Dossier L’argent libyen de Sarkozy

Retrouvez toutes nos enquêtes, révélations et émissions depuis 2011 pour comprendre l’une des affaires les plus explosives de la République. À ce jour, sont notamment mis en examen : Nicolas Sarkozy, Claude Guéant, Brie Hortefeux, Éric Woerth, Thierry Gaubert, ainsi que les intermédiaires Ziad Takieddine et Alexandre Djouhri.

Sarkozy-Kadhafi : la bombe des archives Gaubert

Nicolas Sarkozy et Thierry Gaubert. © Photo illustration Sébastien Calvet / Mediapart avec AFP
Homme de l’ombre de Nicolas Sarkozy depuis les années 1980, l’affairiste Thierry Gaubert avait laissé des traces explosives sur la Libye dans ses ordinateurs. Les preuves dormaient depuis onze ans dans les armoires de la police. Elles viennent de parler.

Une enquête libyenne confirme que Sarkozy a « demandé » à Kadhafi un financement

Justice

Thierry Gaubert, Mouammar Kadhafi, Claude Guéant, Nicolas Sarkozy, Bachir Saleh, Cécilia Attias et Mabrouka Chérif. © Photo illustration Sébastien Calvet / Mediapart avec AFP
Selon des éléments obtenus par la justice française, l’ancien dignitaire Bachir Saleh a confirmé à des magistrats libyens que Nicolas Sarkozy avait personnellement sollicité auprès de Mouammar Kadhafi un financement de sa campagne présidentielle. Deux autres fonctionnaires du régime ont témoigné dans le même sens.

« Moche », « hallucinant », « surréaliste » : quand Cécilia Attias découvre le fond de l’affaire Sarkozy-Kadhafi

Justice

Cécilia Attias entourée de Bernard Squarcini, Brice Hortefeux, Thierry Gaubert, Nicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi. © Photo illustration Sébastien Calvet / Mediapart avec AFP
Entendue comme témoin le 1er juin dernier par la police, l’ex-femme de Nicolas Sarkozy n’a pas mâché ses mots à l’encontre de plusieurs membres du premier cercle de l’ancien président, comme Brice Hortefeux, Bernard Squarcini et Thierry Gaubert. Premier volet d’une série de révélations sur l’affaire libyenne.

Deux millions d’euros pour Djouhri : le géant Airbus est rattrapé par l’affaire Sarkozy-Kadhafi

France

Un ex-cadre dirigeant du groupe aéronautique a été mis examen pour « corruption », « association de malfaiteurs » et « blanchiment » dans l’affaire des financements libyens, après la découverte de fonds occultes versés à l’intermédiaire sarkozyste Alexandre Djouhri.

Sarkozy-Kadhafi : la justice atomise une nouvelle fois des « révélations » du groupe Lagardère

Justice

Il y a eu la fausse rétractation de Takieddine dans « Paris Match ». Il y a désormais le témoin bidon du « Journal du dimanche ». Une discrète enquête du parquet de Paris, dont Mediapart a pu prendre connaissance, interroge sur les manœuvres du groupe Lagardère au profit de l’ancien président.

La cour d’appel de Paris confirme les financements libyens de Claude Guéant

Justice

Au détour d’une récente décision dont Mediapart a pu prendre connaissance, la juridiction parisienne a confirmé noir sur blanc que l’ancien ministre a perçu des fonds du régime Kadhafi du temps où il était le secrétaire général de l’Élysée sous Sarkozy.

Menaces, violences et valises de cash : l’affaire Sarkozy-Takieddine dégénère

France

Deux personnes ont été placées en détention provisoire, dont le riche homme d’affaires Pierre Reynaud : l’affaire de la fausse rétractation de Takieddine dans le scandale Sarkozy-Kadhafi a pris des allures de polar à la Scorsese. Mediapart révèle les dessous de ce nouveau volet.

