerts

Testez-nous !

Mediapart
Sam.19 avril 201419/04/2014 Édition du matin

En mémoire du 17 octobre 1961

Hollande reconnaît officiellement le 17 octobre 1961

|  Par Lénaïg Bredoux

Pour la première fois, un président de la République a reconnu la répression de la manifestation pacifique d’Algériens à Paris, le 17 octobre 1961. « Je rends hommage à la mémoire des victimes », a dit François Hollande, reconnaissant « la sanglante répression » dont ont été victimes « des Algériens qui manifestaient pour le droit à l’indépendance ». D’autres gestes pourraient suivre, y compris la signature d’un traité d’amitié entre la France et l’Algérie.

Appel pour la reconnaissance officielle de la tragédie du 17 octobre 1961 à Paris

|  Par La rédaction de Mediapart

Le massacre de la manifestation pacifique du 17 octobre 1961 fait partie de notre histoire. En partenariat avec l'association Au nom de la mémoire, Mediapart lance, à l'aube du cinquantième anniversaire de l'indépendance de l'Algérie, cet appel pour «une nouvelle fraternité franco-algérienne» fondée sur la vérité, «gage de réconciliation». Pour comprendre ou revisiter l'événement dramatique du 17 octobre 1961, Mediapart propose ici le documentaire de Mehdi Lallaoui, Le silence du fleuve; là dix-sept contributions d'écrivains; enfin une étude des racines policières de cette répression raciste.

Monique Hervo, la guerre d'Algérie vue d'un bidonville de Nanterre

|  Par Sophie Dufau

Vidéo accessible dans l'articleVidéo accessible dans l'article

À l'occasion de la réédition de son journal, Nanterre dans la guerre d'Algérie, Monique Hervo raconte les années noires de la guerre de l'intérieur du bidonville La Folie. Entretien vidéo.

17 octobre 1961: dire la vérité pour la réconciliation

|  Par Edwy Plenel

Notre appel, lancé avec l'association Au nom de la mémoire, est d'ores et déjà signé par les responsables de l'ensemble des forces de gauche (PS, EE/LV, PG, PCF, NPA) et plus de six mille personnes.

17 octobre 1961: «Car à la justice, jamais nous ne renoncerons, jamais !»

|  Par La rédaction de Mediapart

Le 17 octobre 1961, des hommes sans armes ont été assassinés par les forces de l'ordre. En souvenir de ce massacre, nous publions ici le premier des 17 textes d'écrivains que nous vous proposerons. Il est signé Mehdi Lallaoui, auteur et réalisateur, responsable de l'association Au Nom de la Mémoire.

Dans la manif: «Le 17 octobre 1961, c'est mon enfance»

|  Par Carine Fouteau et Hugo Vitrani

Des silhouettes en bois symbolisant les morts de la manifestation de 1961Des silhouettes en bois symbolisant les morts de la manifestation de 1961 © HV/MP

Plusieurs milliers de personnes ont défilé, lundi 17 octobre, à Paris pour exiger de l'État français la reconnaissance de sa responsabilité dans les exactions commises il y a cinquante ans à l'égard d'Algériens. Témoignages.

François Mitterrand, un passé algérien dévoilé

|  Par Antoine Perraud

Benjamin Stora (vidéo accessible dans le corps de l'article).Benjamin Stora (vidéo accessible dans le corps de l'article).

Entretien avec l'historien Benjamin Stora, co-auteur de François Mitterrand et la guerre d'Algérie. Diffusé sur France 2 à 22h50 jeudi 4 novembre, ce documentaire expose l'action peu connue d'un Mitterrand, garde des Sceaux du cabinet Guy Mollet, faisant exécuter quarante-cinq condamnés à mort et refusant presque systématiquement les grâces à l'issue des opérations de répression des nationalistes algériens.

Fichage, rafles, camps: les racines policières du 17 octobre 1961

|  Par Carine Fouteau

©Archives nationales d'outre-mer.©Archives nationales d'outre-mer.

