Des militants écologistes et antiracistes veulent créer un front commun

Par
Assa Traoré lors de la conférence sur l’écologie et les quartiers populaires, à Paris, le 15 juillet 2020. © HB Assa Traoré lors de la conférence sur l’écologie et les quartiers populaires, à Paris, le 15 juillet 2020. © HB

La marche pour Adama Traoré, samedi 18 juillet à Beaumont-Sur-Oise, est pour la première fois coorganisée par Alternatiba, une des principales organisations du mouvement pour le climat. En amont de la manifestation, des militants antiracistes et écologistes se sont réunis ce mercredi soir à La base, à Paris, pour penser les rapports entre écologie et quartiers populaires.

Dossiers

Notre dossier: l’affaire Macron-Benalla

Par

L’affaire Benalla, où la privatisation de la sécurité présidentielle, avec ses dérives barbouzardes, dévoile la part d’ombre du monarchisme macronien. Retrouvez nos enquêtes, entretiens et partis pris.

Un policier condamné aux assises, toujours en poste, devient délégué syndical 

Par

Malgré sa condamnation à cinq ans de prison avec sursis pour avoir tué Amine Bentounsi d’une balle dans le dos, Damien Saboundjian n’a jamais été sanctionné sur le plan disciplinaire. En mars, il est devenu délégué syndical Unité SGP Police à Grenoble. 

Le conseiller Pôle emploi qui aidait les allocataires vient d’être licencié

Par

Yann Gaudin, conseiller Pôle emploi à Rennes, vient d’être licencié. Connu pour avoir aidé des centaines d’usagers à récupérer leurs indemnités chômage, la direction de Pôle emploi lui reproche son insubordination et son comportement.

Cahuzac, Sarkozy et la note secrète

Par et
 © Mediapart © Mediapart

Dans le troisième épisode de notre série « Le Squale, opérations secrètes », Mediapart révèle comment Bernard Squarcini, l’ancien chef des services secrets, a utilisé un commandant en fonction à la DCRI pour obtenir des informations compromettantes sur Jérôme Cahuzac. Avant d’en faire profiter directement l’ex-président Nicolas Sarkozy.

Pourquoi la promotion de Darmanin pose problème

Par
Protestation contre le nouveau gouvernement, le 7 juillet 2020 à Paris. © Karine Pierre / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP Protestation contre le nouveau gouvernement, le 7 juillet 2020 à Paris. © Karine Pierre / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Depuis l’annonce du nouveau gouvernement, le choix de Gérald Darmanin au ministère de l’intérieur suscite une très grande colère au sein des réseaux féministes, et de nombreuses manifestations. Emmanuel Macron répond sur le terrain juridique. Le débat est aussi éthique et politique.

«Le gouvernement assoit l’impunité des hommes violeurs»

Par
Valérie Rey-Robert © Yann Lévy / Hans Lucas Valérie Rey-Robert © Yann Lévy / Hans Lucas

Selon la militante féministe Valérie Rey-Robert, la formule d’Emmanuel Macron sur sa conversation « d’homme à homme » avec Gérald Darmanin renvoie à un imaginaire où les hommes sont solidaires et loyaux, et les femmes manipulatrices et vicieuses.

Affaire Bernardini: le parquet cible les intérêts du maire d’Istres et de sa famille

Par Jean-Marie Leforestier (Marsactu)
François Bernardini. © Marsactu François Bernardini. © Marsactu

Le Parquet national financier poursuit ses investigations dans le dossier menaçant l’ex-baron socialiste François Bernardini. D’après nos informations, pour vérifier la réalité d’un emploi de directeur des relations publiques qu’il cumulait avec son mandat, les enquêteurs ont notamment entendu, fin juin, l'ancien patron de l’élu.

Castex, Philippe: deux hommes, trois discours

Par
 © DR © DR

Écologie, économie, sécurité, social, territoires... Mediapart met en regard le discours de politique générale de Jean Castex avec ceux prononcés par son prédécesseur Édouard Philippe en 2017 et 2019.

Castex ressuscite les années Sarkozy

Par
Jean Castex à l’Assemblée nationale, le 15 juillet. © AFP Jean Castex à l’Assemblée nationale, le 15 juillet. © AFP

Le premier ministre a profité de son discours de politique générale devant l’Assemblée nationale pour faire un bond de quinze ans en arrière. Séparatisme, incivilités, « France du bon sens »... Jean Castex a proposé un pot-pourri du pire de la droite sarkozyste.

Castex s’enterre dans ses contradictions économiques

Par
Jean Castex à l'Assemblée nationale le 15 juillet 2020. © Hans Lucas via AFP Jean Castex à l'Assemblée nationale le 15 juillet 2020. © Hans Lucas via AFP

Devant les députés, le chef du gouvernement a défendu un « plan de relance » où le soutien à la demande est occulté par son soutien au capital et à l’offre. Ses obsessions restent la baisse du coût du travail et la réforme du modèle social.