À l’université, encore une rentrée sous conditions

Par
Lors de la rentrée universitaire de septembre 2020 sur le campus de Pessac de l’université de Bordeaux Montesquieu. © Photo Valentino Belloni / Hans Lucas via AFP Lors de la rentrée universitaire de septembre 2020 sur le campus de Pessac de l’université de Bordeaux Montesquieu. © Photo Valentino Belloni / Hans Lucas via AFP

La ministre de l’enseignement supérieur promet une rentrée « 100 % en présentiel », sans passe sanitaire mais avec beaucoup d’inconnues.

Dossiers

Éric Dupond-Moretti, un ministre de la justice sous enquête

Le ministre de la justice Éric Dupond-Moretti, le 24 septembre 2020. © Alain JOCARD / AFP Le ministre de la justice Éric Dupond-Moretti, le 24 septembre 2020. © Alain JOCARD / AFP

Le garde des Sceaux a été mis en examen mi-juillet par la Cour de justice de la République. Il lui est reproché d’avoir utilisé les attributions disciplinaires de son ministère pour régler des comptes avec des magistrats anticorruption avec lesquels il a été en conflit ouvert quand il était avocat.

La loi « séparatisme » définitivement adoptée 

Par

Les députés ont approuvé le texte par 49 voix « pour », 19 « contre » et cinq abstentions. Gauche et droite ont annoncé la saisine du Conseil constitutionnel.

Un droit de réponse d’Hubert Védrine

Par

À la suite de la publication de notre entretien avec l’artiste franco-rwandais Gaël Faye, le 11 juillet 2021, Hubert Védrine nous adressé un droit de réponse.

Face à Bertrand, Pécresse se lance et joue (très) à droite

Par

La présidente du conseil régional d’Île-de-France a annoncé jeudi sa candidature à l’élection présidentielle de 2022. En attendant de savoir comment la droite d’opposition désignera son candidat, Valérie Pécresse a choisi de défier Xavier Bertrand sur les thématiques identitaires et sécuritaires du moment.

Violences conjugales par des policiers : l’insupportable inertie du gouvernement

Par
Mérignac, le 7 mai 2021. Des passants se recueillent devant le domicile de Chahinez Daoud, victime d’un féminicide conjugal le 4 mai. © Photo Stéphane Duprat / Hans Lucas via AFP Mérignac, le 7 mai 2021. Des passants se recueillent devant le domicile de Chahinez Daoud, victime d’un féminicide conjugal le 4 mai. © Photo Stéphane Duprat / Hans Lucas via AFP

Le policier qui a pris la plainte de Chahinez Daoud, victime d’un féminicide conjugal le 4 mai, avait été condamné pour violences sur son ex-conjointe. Les autorités doivent enfin s’emparer des violences intrafamiliales commises par des gendarmes et des policiers.

En Polynésie française, Emmanuel Macron est aussi attendu par ses détracteurs

Par

Le président de la République commence samedi un voyage de quatre jours dans la collectivité ultramarine d’Océanie. Les attentes de la population, notamment sur le sujet ultrasensible du nucléaire, sont en passe d’être déçues.

Crise sanitaire : l’Assemblée adopte dans l’urgence un invraisemblable projet de loi

Par
Le 22 juillet à l'Assemblée, vue du banc des ministres. © Photo Xose Bouzas / Hans Lucas via AFP Le 22 juillet à l'Assemblée, vue du banc des ministres. © Photo Xose Bouzas / Hans Lucas via AFP

Après deux jours et deux nuits d’examen, les députés ont approuvé vendredi le projet de loi qui introduit, entre autres, le passe sanitaire. Parmi toutes les mesures inimaginables il y a dix-huit mois, le licenciement d’un salarié non vacciné a été la plus débattue.

Lubrizol : l’État minimise la pollution

Par
Le panache de fumée s’échappant de l’usine Lubrizol près de Rouen, à la suite de l’incendie qui s’est déclaré le 26 septembre 2019. © Photo Philippe Lopez / AFP Le panache de fumée s’échappant de l’usine Lubrizol près de Rouen, à la suite de l’incendie qui s’est déclaré le 26 septembre 2019. © Photo Philippe Lopez / AFP

Presque deux ans après le grave accident industriel à Rouen, la puissance publique sous-estime l’ampleur de la contamination. Des mesures de pollution ont été dissimulées alors qu’elles auraient permis une surveillance sanitaire, selon les documents et témoignages recueillis par Mediapart.

Éric Dupond-Moretti, « un ami du Maroc » au gouvernement

Par et
Éric Dupond-Moretti avec le ministre de la justice marocain, Mohamed Ben Abdelkader, lors de la visite du garde des Sceaux au Maroc, le 7 décembre 2020. © Photo Fadel Senna / AFP Éric Dupond-Moretti avec le ministre de la justice marocain, Mohamed Ben Abdelkader, lors de la visite du garde des Sceaux au Maroc, le 7 décembre 2020. © Photo Fadel Senna / AFP

L’affaire Pegasus pose la question des relations du ministre de la justice français avec le Maroc, dont le roi a compté parmi ses clients. Le risque de conflit d’intérêts est à nouveau présent. « Le garde des Sceaux n’est pas un agent double au service d’une puissance étrangère », répond le cabinet d’Éric Dupond-Moretti.

Les victimes possibles d’accidents vaccinaux, oubliées du passe sanitaire

Par
Dans un centre de vaccination à Coupvray, en avril 2021. © Photo Geoffroy Van der Hasselt / AFP Dans un centre de vaccination à Coupvray, en avril 2021. © Photo Geoffroy Van der Hasselt / AFP

Celles et ceux qui ont déjà eu des problèmes de santé potentiellement causés par une vaccination se sentent exclus de l’extension du passe sanitaire. Le ministre de la santé envisage des contre-indications, mais seulement pour de rares cas propres au Covid-19.