Qu'est-ce qui a rendu possible l'explosion des violences policières du 17 octobre 1961? Dans son livre, La Police parisienne et les Algériens (1944-1962), l'historien Emmanuel Blanchard prend à bras-le-corps cette question en décrivant l'emprise policière sur les Algériens émigrés en métropole après la Seconde Guerre mondiale.

8 mai 1945: «Pour comprendre la guerre d’Algérie, il faut remonter à Sétif»

|  Par Les invités de Mediapart

Mehdi Lallaoui a confié à Mediapart, en exclusivité, l'intégralité du documentaire qu'il a réalisé avec Bernard Langlois sur le 8 mai 1945 à Sétif (Algérie). Un film de 1995, le premier à explorer ces événements. Soixante-cinq ans après, le passé refuse toujours de passer, comme le montre le procès fait pendant le festival de Cannes au film de Rachid Bouchareb, «Hors-la-loi».

«Ce fut un massacre, une boucherie sanguinaire où le bougnoule se devait de crever»

|  Par La rédaction de Mediapart

En souvenir du massacre du 17 octobre 1961, Mediapart publie 17 textes d'écrivains sur la répression sanglante de la manifestation des Algériens à Paris. Celui de Magyd Cherfi, le parolier du groupe Zebda, constate simplement : «On peut naître français sans jamais le devenir, ça en donne des raisons de marcher.»

Tous les articles

Édition : Complices, du 17 octobre 1961 au 5 juillet 1962

«Octobre à Paris», le film interdit, projeté en avant-première au festival de Mediapart

|  Par Sophie Dufau

C'est un film rare, un film longtemps interdit et jamais sorti en salle que Mediapart programme samedi 24 septembre dans le cadre de son festival. Octobre à Paris de Jacques Panijel est un documentaire consacré à la manifestation des Algériens, le 17 octobre 1961 à Paris, contre le couvre-feu auquel ils étaient soumis, le premier film sur les crimes policiers perpétrés lors des événements en faveur de l'indépendance de l'Algérie.

Merci Monsieur le Président

|  Par Joseph VIGIER

Merci Monsieur le Président, d'avoir reconnu les massacres du 17 octobre.

Édition : du 17 octobre 1961 au 5 juillet 1962

Monsieur le Président, «pour pouvoir tourner la page de l’Histoire, encore faut-il que cette page soit écrite»

|  Par Daniel Goldberg

Une lettre ouverte du député de Seine Saint Denis au président de la République, afin que soient reconnues les «violences commises alors (le 17 octobre 1961) par les forces de l'ordre, une reconnaissance qui rende la France plus forte et plus unie, une reconnaissance qui permettra enfin qu'un hommage collectif soit rendu aux victimes et à leur mémoire».

Une oeuvre d'art pour le 17 octobre à Gennevilliers

|  Par Patrice Leclerc

Dans le cadre des initiatives sur le 17 octobre 1961, la ville de Gennevilliers, appelera une place de ce nom et a fait une commande publique d'oeuvre d'art.

Édition : du 17 octobre 1961 au 5 juillet 1962

L'Etat français face à la nuit tragique du 17 Octobre 1961 (par Alain Lhostis)

|  Par Nicolas DUTENT

Il y a 50 ans jour pour jour fut commis dans Paris et sa banlieue un crime d'État. Le 17 octobre, à l'appel des dirigeants des forces de libération du peuple algérien et alors que des pourparlers sont engagés entre ceux-ci et le gouvernement dirigé par Michel Debré, une manifestation pacifique de dizaines de milliers d'hommes, de femmes et d'enfants contre le couvre feu qui venait d'être imposé par décret aux « Français Musulmans d'Algérie » selon cette terminologie raciste reprise dans un décret scélérat, se déploie dans Paris.

Témoignage sur le 17 octobre 1961

|  Par Jean Baubérot

Rassurez-vous, cette Note sera plus brève que la précédente ! Il s'agit d'un témoignage sur le 17 octobre 1961. J'étais alors étudiant et je logeais dans un foyer d'étudiants, au 46 rue de Vaugirard, pratiquement en face du Sénat.