Avec l’affaire Benalla, le Sénat se rachète une vertu

Par

Le Sénat, vertueux « contre-pouvoir » ? Après que l’institution a saisi la justice, jeudi 21 mars, des cas d’Alexandre Benalla et de collaborateurs du chef de l’État, les sénateurs LR donneraient presque des leçons de droit et de respect de l’autorité judiciaire. S’il faut s’en féliciter, il ne faut rien oublier de leurs pratiques.

Dossiers

Notre dossier: l’affaire Macron-Benalla

Par

L’affaire Benalla, où la privatisation de la sécurité présidentielle, avec ses dérives barbouzardes, dévoile la part d’ombre du monarchisme macronien. Retrouvez nos enquêtes, entretiens et partis pris.

Au Havre, le monde à l’envers

Par

Le maire du Havre a démissionné, alors que quatre femmes l’accusent de leur avoir envoyé des photos pornographiques. Jusque-là, aucune alerte n’avait été entendue, ni par les élus ni par la justice. Même le premier ministre avait été informé.

Nasser al-Khelaïfi impliqué dans l’affaire de corruption des mondiaux d’athlétisme au Qatar

Par et
Le président du PSG. © Reuters Le président du PSG. © Reuters

Selon les informations de Mediapart, Nasser al-Khelaïfi a été placé sous le statut de « témoin assisté » dans l’enquête judiciaire sur l’attribution des championnats du monde d’athlétisme au Qatar. Une société détenue conjointement par le patron du PSG et son frère a versé, en 2011, 3,5 millions de dollars au fils du président de la Fédération internationale d’athlétisme.

Une licence sur le développement durable financée par BNP Paribas continue de faire polémique

Par
 © Reuters © Reuters

L’université PSL-Paris-Dauphine lance en septembre une licence sur le développement durable. Celle-ci est intégralement soutenue par un mécène unique, BNP Paribas. Ce partenariat suscite des inquiétudes parmi les enseignants et étudiants, qui craignent l’immixtion de la banque dans l’enseignement dispensé.

«Gilets jaunes», acte XIX: des militaires condamnent le recours à l’armée

Par

Lors des prochaines manifestations des « gilets jaunes », les militaires du dispositif Sentinelle vont être mobilisés. Mediapart a interrogé un général, des colonels et un sous-officier, qui tous expriment leurs inquiétudes sur les dangers encourus pour l’État de droit. « Que va-t-il se passer si des manifestants tentent de s’en prendre aux bâtiments que [les militaires] protègent ? Soit l’armée sort humiliée parce qu’elle aura dû subir toutes formes d’agressions, soit c’est un massacre, dont l’État sera responsable », affirme Michel Goya.

A Marseille, la fierté retrouvée de la diaspora algérienne

Par
Rassemblement contre le système Bouteflika, à Marseille, le 17 mars 2019. © LF Rassemblement contre le système Bouteflika, à Marseille, le 17 mars 2019. © LF

Parmi la diaspora algérienne de Marseille, l’enthousiasme va croissant. Les manifestations pacifiques du peuple algérien ont rendu sa fierté à une communauté qui garde de forts liens avec le pays des ancêtres.

Le garde du corps de Macron est un proche de Benalla, spécialiste de «l’effraction» et de «l’infiltration»

Emmanuel Macron avec Alexandre Benalla et Christian Guédon, lors de la 55e édition du salon de l'Agriculture, le 24 février 2018. © Reuters Emmanuel Macron avec Alexandre Benalla et Christian Guédon, lors de la 55e édition du salon de l'Agriculture, le 24 février 2018. © Reuters

L’actuel principal garde du corps d’Emmanuel Macron est un proche d’Alexandre Benalla, dont il a poussé au recrutement à l’Élysée dans des conditions dérogatoires. L’homme en question, Christian Guédon, est aussi, d’après son C.V. consulté par Mediapart, un spécialiste dans les « domaines [...] de l’effraction et de l’infiltration », ainsi que « des techniques d’ouverture discrètes des serrures de bâtiments et véhicules » à des fins judiciaires. 

Esquive, défausse et dénégations au procès Tapie

Par

Face au tribunal correctionnel de Paris, Stéphane Richard et Jean-François Rocchi se sont défendus d’avoir commis la moindre faute dans l’affaire de l’arbitrage truqué rendu en faveur de Bernard Tapie.

Mineurs étrangers: le Conseil constitutionnel valide l’usage de tests osseux

Par
Un exemple de radiographie du poignet gauche, que le médecin commente en ces termes : «L'âge osseux de ce garçon est estimé à plus de 18 ans, moins de 18 ans et demi.» © DR Un exemple de radiographie du poignet gauche, que le médecin commente en ces termes : «L'âge osseux de ce garçon est estimé à plus de 18 ans, moins de 18 ans et demi.» © DR

Le Conseil constitutionnel a validé, jeudi 21 mars, le recours aux tests osseux pour déterminer l’âge de jeunes migrants, tout en reconnaissant que ces examens « peuvent comporter une marge d’erreur significative »

Procès Tapie: Christine Lagarde, en toute lâcheté

Par

Citée comme témoin par Bernard Tapie, Christine Lagarde ne viendra pourtant pas à la barre. Parce que son emploi du temps de patronne du FMI ne le lui permet pas ? C’est inexact, et Mediapart en a trouvé la preuve.