Affaire Ghosn: les lourds secrets d’Alain Bauer

Par et

Enrôlé par Carlos Ghosn, le consultant en sécurité Alain Bauer a été payé plus de 200 000 euros par an via les Pays-Bas, selon L’Express. L’intéressé dément ces paiements à l’étranger, mais admet que 43 missions ou interventions ont été réalisées par lui en 2017-2018 pour le compte du groupe Renault.

Dossiers

Notre dossier: l’affaire Macron-Benalla

Par

L’affaire Benalla, où la privatisation de la sécurité présidentielle, avec ses dérives barbouzardes, dévoile la part d’ombre du monarchisme macronien. Retrouvez nos enquêtes, entretiens et partis pris.

Brexit: une majorité se dessine à Londres pour une prolongation des négociations

Par

Un nouvel amendement, qui prépare le terrain à une prolongation des négociations de sortie de l’UE jusqu’à la fin 2019, pourrait être bientôt adopté. Quant au Labour de Corbyn, il fait un pas de plus vers un second référendum.

Fichage ethnique: la Ligue sermonne à peine le PSG

Par
Olivier Létang et le président Nasser Al-Khelaïfi. © Reuters Olivier Létang et le président Nasser Al-Khelaïfi. © Reuters

Dans l'affaire du fichage ethnique au PSG, la Ligue de football professionnel a décidé d'épargner les plus hauts dirigeants du club, pourtant directement concernés. Le club devra par ailleurs payer une amende de 100 000 euros. L'équivalent d'une journée de salaire de Neymar.

Dans le Var, les «gilets jaunes» veulent s’installer dans le décor

Par
Sur le rond-point du péage de Bandol, le 15 janvier 2019. © MG Sur le rond-point du péage de Bandol, le 15 janvier 2019. © MG

Est-il possible de muscler ses propositions politiques tout en restant non partisan ? Faut-il sortir des ronds-points ? Comment survivre à l’engourdissement provoqué par le « grand débat » lancé par Emmanuel Macron ? Les « gilets jaunes » du Var tentent de jouer sur tous les fronts pour passer l’hiver, électrisés par les faits de violences policières à Toulon.

Loi sur les violences en manifestation: Castaner assume sa droite

Manifestation des gilets jaunes à Paris, décembre 2018. © Reuters Manifestation des gilets jaunes à Paris, décembre 2018. © Reuters

Entendu en commission des lois de l’Assemblée sur la reprise, pour le compte du gouvernement, d’une loi durcissant les conditions de manifestation votée par la droite sénatoriale, le ministre de l’intérieur a expliqué tranquillement qu’il avait besoin de cette loi pour des raisons politiques et pratiques.

Prostitution: les associations rejouent le match devant le Conseil constitutionnel

Par

La pénalisation des clients de prostituées remet-elle en cause des droits garantis par la Constitution ? Le Conseil constitutionnel a examiné le 22 janvier une question prioritaire de constitutionnalité, lancée par neuf associations et des travailleuses du sexe.

La psychiatrie veut son «printemps»

Par
Lors de la manifestation, à Paris, le 22 janvier 2018. Lors de la manifestation, à Paris, le 22 janvier 2018.

Les différents collectifs de soignants ainsi que des associations de patients en psychiatrie se sont rassemblés mardi 22 janvier à Paris. Depuis un an, le motif n’a pas varié : du personnel supplémentaire et du temps pour soigner au lieu de « contenir ». Une mission sur la psychiatrie démarrait le même jour à l’Assemblée nationale.

Mineurs étrangers: la création d’un fichier «antifraude» inquiète jusque chez LREM

Par
À Marseille, dans une association qui propose des cours à des mineurs étrangers. © LF À Marseille, dans une association qui propose des cours à des mineurs étrangers. © LF

Pour lutter contre « la fraude », le gouvernement s’apprête à ficher les jeunes migrants qui prétendent au statut de « mineurs non accompagnés ». Avec empreintes et adresses aux mains des préfets. Associations et Défenseur des droits pointent une dérive inédite.

Fiscalité des patrimoines: le débat occulté

Par

Les principales inégalités en France sont celles des patrimoines. Elles sont immenses et se creusent. Mais le gouvernement insiste pour que le « grand débat » évite soigneusement la question d’une fiscalité correctrice, notamment sur les successions.

Alexandre Benalla entretient le flou devant le Sénat

Par
Alexandre Benalla entouré par le président de la commission, Philippe Bas, et le corapporteur Jean-Pierre Sueur, au Sénat, le 21 janvier. © Reuters Alexandre Benalla entouré par le président de la commission, Philippe Bas, et le corapporteur Jean-Pierre Sueur, au Sénat, le 21 janvier. © Reuters

Alexandre Benalla a changé de stratégie face au Sénat. Désormais, l’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron fait profil bas. Il admet une « erreur » dans l’utilisation de ses passeports diplomatiques, reste flou sur ses relations avec l’Élysée et continue à nier son implication dans le contrat russe.