Le lobby pharmaceutique avance masqué

Par
acce-s

Des leaders d’opinion de la santé censés parler dans l’intérêt des patients servent de porte-parole à l’industrie pharmaceutique dans une tribune publiée dans L’Opinion. Les 86 médecins signataires cumulent depuis 2013 plus de 16 millions d’euros de liens d’intérêts. Une belle entourloupe alors que débute ce mardi au Sénat l’examen du projet de loi de financement de la Sécurité sociale.

Dossiers

Notre dossier: l’affaire Macron-Benalla

Par

L’affaire Benalla, où la privatisation de la sécurité présidentielle, avec ses dérives barbouzardes, dévoile la part d’ombre du monarchisme macronien. Retrouvez nos enquêtes, entretiens et partis pris.

Face aux violences sexuelles, LREM ordonne le silence dans les rangs

Par
Pierre Cabaré. © Facebook Pierre Cabaré. © Facebook

Un député de la majorité, Pierre Cabaré, est visé par une enquête préliminaire pour harcèlement sexuel et moral sur sa suppléante. Quatre anciens collègues confirment les accusations. Mais aucune sanction ou mise en retrait n’a été demandée par LREM.

Violences sexuelles: avant les municipales, les partis sont tentés par le statu quo

Par
Devant la mairie de Saint-Nazaire, vendredi 28 juin. © DR Devant la mairie de Saint-Nazaire, vendredi 28 juin. © DR

Les partis politiques refusent souvent de sanctionner des maires accusés de violences à l’égard des femmes. Avec #MeToo, l’embarras grandit dans les états-majors. Mediapart a enquêté dans plusieurs villes de France, notamment à Laval, Lorient, Saint-Nazaire ou Villepreux.

#Entenduàlamairie: le sexisme ordinaire subi par les élues

Par
14

Le collectif #NousToutes et l’entreprise de formation elueslocales.fr ont compilé plus de 300 témoignages d’élues locales. Sexisme ordinaire, propos à connotation sexuelle, agressions sexuelles : elles décrivent un quotidien édifiant, dû à leurs collègues hommes.

La politique sauvée par la société

Par
Dans la manifestation contre l'islamophobie, à Paris, le 10 novembre. © EP Dans la manifestation contre l'islamophobie, à Paris, le 10 novembre. © EP

Le succès, dimanche, de la marche contre l’islamophobie initiée par les principaux concernés et soutenue par l’essentiel des gauches confirme que, face au désastre en cours, le sursaut politique viendra de la société. Comme le soulèvement des « gilets jaunes » et le mouvement #MeToo, il affirme la vitalité de l’auto-organisation face à la crise des partis.

Usul. Et si on liquidait la Française des jeux?

Par Usul et Rémi Liechti
 © Reuters © Reuters

Le meilleur moyen d’en finir avec les problèmes d’addiction aux jeux d’argent, c’est peut-être tout simplement d’arrêter de produire et de vendre ces tickets à gratter qui font figure d’« impôt sur la fortune des pauvres » selon l’Observatoire des inégalités.

Ecologistes et socialistes se disputent le même électorat

Par et Mediacités, Le D'Oc, Le Poulpe, Marsactu

Europe Écologie-Les Verts espère conquérir les communes où les maires socialistes sortants ne se représentent pas. Entre les deux formations, plusieurs duels de premier tour sont à prévoir en mars 2020.

Contre l’islamophobie, une manifestation pour «la liberté, l’égalité et la fraternité»

Par et
 © EP © EP

Ils étaient plusieurs milliers à manifester, dimanche 10 novembre, à Paris, contre l’islamophobie. Dans le cortège, où beaucoup défilaient pour la première fois, des musulmans et des non-musulmans, un nombre important de femmes, des politiques unis, des mots d’ordre républicains et des drapeaux tricolores.

Rosanna Arquette sur #MeToo: «C’est un tournant de l’humanité pour chacun»

Par
L'actrice américaine Rosanna Arquette. © Reuters L'actrice américaine Rosanna Arquette. © Reuters

L’actrice américaine Rosanna Arquette exprime, dans Mediapart, son soutien à Adèle Haenel et salue « son courage ». Depuis le témoignage de l’actrice française, les réactions affluent, de la part d’organisations du monde du cinéma, d’artistes, de politiques et de milliers d’anonymes sur les réseaux sociaux.

Procès du Rassemblement national: le factotum sonne toujours trois fois

Par
Frédéric Chatillon au tribunal correctionnel de Paris, jeudi après-midi. © KL Frédéric Chatillon au tribunal correctionnel de Paris, jeudi après-midi. © KL

Interrogé vendredi dans l’affaire du financement de la campagne des législatives de 2012, Frédéric Chatillon se voit reprocher d’avoir été au cœur des détournements, cumulant la fonction de fournisseur du « kit » de campagne avec celle de « gérant de fait » du micro-parti qui les achetait, et des missions de conseil de la direction du parti.