«Antisionisme»: Macron dans les pas de Netanyahou

Par

Pour lutter contre l’antisémitisme, le président de la République menace aujourd’hui des rigueurs de la même loi les antisémites et les défenseurs des droits humains qui entendent continuer à dénoncer la politique indéfendable de l’État d’Israël à l’égard des Palestiniens.

Dossiers

Notre dossier: l’affaire Macron-Benalla

Par

L’affaire Benalla, où la privatisation de la sécurité présidentielle, avec ses dérives barbouzardes, dévoile la part d’ombre du monarchisme macronien. Retrouvez nos enquêtes, entretiens et partis pris.

Une conférence sur la liberté de la presse au Maroc sabotée en plein Paris

Par

Une quinzaine d’hommes ont perturbé, vendredi 15 février, dans le XIe arrondissement, une conférence sur la liberté de la presse organisée par l’Association de défense des droits de l’homme au Maroc.

La dissolution du Bastion social était déjà engagée depuis deux mois

Par et
Valentin Linder, le 18 janvier 2018. Valentin Linder, le 18 janvier 2018.

Au dîner du Crif, Emmanuel Macron a annoncé la dissolution prochaine du Bastion social, groupuscule d’extrême droite. Une annonce d’opportunité. Depuis plus de deux mois, la décision était dans les tuyaux du ministère de l’intérieur et le motif de la dissolution de ce mouvement né des décombres du GUD (Groupe Union défense) n’était pas son antisémitisme, mais son incitation à la constitution d’un groupe armé… lors de l’acte III des « gilets jaunes ».

Ukraine: cinq ans après, les massacres de Maïdan restent impunis

Par Sébastien Gobert
Place Maïdan à Kiev, le 21 novembre 2018. © Reuters Place Maïdan à Kiev, le 21 novembre 2018. © Reuters

Le 20 février 2014, la révolution ukrainienne entrait dans son dénouement sanglant. Depuis, les enquêtes sont quasiment au point mort, les condamnations très rares, et les enjeux électoraux, avec la présidentielle qui s’ouvre le 31 mars prochain, minent les procédures judiciaires.

Chômage: après l’échec des négociations, le pouvoir au pied du mur

Par
Emmanuel Macron et la ministre du travail Muriel Pénicaud. © Reuters Emmanuel Macron et la ministre du travail Muriel Pénicaud. © Reuters

La séquence de discussion autour des règles de l’assurance-chômage, lancée il y a cinq mois, a capoté. Les syndicats ne veulent pas des économies demandées par le gouvernement sur le dos des chômeurs, et le patronat refuse le « bonus malus » sur les contrats courts voulu par Emmanuel Macron. L’exécutif peut désormais imposer ses choix, mais le fera-t-il ?

Un rapport révèle combien les souffrances des migrants sont «minimisées» en rétention

Par

Alors que des migrants se suicident en rétention, un rapport pointe l’insuffisance des soins dans ces lieux d’enfermement. Il faut « redéfinir les missions » des médecins, leurs moyens, et prévoir enfin des psychiatres, affirme Adeline Hazan, contrôleuse des lieux de privation de liberté, dans un avis publié jeudi 21 février.

Après un nouveau suicide à l’AP-HP, des médecins dénoncent «la machine à broyer»

Par

Le 3 février, un chirurgien s’est suicidé en se jetant du 5e étage de l’hôpital Avicenne, à Bobigny. La direction explique ce suicide par « une maladie grave ». Scandalisés, des médecins témoignent de sa souffrance professionnelle, et de la leur, au fur et à mesure que s’accélère la restructuration de l’AP-HP.

«Grand débat» à l’hôpital: «Se parler, c’est déjà extraordinaire, ça n’arrive jamais»

Par

Alors que la santé ne figure pas en tant que telle dans les questions du « grand débat », le personnel de l’AP-HP s’est rassemblé, dans plusieurs hôpitaux parisiens, pour discuter du service public. Un débat plutôt sage, imaginé pour « remobiliser » des équipes épuisées par l’absence de moyens. 

Le Sénat résiste à l’hyperprésident Macron

Par
Philippe Bas, Alexandre Benalla et Jean-Pierre Sueur, le 21 janvier. © Reuters Philippe Bas, Alexandre Benalla et Jean-Pierre Sueur, le 21 janvier. © Reuters

Dans son rapport sur l’affaire Benalla, le Sénat pointe des « dysfonctionnements majeurs » au plus haut niveau de l’État, mettant en cause les plus proches collaborateurs d’Emmanuel Macron. Certains membres du gouvernement et de la majorité tentent de discréditer ces travaux. La Macronie est sévère car elle est touchée en son cœur.

Affaire Tapie: un procès peut en cacher un autre

Par

Le procès au cours duquel seront jugés les six protagonistes soupçonnés d’avoir participé à l’arbitrage frauduleux de l’affaire Tapie commence le 11 mars. C’est le même jour que le tribunal de commerce a discrètement choisi pour statuer sur une requête du parquet demandant la liquidation du groupe.