live
Mediapart Live

Offre exceptionnelle disponible jusqu'à dimanche minuit !

6 mois d'abonnement à Mediapart pour 20€ seulement, au lieu de 54€. N'attendez pas ! En cadeau, l'Ebook Le FN à l'oeuvre.

ABONNEZ-VOUS

Mediapart
Sam.28 mars 201528/03/2015 Édition du matin

Comment Vinci et Eiffage ont parié sur le retard du contournement de Marseille

|  Par La rédaction de Mediapart

Candidats au partenariat public-privé de la future rocade marseillaise, les deux groupes de BTP ont pourtant tout intérêt à ce que le chantier n'aboutisse que le plus tard possible.

Partage

Le 15 janvier 2013, les trois candidats au partenariat public-privé du chantier de la rocade marseillaise L2 doivent rendre leurs offres. Le grand projet de contournement de Marseille a déjà pris un retard considérable. Le ministre des transports, Frédéric Cuvillier, en visite du chantier de la L2 en octobre 2012, avait évoqué un « véritable scandale d’Etat ».

Candidats à ce partenariat public privé, Eiffage et Vinci sont également actionnaires des deux tunnels marseillais Prado Carénage et Prado Sud, directement concurrents de la L2. Or, dans le contrat qui les lie à la communauté urbaine, une clause pariait sur le retard de la L2 et du boulevard urbain sud. La clause avait été jugée « léonine » par l'actuel président de la communauté urbaine, Eugène Caselli.

Léger conflit d'intérêts ?, s'interroge le site Marsactu. Le site relève que « Vinci et Eiffage ont de bonnes raisons de ne pas accélérer le mouvement ». « Le tunnel Prado Sud doit être mis en service en 2014 et il lui faut trouver son rythme de croisière avant que la L2 Est ne lui supprime une partie de ces clients, explique le journal. Ensuite, la SMTPC (la société qui gère les deux tunnels) présente un des plus beaux ratios de rentabilité de la bourse française avec 34,6 millions de chiffre d'affaires avec un résultat de 10,49 millions en 2011. Ils ont même distribué 9 923 750 euros de dividendes à leurs actionnaires cette année là. L'argent rentre à la même vitesse que les voitures dans un tunnel. »

A lire sur Marsactu

Partage