Fin de règne pour le patron de « Paris Match » et du « JDD »

Par
Le directeur de “Paris Match” Hervé Gattegno, sur le plateau de “C à Vous”, le 12 novembre 2020. © Capture d’écran / France 5 Le directeur de “Paris Match” Hervé Gattegno, sur le plateau de “C à Vous”, le 12 novembre 2020. © Capture d’écran / France 5

Hervé Gattegno sera remplacé vendredi à la tête des deux journaux. Le « JDD » et « Paris Match » traversent une crise éditoriale et sociale sans précédent, accentuée par les révélations sur la manipulation de la rétractation de Ziad Takieddine dans l’affaire libyenne.

Dossiers

Dossier. Violences sexuelles dans l’Église

 © Photo Sébastien Calvet / Mediapart © Photo Sébastien Calvet / Mediapart

De la découverte de faits parfois très anciens aux procès puis au rapport de la Commission indépendante, les dernières années ont été rythmées par les affaires de violences sexuelles dans l’Église catholique française, longtemps enfermée dans le déni. Tous nos articles.

Philippe Poutou : « La gauche a intégré sa propre capitulation »

Par
© Mediapart

« À l’air libre » recevait lundi le candidat du NPA pour l'élection présidentielle. Violences policières, climat « zemmourien », état de la gauche et des mobilisations sociales : il a été interrogé par Valentine Oberti, Mathilde Goanec et Cécile Hautefeuille.

« Il parlait de me buter » : des témoins dressent le portrait de Djouhri en homme dangereux

Par et
Alexandre Djouhri, en janvier 2019, à Londres. © Photo Tolga Akmen / AFP Alexandre Djouhri, en janvier 2019, à Londres. © Photo Tolga Akmen / AFP

Ancien dirigeant de grandes entreprises, ex-conseiller présidentiel, figure de la communication, marchand d’armes à la retraite, ou encore homme de main… Tous ont témoigné, dans l’affaire libyenne, de menaces et d’intimidations émanant de l’intermédiaire sarkozyste, jadis prince occulte de la République.

Jessica : « Les douleurs neuropathiques sont les seules terroristes de ma vie »

Par Jessica
 © Photo Sébastien Calvet / Mediapart © Photo Sébastien Calvet / Mediapart

Pendant toute la durée du procès, sept victimes des attentats du 13 novembre 2015 écrivent et décrivent leurs sentiments. Aujourd’hui, Jessica, grièvement blessée à La Belle Équipe, livre son témoignage à la barre de la cour d’assises spéciale et raconte tout ce qui a précédé. 

À Reims, Mélenchon sonne le tocsin de la mobilisation

Par
À Reims, le 17 octobre 2021. © FRANCOIS NASCIMBENI / AFP À Reims, le 17 octobre 2021. © FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

La France insoumise a donné ce week-end le coup d’envoi de sa campagne présidentielle autour d’un programme enrichi. Parmi les objectifs fixés aux militants : inscrire un million de nouveaux votants sur les listes électorales et collecter 2,5 millions d’euros de dons d’ici à la fin de l’année.

Le procès de la folie sondagière de Nicolas Sarkozy à l’Élysée s’ouvre lundi

Par
Sarkozy et Guéant à l’Élysée, en 2007. © Photo Sébastien Calvet / Mediapart Sarkozy et Guéant à l’Élysée, en 2007. © Photo Sébastien Calvet / Mediapart

Cinq prévenus, dont Claude Guéant et Patrick Buisson, seront jugés à partir de lundi dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Encore un procès à risque pour le clan Sarkozy. L’ancien président, lui, est protégé par son immunité.

Un commissaire de police s’excuse, il est mis au placard 

Par
Capture d’écran de la vidéo montrant une femme qui proteste contre l’interpellation de son fils et qui reçoit un jet de gaz lacrymogène en plein visage de la part d’un policier. Capture d’écran de la vidéo montrant une femme qui proteste contre l’interpellation de son fils et qui reçoit un jet de gaz lacrymogène en plein visage de la part d’un policier.

Pour apaiser les tensions dans le quartier des Tarterêts, début septembre, le commissaire de Corbeil-Essonnes a pris la parole lors d’une réunion publique et présenté ses excuses à une mère de famille qui avait été gazée par un policier. Depuis, il est déchargé d’une partie de ses fonctions et poussé vers la sortie. 

Hommages à Samuel Paty : les Français réunis pour « ne pas oublier »

Par
Hommage à Samuel Paty, samedi 16 octobre 2021, dans sa ville d'Eragny (Val d'Oise). © Crédit Alain JOCARD / AFP Hommage à Samuel Paty, samedi 16 octobre 2021, dans sa ville d'Eragny (Val d'Oise). © Crédit Alain JOCARD / AFP

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées à Éragny (Val-d’Oise), où vivait Samuel Paty, samedi matin. D’autres hommages étaient organisés en France, notamment à Conflans-Sainte-Honorine, où le professeur enseignant, en présence de Jean-Michel Blanquer.

17 octobre 1961 : Emmanuel Macron s’enfonce dans le déni

Par
Cérémonie sur le pont de Bezons, le 16 octobre. © Rafael Yaghobzadeh/Pool/AFP Cérémonie sur le pont de Bezons, le 16 octobre. © Rafael Yaghobzadeh/Pool/AFP

Le président de la République a commémoré le massacre du 17 octobre 1961, en pointant la seule responsabilité du préfet de police Maurice Papon. Pour éviter de se mettre à dos les obsédés des questions identitaires, il n’a parlé ni de colonisation ni de violences policières. Et encore moins de « crime d’État ».

En Haute-Loire, se battre contre le passe sanitaire, mais pas avec n’importe qui

Par
En août 2021, au Puy en Velay. Le slogan antisémite "Qui?" est apparu en juin dans les manifestations contre le pass sanitaire pour désigner les juifs comme responsables de la pandémie et de la politique vaccinale. © Photo DR En août 2021, au Puy en Velay. Le slogan antisémite "Qui?" est apparu en juin dans les manifestations contre le pass sanitaire pour désigner les juifs comme responsables de la pandémie et de la politique vaccinale. © Photo DR

Au Puy-en-Velay, les militants de gauche hostiles au passe sanitaire doivent d’abord lutter contre un autre adversaire : l’extrême droite, qui a investi les manifestations avec ses pancartes aux relents antisémites et semble avoir désigné le département comme une terre de conquête.