Libérer un fils Kadhafi : le projet fou au service de Sarkozy

France

Noël Dubus, Mimi Marchand, Nicolas Sarkozy et Hannibal Kadhafi © Photomontage Sébastien Calvet / Mediapart avec AFP
Le Parquet national financier (PNF) a élargi le champ de l’affaire Mimi Marchand/Takieddine à des soupçons de corruption de magistrats au Liban. Le but : faire libérer l’un des fils Kadhafi, afin que la famille de l’ancien dictateur libyen dédouane Nicolas Sarkozy.

Tous les articles

Sarkozy-Takieddine : Mimi Marchand charge l’ancien directeur de « Paris Match »

France

« Le deus ex machina du départ, il s’appelle [Hervé] Gattegno », a dit Michèle Marchand, la patronne de  Bestimage, mise en examen pour « association de malfaiteurs », au sujet de la rétractation de Takieddine publiée par l’ancien directeur de « Paris Match ». 

Mimi Marchand-Sarkozy : l’embarrassant coup de fil de Brigitte Macron

France

La femme du chef de l’État a demandé, fin juillet, à Michèle Marchand de « tenir bon » après sa sortie de prison, selon une écoute téléphonique. Tout en multipliant les critiques contre la justice, Brigitte Macron a aussi proposé à Mimi Marchand de prendre attache avec son chef de la sécurité.

Fausse rétractation de Takieddine : un entrepreneur star mis en examen

France

Gravitant dans l’entourage de Nicolas Sarkozy, du couple Macron et de Gérald Darmanin, l’entrepreneur star du numérique David Layani a été mis en examen, mercredi 20 octobre, pour « complicité de subornation de témoin » et « association de malfaiteurs » par deux juges d’instruction du pôle financier de Paris. Il dément les faits qui lui sont reprochés.

« Il parlait de me buter » : des témoins dressent le portrait de Djouhri en homme dangereux

France

Ancien dirigeant de grandes entreprises, ex-conseiller présidentiel, figure de la communication, marchand d’armes à la retraite, ou encore homme de main… Tous ont témoigné, dans l’affaire libyenne, de menaces et d’intimidations émanant de l’intermédiaire sarkozyste, jadis prince occulte de la République.

Fausse rétractation de Takieddine : comment Mimi Marchand devait « cadrer les choses »

France

Avant de sortir de prison, Michèle Marchand a fourni aux juges de nouvelles explications sur les coulisses de la fausse rétractation de l’intermédiaire Ziad Takieddine dans l’affaire libyenne, et sa mise en scène par « Paris Match » et BFMTV.  Elle a confirmé sa participation à plusieurs étapes de l’organisation de l’interview de Ziad Takieddine, en octobre à Beyrouth (Liban).

Sarkozy, Takieddine et « Paris Match » : les juges parlent d’une affaire d’une « gravité majeure »

France

De nouveaux documents, dont Mediapart a pu prendre connaissance, révèlent l’ampleur inédite des dessous de la fausse rétractation de Ziad Takieddine dans le scandale Sarkozy-Kadhafi. Une « entreprise visant à influencer les déclarations d’un témoin et à tromper voire décrédibiliser publiquement les magistrats instructeurs en charge d’une affaire d’une particulière sensibilité », d’après les juges d'instruction.

Guéant et la Patek Philippe offerte par Djouhri : « Quand je reçois cette montre, je trouve que c’est une belle montre »

France

Après avoir juré n’avoir jamais reçu le moindre cadeau d’Alexandre Djouhri, l’ancien ministre de l’intérieur a dû reconnaître devant les preuves avancées par la juge Buresi qu’il s’était fait offrir en 2006 une montre à 11 000 euros, en plus des 500 000 euros versés en 2008 par le même intermédiaire en lien avec un dignitaire libyen.

Sarkozy-Takieddine : la folle histoire d’une manipulation

France

La rétractation de Ziad Takieddine dans l’affaire libyenne n’était pas sincère. De nouveaux documents judiciaires consultés par Mediapart démontrent l'ampleur de la manipulation au profit de Nicolas Sarkozy. Son rôle est au cœur de l'enquête. Comme celui de « Mimi » Marchand, qui a expliqué aux enquêteurs sa mission : « Tuer Mediapart. »